Archives de l’auteur : La Cocotte enchantée et Petit Mouton

Noël @40

Vous me reconnaissez ? C’est la Cocotte !
Oui, je suis à nouveau sortie de mon couvent, pour répandre la bonne parole. En ce jour, qu’y a-t-il de plus essentiel ? J’ai choisi un passage crucial des Évangiles selon saint Mathieu, la « Généalogie de Petit Mouton, fils de Mouton » (Mt 1, 18-25).

« Voici comment fut engendré Petit Mouton :
« Brerie, sa mère, avait été accordée en mariage à Belseph ;
« avant qu’ils aient pâturé ensemble,
« elle fut gestante
« par l’action de l’Étoile bergère.
« Belseph, son époux,
« qui était un homme juste,
« et ne voulait pas la dénoncer publiquement,
« décida de la renvoyer en secret.
« Comme il avait formé ce projet,
« voici que l’ange de l’amour
« lui apparut en songe et lui dit :
« Belseph, fils de Belzébuuuuth,
« ne crains pas de prendre dans le pré Brerie, ton épouse,
« puisque celui qui est engendré en elle
« vient de l’Étoile bergère ;
« elle enfantera un ovis aries,
« et tu lui donneras le nom de Petit Mouton
« (c’est-à-dire : L’Amour-sauve),
« car c’est lui qui guidera la bande dans le fooooot. » (…)

En ce jour, je vous invite donc, chers Hétéronautes, à reprendre en chœur le verdict de Mathieu.

« – Acclamons l’amour de Petit Mouton ! [Et mangeons du chocolat, note apocryphe de Cocotte.] »

Cuisine @28

Vous me reconnaissez ? J’espère bien, même si je passe vous voir de moins en moins souvent. Je suis si bien au couvent, loin du monde, avec Rosalie… Le monde ? J’ai presque oublié ce que c’est ; et c’est bon ; aussi bon qu’une partie de foooot avec les Mouton.
— Cocotte ! Te voilàààà !
Oui, Petit Mouton ! Petit Koala m’a demandé un service, rester près de vous pendant de nouvelles vacances du blogue, « l’occasion d’s’faire l’vœux » a-t-il dit. J’étais à deux doigts de rater la date ; il m’en avait dangereusement laissé le choix.
2018, trèèèèès chaaaude, trèèèèèès dooouce et pleiiiiiiiine de poooils !
Exactement, Petit Mouton. Et cela te va si je reste près de vous quelques jours ? Cela me changera un peu du couvent et la Principalate et Petit Scarabée seront (peut-être) rassurées.
—Youpiiiii ! Les copaaaaains ! La Cocotte resteeee avec noooous !
Il y a un missel quelque part ?
— Du paiiin de miiie au seeel ?
Ce sera parfait, Petit Mouton ! Parfait. On va vraiment passer un chouette dix-jours !

Anniv’ @29

Ration— « Quand Madelon vient nous servir à boire, Sous la tonnelle on frôle son jupon, Et chacun lui raconte une histoire, Une histoire à sa façon… »
— Ooooooh ! Cocotte ?
— « La Madelon pour nous n’est pas sévère, Quand on lui prend la taille ou le menton… »
— Cocotte, ça vaaaa ?
— « Elle rit, c’est tout le mal qu’elle sait faire, Madelon, Madelon, Madelon ! » Pom pom ! Tsoin tsoin !
— T’es sûûûûûûre que ça vaaaaa la Cocotte ?
— Ben oui ! Rosalie m’a dit qu’il fallait que je chante aujourd’hui, pour l’anniversaire.
— T’as choisiiiiiiiiii une drôôôôle de chaaaaansoooon.
— Petit Mouton ! C’est la chanson des poilus ! Il n’y a pas plus adapté !
— Maiiiis paaaaas làààààà, Cocotte.
— Ah ? On est le 11 novembre, non, jour de l’Armistice de 1918 ?
— Nooooooon Cocotte !  C’est le 12 noveeeeeeembre, le boooooonsivraaaaaaisert d’Isabelle.
— La Principalate ? Tous aux abris !
— Ooooooh ! beeeeen, noooon, Cocotte !
— C’est pour rire, Petit Mouton ! Joyeux z’anniv… C’est sympa Madelon. Et entraînant ! Je suis sûre que la Principalate va adorer !
— C’est quaaaaaaand mêêêêêêêême bizaaaarre pour un trééébonsivraiiiiisert !

