Archives de l’auteur : La Cocotte enchantée et ses amis

Grand Homme @33

Vous me reconnaissez ?
Rappel des faits.
Depuis le début de la pandémie, docteur Mouton et docteur Caddie organisent des conférences scientifiques mises en ligne sur le blogue pour annoncer au monde leurs découvertes sur ce coronaminus. Je suis très admirative ! Il y a eu d’abord la mise au point de ce vaccin extraordinaire de simplicité et d’efficacité que nous consommons en grande quantité pendant Carême (ici) (Carême qui est tombé à la bonne période, je le précise pour les mécréants) puis la découverte du mode de transmission du virus, mode qui n’a rien à voir avec ce que l’on nous raconte depuis des mois ().
Ces deux découvertes nous ont permis, au couvent, de comprendre pourquoi nos sœurs et nos pensionnaires, même confinés dans des cellules et sans contact (à part celui avec Jésus, bien sûr), étaient malades les uns après les autres sans développer, grâce à nos gourmandises nasales, des formes graves. On mange beaucoup de fibres, et de légumineuses… vous me comprenez ! Nous avons donc décidé de reprendre nos activités afin de flatuler à l’air libre, sans risque de contamination.
Reste que nous recevons des visites (des livreurs, les parents de nos pensionnaires, les caciques de l’évêché…) sans savoir si l’un ou l’autre est susceptible de nous apporter ce coronaminus et d’augmenter notre consommation de mickey. Car même avec le vaccin, et la sérologie positive, on peut toujours être un peu malade ; ce qui est fort désagréable. J’ai donc consulté mes amis Petit Mouton et Caddie afin qu’ils trouvent un test infaillible. Une fois encore, ils ont été géniaux !
— Si tu seeeeeens que ça puuuue, c’est que t’as paaaaaaaas le minuuuuuuus !
— Exactement ! Pois cassés à midi, fayots le soir ; et pas de toilettes. Si les visiteurs se pincent le nez, c’est qu’ils sont négatifs ; s’ils ne disent rien, ils sont…
— Posiiiiitifs !
N’est-ce pas une grande idée ? On a bien sûr le souci de se supporter nous-mêmes mais finalement, on a déjà le Bon Dieu qui ne sent pas toujours très bon, et certaines de ses ouailles itou. On s’adapte donc bien volontiers.
— Tu viiiiiiens au foooot, Cocotte ?
Avec plaisir Petit Mouton ; mais chacun son ballon a dit notre reine !
— Notre balloooon, c’est l’amouuuuur !
Tu as raison. On en a tous un cœur, et cela se partage sans contact !

Anniv’ @35

Vous me reconnaissez ?
— Tu es trop belle, la Cocotte !
Merci mon Caddie chéri !
— Tu es revenue ?
Juste pour le treboonziveeersaiiireeee de notre Principalate ! Les Mouton m’ont fait appeler par Petit Koala ; ils adorent quand je chante. Je suis entraînée, à six messes par jour.
— Et tu es à roulettes ?
Tu rigoles, Caddie ? J’aurais trop peur ! J’ai juste passé un cuir pour faire style. Il paraît que tout le monde sur le blogue est en mode Lamoto. Je m’adapte !
— Moi aussi !
J’ai vu ça, Caddie. Tu es magnifique ! Mais tu es sûr que ton casque est homologué ?
— Pas trop.
On va t’en trouver un autre, c’est plus sûr. Et je te tricoterai une écharpe pour l’hiver.
— Merci la Cocotte ! Et ça va au couvent avec Rosalie ?
Très bien, mon Caddie. On y est tranquilles. On a trouvé notre maison. Sa maman et moi parlons avec Jésus ; Rosalie préfère son Maurice. On forme une belle famille. Bon ce n’est pas tout ça, mais je suis venue chanter ! Tu es prêt ?
— Hardi la Cocotte ! Trois, quatre…

Foooooooot !

Credo @12

Le pont de l’Ascension ! Mes amis… le pont de l’Ascension ! Mais ce n’est pas un ouvrage d’art que l’on emprunte pour fuir la surcharge de travail induite par le libéralisme galopant et la réduction des effectifs publics ! Non ! Foi de Cocotte en colère, je m’insurge, et pas uniquement parce que les fonctionnaires… Passons. L’heure est grave et notre Principalate est suffisamment exploitée pour que je ne change pas de sujet.
L’Ascension, donc. Pas besoin de lire les Évangiles ou même d’aller au catéchisme ; Wikipédia suffit : c’« est une fête chrétienne célébrée quarante jours après Pâques. Elle marque la dernière rencontre de Jésus avec ses disciples après sa Résurrection, son élévation au Ciel. » Pas de varappe sur pile (de pont), donc ; ni de déplacements inutiles. Tout se joue dans les églises jeudi et dès vendredi, au turbin ! Non d’un foin.
— T’es dure de la roulette, Cocotte !
Mais pourquoi Caddie ? Il ne faut pas se dérober au travail ! La France a besoin de toutes ses forces vives pour séduire le Grand Capital.
— Laisse-les partir… Tu ne te reposes jamais ?
Un peu, la nuit…
— Tranquille Cocotte. Tranquille. Et promis, elles seront de retour dès lundi 29 avec de nouveaux billets ; d’ici là, c’est vacances en Hétéronomie !
Vacances ?
— Vacances.

