Ailleurs @25

À Saint-Jean-du-Gard, j’avais réservé à l’hôtel en demandant une demi-pension pour le second soir. Arrivant vers 19 heures pour manger, je trouve l’équipe du restaurant en train de ranger à toute allure les tables installées en terrasse, en raison de la pluie, pourtant annoncée. Les serveurs sont débordés par la relocalisation des clients à des endroits en extérieur non inondés.
Après quelques minutes, le responsable du restaurant s’intéresse à moi. Je lui dis que j’ai réservé en demi-pension. Il m’annonce ne pas être au courant d’une réservation pour une personne. Après encore plusieurs minutes, il me fait entrer dans la salle du restaurant, quasiment vide. Celle-ci va se remplir peu à peu de tous les clients se rabattant sur l’intérieur à cause du temps. Il y a plusieurs serveurs, largement assez pour le nombre de clients, mais la désorganisation règne.
À l’arrivée d’un groupe derrière moi, un employé annonce que le service sera rapide. C’est pourtant un des plus longs que j’ai connus. Et de piètre qualité, jusqu’à ce qu’un couple se plaigne du peu de poisson de son plat tant la portion était congrue. La femme, qui a accepté une seconde assiette proposée par le serveur, sera servie plus rapidement que moi de ses deux plats que moi d’un seul. Près d’une heure pour n’avoir que l’entrée et après avoir fait remarquer que c’est trop long et j’ai pu finir en vingt minutes le repas.
Difficile de croire qu’un restaurant touristique soit aussi désastreusement géré en plein mois d’août. De quoi donner encore plus apprécier le bien-être de la veille

Changement @19

La polémique autour de la baisse des APL et de la valeur de 5 euros avère de la méconnaissance des situations de pauvreté de la part de nombre des élites de notre pays. 5 euros… une peccadille. D’un point de vue numéral, sans doute. Ce n’est que le cinquième chiffre après 0. Mais qu’est-ce que l’on fait avec 5 euros ? La réponse que chacun apporte donne la mesure de l’enjeu.
En ce qui me concerne, j’ai décidé en début d’année de mesurer mes « dépenses incompressibles », histoire de voir quel était mon minimum vital considérant que ma situation matérielle se précarise au fil du temps (et que cela ne va pas s’arranger). Dans ce cadre, j’ai noté sur quatre mois mes dépenses ordinaires, nourriture, entretien de la maison, hygiène. J’ai fait un savant calcul pour déduire les repas que je ne prenais pas chez moi et suis arrivée à un prix de journée moyen de 6 euros.
Isabelle m’a dit que c’était peu. Cela l’est, mais je sais que je peux encore tirer sur les courses pour arriver aux alentours des 5 euros soit 150 euros par mois ce qui, pour un bénéficiaire de l’Apsa (nouveau nom du minimum vieillesse, que je percevrai dans dix ans), est déjà beaucoup. 5 euros, c’est donc pour les riches d’entre les pauvres le montant de leur « prix de journée », difficilement compressible ; les en priver, c’est les priver d’une journée de subsistance. Ni plus, ni moins.
Et voilà que le président de la République sort de sa cravate la solution miracle à cette baisse : que les loyers baissent aussi de 5 euros ! Très bonne idée, démago à souhait. Cela dit, tant qu’à faire, je suggère qu’ils baissent de 5,71 euros pour les locataires de Paris Habitat, le 0,71 euro correspondant au prix du timbre le moins cher dont je dois m’acquitter depuis le 1er septembre pour payer mon loyer. Eh oui ; il n’a pas fallu longtemps pour que l’enveloppe T dont je vous parlais ici disparaisse.
Quelqu’un peut le dire au président ? Moi, je lui pète qui pue au nez. Politiquement, cela ne sert à rien mais ça soulage ! Prrrout !

 

Anniv’ @31

7 ans… L’âge de raison ?

Il ne faut pas y compter en Hétéronomie !
Nous nous souhaitons donc un très joyeux anniversaire, en vous promettant toujours plus de billets plein d’amour et de sagacité !
Isabelle et Cécyle
Et la bande, bien sûr !

Note. Pour les cadeaux et les gâteaux, vous pouvez nous écrire ici.

Croissance @9

Dans son bel aquarium (ici), Isabelle voit s’ébattre des poissons, des crevettes et des escargots. Petit Mouton est ravi, ça fait beaucoup de copaaaains pour jouer au . . .

Continuer la lecture. . .

Incyclicité @27

En pleine journée, j’attends quelqu’un devant un magasin en écoutant de la musique quand, à deux mètres de moi, je vois un homme se tenir contre un véhicule de chantier garé à deux pas, en me tournant le dos . . .

Continuer la lecture. . .

Paris @44

Depuis 2014, la Ville de Paris propose aux Parisiennes et Parisiens de participer à une journée de nettoyage de la voie publique, manière de nous sensibiliser aux questions de propreté. J’avais . . .

Continuer la lecture. . .

Décroissance @51

Lors de mon passage à la boutique sans argent, j’avais apporté un gros livre de Jean d’Ormesson. Au comptoir recueillant les dons, j’avais derrière moi une femme venue aussi donner des objets. Elle observait ce . . .

Continuer la lecture. . .

Écrivaine @31

Je reçois ce matin (le 31 août) un mail « Proposition de publication, M. Jung ». Ouh là là ! Une « proposition de publication »… « M. Jung » ; me serait-il poussé un pénis dans la nuit ? . . .

Continuer la lecture. . .

Ailleurs @24

Une étape de la randonnée était à Saint-Jean-du-Gard où je suis restée deux nuits afin de me poser une journée avant la dernière et plus longue étape . . .

Continuer la lecture. . .

Aïe ! @23

Une de mes voisines, en situation financière très précaire suite à une dette de loyer, est venue me voir pour que je fasse un courrier pour débloquer son dossier de surendettement . . .

Continuer la lecture. . .