Lu @19

L’autre jour sur une enseigne, j’ai lu « Je suce paradis ». Euh, non… Il s’agissait de « Jesus Paradise ». L’honneur est sauf. D’habitude, c’est Cécyle qui lit des mots bizarres sur les enseignes.
Voilà que je lui fais je la concurrence.

Bonheur @33

À l’occasion d’une de mes activités militantes, j’ai eu l’émotion de rencontrer une très très grande dame dont je tairai le nom, la réunion où je l’ai rencontrée étant confidentielle. Grâce aux activités militantes de maman, j’ai pu la ramener un peu, arguant dans mon autoprésentation d’un lien passé entre nous à travers l’évocation d’une photo la représentant à côté d’elle. Au cours de la réunion, je suis intervenue deux fois, espiègle et facétieuse comme j’aime l’être, glissant quelques blagues au milieu de mon propos politique. Je n’aime pas les personnes qui se prennent au sérieux ; j’essaie de ne pas succomber à ce travers sans trop m’écouter parler.
À la fin de la réunion, au moment des au revoir, une personne m’a demandé où l’on pouvait voir mon travail. La très très grande dame, qui était juste là, a indiqué aussi le vouloir. Je leur ai donné ma carte de visite ; et la très très grande dame m’a donné son mail afin que je lui envoie ladite photo. Je suis rentrée en mode Schtroumpfette, vous savez la fille qui sort de chez vous à 5 heures du mat’ après une nuit d’amour en sautillant et chantant « La la la Schtroumpf la la ! » J’étais exactement dans cet état-là, joyeuse et comblée d’une rencontre que je n’avais pas imaginée, d’une séduction réciproque que je n’aurais jamais supposée.
Le lendemain, je lui ai envoyé ladite photo, poursuivant mes facéties par mail. J’avais eu mon compte de joie ; je ne pensais pas qu’elle pouvait monter d’un cran. Trente-six heures après mon mail, la très très grande dame m’a fait une réponse d’un délice absolu. Elle a terminé son mail par « À bientôt. Je vous embrasse. » Qu’une si si grande dame m’embrasse, je ne m’en remets pas. Mais qui, après ça, pourra m’embrasser en emplissant mon cœur de tant de joie ? À l’instant, cette personne n’existe pas.

Extravagance parisienne @45

L’autre jour, une bizarrerie a attiré mon attention à l’entrée d’un supermarché d’une grande chaîne de distribution. J’ai regardé plusieurs fois, je ne m’étais pas trompée. L’entrée sur la rue donne accès à un couloir de quelques mètres avant d’entrer dans le magasin proprement dit. Seuls l’enseigne, le logo et les couleurs du distributeur sont bien visibles. Deux portes donnent sur ce couloir. Elles sont aux couleurs des témoins de Jéhova.
Est-ce une location ? C’est en tous les cas assez étrange de voir ces portes bien identifiées entre un panneau sur la carte de fidélité et le panneau des annonces. Un mystère de la foi ?

Biodiversité @15

L’autre jour, j’ai eu la mauvaise surprise de croiser un cafard dans ma cuisine. Après une course poursuite épique, j’ai réussi à l’occire dans la passoire . . .

Continuer la lecture. . .

Agit-Prop’ @25

L’expression « le vivre ensemble » est passée dans le langage commun. « Vivre ensemble » dans sa forme verbale désigne spontanément la vie de couple, alors même que certains vivent le plus longtemps sous le même toit avec leurs parents et leur . . .

Continuer la lecture. . .

Course @29

Ce n’est pas que les rongeurs me fassent peur… mais tout de même un peu ; surtout parce que j’ignore leurs intentions même si je . . .

Continuer la lecture. . .

Anniv’ @34

D’ordinaire, ce sont les Mouton et la bande qui se chargent de souhaiter un treboonziveeersaiiireeee au blogue. Eh bien ! pour ces huit ans, ils semblent trop occupés à faire du . . .

Continuer la lecture. . .

Biodiversité @14

Je me suis inscrite sur Twitter fin août, avec l’idée d’y diffuser mon travail et mes engagements (pour me suivre, c’est ici). J’essaie de ne pas y . . .

Continuer la lecture. . .

Ailleurs @34

J’ai beaucoup utilisé une application de dons entre particuliers. Maintenant, j’ai trouvé une boutique Emmaus facile d’accès pour moi donc j’y dépose ce que je ne garde pas et qui est en bon état. Avant . . .

Continuer la lecture. . .

Nuage @10

J’ai poursuivi mes aventures dans les parcs de la Ville le 3 septembre dernier ; j’avais repéré depuis longtemps au parc George Brassens deux séries d’appareils pour faire . . .

Continuer la lecture. . .