— Ça lui va bien, à la Principalate : « Nous en rêvons la nuit, nous y pensons le jour, Ce n’est que Madelon mais pour nous c’est l’amour ! » Comme toi, Petit Mouton !
— Aaaaah ! ouiiiii aloooors. Youpiiiii de trééébonsiiiiiivraiseeeeert !

Adieux… @24

Petit Poisson en gros planCoucou la bande, c’est La Cocotte !
— Cocotte ! Tu es revenuuuuueeee !
Je ne suis pas vraiment partie, Petit Mouton. Je reste au couvent chez les sœurs, je suis bien avec la maman de Rosalie. On joue aux Petits Chevaux. Et quand Rosalie est là, on va se promener. Je pense souvent à vous, vous savez ?
— Ouuuuiiii ! Nous aussiiiii !
Hier, Jésus m’a dit pour Bidibulle.
— Bidibu… Ouuuuh ! là làààààà ! sniiiiiiff !
On est tous tristes, Petit Mouton mais il faut qu’on soit forts pour soutenir Isabelle. Le bocal vide, c’est dur.
— Troooooop duuuuuur !!
Vous connaissez l’histoire de Pâques ? Quand Marie de Magdala est allée au tombeau du Christ, il était vide, comme aujourd’hui le bocal de Bidibulle. Et pourtant, le Christ était vivant. En sortant du tombeau, il a montré qu’il était vivant, dans nos cœurs.
— Commmeeee Jeanine ?
Oui, Petit Mouton, pareil. C’est ce que je suis venue te dire. Il faut continuer à aimer très fort ceux qui sont morts, cela leur rend la vie, la vie d’amour dans nos cœurs.
— Mais pour le fooooot, on fait commeeeent ?
On ne change rien, Petit Mouton, on se passe la balle. Bidibulle engage d’un coup de queue, tête de Eiffel, Montparnasse relaie, Copain Mouton amortit de la poitrine, une, deux, passe à Petit Koala qui dribble et passe par l’arrière à Caddie, deux coups de roulette et hop ! La balle rebondit jusqu’à Plaidounet qui sauve la touche et renvoie à Balance (« Vous avez pris trois cents grammes. »), Stepper enchaîne, une deux, Petit Faune et Petit 6 remontent le terrain balle au pied (un chacun), tu récupères la balle sous les hourras du reste de la bande et…
— Buuuuuut !!
Oui, Petit Mouton, on marque toujours des buts à l’amour !
— À bientôt Cocotte ! Tu reviendraaaaas ?
Comme Bidibulle, Petit Mouton, à chaque partie de fooooot ! À bientôt !

Hoax @6

CocotteExcusez-moi de venir vous importuner sur ce blogue mais mon amie albinos est dans un tel état que je crains qu’elle ne soit pas remise pour vous proposer un billet. Imaginez ! Elle a reçu les vœux d’Anne, avec un mot personnel et des baisers !
Des baisers ? Oui, exactement ! Voilà la preuve !
Baiser d'anne
Vous serez d’accord avec moi que c’est parfaitement inconvenant de la part d’une édile de cette taille d’embrasser une de ses administrées, fut-elle albinos ! C’est faire bien peu de cas de l’étiquette !
— Aaaaannee aaaa montrééé son étiiqueeette àààà nootreee Cééécylouuuu !?
Non, Petit Mouton, l’étiquette, c’est justement quand on ne la montre pas.
Passons.
Mon amie albinos enchaîne les crises d’apoplexie, Josette et Rosalie rigolent et moi, je suis dans l’embarras. Bon, j’espère qu’elle sera remise demain pour son billet. Avec la Principalate qui semble avoir d’autres urgences, je ne vais pas tenir le rythme à deux blogues. C’est que j’ai mon ouvrage…
Des baisers d’Anne… Quelle bêtise !
À plus !