Annonces @20

Bon, ça suffit maintenant ! Y en a marre de ras le bol de ces a priori sur le couple !
— T’es sûre qu’ça’va, Cocotte ?
Oui, Petit Koala, excuse-moi mais cela me met en rogne.
— T’t’expliques ?
— Cocotte ! Copain Mouton, vieeeeens ! Y aaaaa Cocotte !
— Yo*uuu*p*iiii* !
Pas si youpi, mes amours, je suis en pétard !
— Pouuurquoiiii ?
Parce qu’il n’y a pas moyen que la Principalate et Petit Scarabée (ça lui va bien, finalement) soient ensemble quelque part sans qu’on ne leur serve du « vous » à tour de bras comme si elles ne faisaient qu’un. N’est-ce pas possible d’être amies sans que tout de suite chacune ne s’emballe et reporte sur la première paire qui passe la représentation du couple ?
— O*uuuuu*h ! L*àààààààà* !
On dirait que l’amitié n’existe pas ! Pourtant, moi, je peux vous dire, au couvent, je suis amie avec des sœurs et il n’y a rien de sexuel là-dedans.
— C’eeest quoiiiii « cheeeksuuuueeel » ?
Une affaire d’étiquette, de diable et de Petit Jésus. Rien qui ne vous concerne.
— Aaaaah ! Il faiiiiit quoiiiiii avec l’étiqueeeeeeeette Petit Jésus ?
Rien de bien intéressant. Alors voilà, il faut le dire haut et fort, duce-je prendre le risque de monter en haut d’une échelle pour que ma voix porte !

LA PRINCIPALATE ET PETIT SCARABÉE SONT CÉLIBATAIRES !!
CÉ-LI-BA-TAIRES !!!

— Çaaa casseeee les oreiiiilleees !
Désolée, Petit Mouton ! Mais c’est important. Toutes ces femmes à l’esprit mal tourné qui les regardent comme un couple sont affligeantes. Elles font injure à leur amitié et les relèguent au purgatoire de l’indifférence amoureuse. Une hérésie pire encore que de nous faire croire que ce félon de Fillon est un bon chrétien !
— C’eeeeeeest quoooiiii un fiiiiiooon ?
— Ben, un truc d’genre erreur de casting, Petit Mouton. On passe. Tu disais, Cocotte ?
Je disais, regardez-les ! Ne sont-elles pas sexy, jolies, drôles, intelligentes, souriantes, aimables, solides, douces, bonnes cuisinières, amantes irréprochables et compagnes avisées ? Du gâchis ! C’est du gâchis !
— C’est paaaas fooot !
Et pire que ça, Petit Mouton ! Il fallait le dire.
— Merciiiiii Cocotte !
Je vous laisse, Rosalie et les sœurs m’attendent pour un dîner aux chandelles.
— Y *aaaa* p*aaaa*s d’électr*iiii*cit*éééé* ?
Copain Mouton ! Faut suivre ! C’est la Saint Valentin ! Le jour de la multiplication des copains Poisson.
— Y aaaa des Poisson auuuu couveeent ?
Y a de l’amour, Petit Mouton, avec ou sans étiquette. Rien que de l’amour. Et les chandelles c’est pour… Passons.
À plus !

Année @7

Cocotte 2017

Franchaises, Franchais, mes chers compatriotes !
Et tous les étrangers, les réfugiés, les immigrés, les apatrides !
Tous les gens du monde, surtout les gentils.
Mon cher Jésus,
Chers Petit Mouton, Petit Koala, Petit Scarabée, Grande Principalate,
toute la bande !
Rosalie que j’aime, ta maman et toutes les sœurs du couvent.
J’oublie qui ?
Monsieur l’évêque.
Moi.
Ah ! oui… chers Hétéronautes ! C’est pour vous que je suis là.
Eh bien, bonne année 2017 !
Voilà.
À l’année prochaine !

Cocotte 2017 2

Indignés @8

1094-cecyle— C’est la Luuuuteeeeeuh finaaaaaleeeeeuh ! Groupons-nououous et deeeeemaiaiain ! L’Hétéroooonooomiiiiieeeeeuh seraaaa le genre humainainain !
— T’es sûre que ça va Cocotte ?
— Pourquoi non, Petit Koala ?
— Tu nous avais habitués à des chants plus… moins… comment dire ?
— Aaaah ! Ça ira, ça iraaaah ! Les macronstocrates à la lanterneuh !
— Ben non, Cocotte. On ne peut pas publier ça !
— S’il te plaît, Petit Koala ! C’est la grève générale au moins jusqu’à dimanche ?
— Quatre jours ?
— C’est mon amie albinos qui a décrété ça et les sœurs sont d’accord !
— Euh… Vraiment, Cocotte ?
— Quand nous chanterons, le temps des canuts, nous serons tout nus ! Tous nus ! Hue hue !
— J’suis pas sûr que ce soient les bonnes paroles…
— Je les tiens de Robert en personne !
— Dans ce cas…
— Tu publies la grève générale, alors, Petit Koala ? Rien pendant quatre jours. Même que ça fera plaisir à la Principalate, tu verras !
— Si tu’l’dis. Au moins, Petit Mouton sera tristoune d’être privé de foooot.
— Más pequeña derrota ovejas siguen unidos !
— Repose-toi, Cocotte, tu m’inquiètes…
— Jésus m’a tuer ! Viva la libertad !
— Viva ! Cocotte. Viva !

Intox @8

Le pape à lesbos— Oyé ! Oyé ! La Cène reprend avec le pape en gouine et douze apôtres !
— Non, Cocotte, à Lesbos, on ne trouve plus de Gomorrhéennes, mais des réfugiés syriens. Il en a r’mené au Vatican pour les sauver d’la misère et montrer la voie d’la bonté au monde.
— Douze, Petit Koala, comme une boîte d’œufs de Pâques et les douze travaux de Petit Mouton.
— Oooooonzeeee Cocotte pouuuur le fooooot !
— Ah ? On élimine d’emblée Juda au foooot ?
— Ouiiiii ! C’eeest l’aaamouuur Cocotte.
— Comme le pape avec ces réfugiés. Un beau geste humanitaire, genre preuve d’amour universel et tout. T’crois pas Cocotte ?
— Dans tes fesses l’amour universel ! Petit Koala.
— Cocotte !
— Il aaaa uneee éeeetiqueette leeee paaape ?
— Cela s’appelle une tiare, Petit Mouton.
— Tiare-toi d’là, le pape à bulle !
— Bidibulle, t’es làààààà ?
— À piètre pape, bulle pourpre point ! Hi hi !
— Tuuuu diiiis quoooiii Cocotte ?
—  Je t’expliquerai, Petit Mouton. Viens, on va laisser la Cocotte se reposer. Trop de foooot tue le foooot.
— Bisooousfoooot !
— À bientôt les amis ! Je vous laisse ; je dois téléphoner au pape.
— Au revoir, Cocotte. Repose-toi bien !

Année @6

CocotteAlors, les vœux, cette année, il semble que ce soit moi qui m’y colle ! La Principalate est toujours dans les choux…
— Pilipi-piou-À-fond-dans-l’urgence !-piou-piou !
Oui, Jo, tu as raison de rectifier. On oublie trop tous ces fonctionnaires dévoués qui sacrifient leur vie privée et leur blogue à la sécurité de la France et des Français !
— Pilipi-piou-Et-des-autres !-piou-piou !
Jo ! On ne refait pas ici le débat sur la nationalité. Il s’agit de se souhaiter la bonne année, pas de se défouler sur le Riquiqui !
Je disais donc. La Principalate est dans l’urgence et mon amie albinos dans les coupures d’eau. Comment voulez-vous que ce blogue reste digne dans des conditions pareilles ? Mes amis Petit Koala et Petit Mouton ont craint qu’elles n’en oublient les vœux, à force de courir partout en quête d’un Graal qui les attend pourtant au pied de l’autel. Ah ! ces mécréants qui ne savent pas où chercher le bonheur qui est pourtant à portée d’église !
— Pilipi-piou-Laïque,-Cocotte !-Tu-as-promis.-piou-piou !
Ah oui, Jo ! J’avais oublié. Il faut dire que des vœux sans Jésus, c’est comme Petit Mouton sans ballon ; pas très foooooot ! Quel sacerdoce de faire ses vœux ici ! Heureusement que Petit Koala m’encourage et a tout programmé pour le jour J pendant que je suis chez les sœurs avec Rosalie. Il a préparé un joli petit visuel. Ça va comme ça, non ?

Bonne année 2016

— Pilipi-piou-Bonne-année-les-Hétéronautes !-Avec-toute-la-bande,-on-vous-aime !-piou-piou !
— Yooouuupiiiiii !