Charlie @11

Soupe au pistonEt voilà, il faut encore que je sauve les meubles alors que je suis en route pour la Suisse ! Heureusement, Petit Koala a tout pris en note sous la dictée et arrange la publication. Sans ça, ce blogue qui manque déjà de tenue en dépit des efforts de Petit Mouton et Petit Koala aurait été au bord du chaos !
Car vous l’avez remarqué, la Principalate a encore disparu ! Et vous pouvez me dire où elle est ? Ne réfléchissez pas, je le sais et je vais justement vous le dire. Ces attaques du 13 novembre ont des conséquences que vous n’imaginez pas ! Notre Principalate a été sur le pont dès cette funeste nuit et a de trop grosses journées de travail depuis.
Pensez ! Jeudi soir, elle a été contrainte de dîner d’un kebab sans viande (elle n’en mange plus) acheté en rentrant à 23 heures ! C’est une honte ! Si tous nos fonctionnaires sont ainsi mal nourris, l’état d’urgence sera inutile. Ils vont tous tomber d’inanition !
Alors, si vous habitez dans l’Est parisien et pouvez livrer soupes et crudités à la Principalate au moins le temps que je suis en Suisse, vous rassureriez Petit Mouton.
— Meeeerciiiii Cocotte !
C’est normal, Petit Mouton.
Je vous mets ma soupe au pistou en exemple ; mais vous pouvez faire simple, une soupe passée de légumes, un velouté de potimarron… du frais, s’il vous plaît !

À table ! @23

CocottePuisque vous voulez que j’amuse la galerie pendant que la Principalate se dore la cannelle dans les saunas suédois (ça va sentir bon), eh bien ! je vais vous raconter quelque chose que j’ai vu à la télé.
— C’eeest rigolooooo ?
Oui Petit Mouton, bien sûr !
Au Magazine de la Santé (que j’aime beaucoup, comme mon amie albinos), il y avait il y a une dizaine de jours un intervenant dont je ne connais pas la qualité. Il parlait diabète et nutrition afin d’expliquer les sucres lents, les rapides, comment les éviter (ne pas manger de fruits, par exemple), les assimiler au mieux avec l’idée que je croyais pourtant révolue que le diabète de type 2 est uniquement question d’alimentation. Passons.
L’homme parlait avec assurance, donnant des « réflexes » de nutrition à développer, comme celui qui consisterait à manger les légumes avant toute autre chose au début du repas : rempli de fibres, l’estomac assimilerait mieux les sucres, qui doivent être consommés en dernier, après les protéines qui aident aussi à leur assimilation. Et le voilà de donner un exemple.
— Prenez un couscous. Vous le mangez en trois temps : d’abord les légumes, puis la viande, puis la semoule.
Sur le plateau, les présentateurs adhèrent totalement à son propos, trouvant même l’idée « géniale » ! De mon côté, j’ai failli m’étrangler, et Jo aussi. Et pas parce qu’on mangeait de la semoule toute sèche sans légumes ni viande. Ont-ils déjà savouré un couscous ces gens-là pour proposer de le manger de cette façon ? Que des idiots !
— Le couuuscouuus c’eeest paaas rigolooooo !
Mais si, Petit Mouton. On ne fait plus le couscous qu’avec du collier de tofu.
— Et de la seeeleee de seiiiitaaaan ?
Exactement Petit Mouton ! Tu es très doué en cuisine !
— Aveeec tooooi, jeee preeends de laaaa graaaaineeee.
Tu es si spirituel, Petit Mouton ! Si spirituel !

Vérité syndicale @17

CocotteEh bien voilà ! La Principalate file à la suédoise en nous laissant Petit Mouton et le champ de foin ! C’est bien la peine de friser la haute administration si c’est pour partir en vacances à la première opportunité, surtout en laissant tout le travail aux indépendants. Faut toujours que les indépendants paient pour les fonctionnaires ! N’est-ce pas ?
Je dis non. Définitivement non. Qu’elle se débrouille avec ses billets manquants, la Principalate ! Moi, je prends Petit Mouton par la patte, je l’emmène jouer au foooot avec Jo et je retourne à mes aubes. Et Petit Koala, bien sûr, et Plaidounet. Toute la bande ! On ne va pas se laisser abattre.
— T’eeesss eeen cooolèèèreeeeuuuh ?
Mais non, Petit Mouton. C’est façon de dire.
Allez ! Viens. On y va. Amusez-vous bien avec mon amie albinos, si c’est possible. Elle est tellement bavarde qu’elle arrivera peut-être à faire illusion. Et si vous en avez marre de leur anarchie en Hétéronomie, suivez-moi sur mon blog résolument conservateur et chrétien. C’est ici !

Cuisine @17

CocotteIl faut tout faire ici ! Et tout ça car je serais chrétienne et douée d’une bonté inégalable ! C’est bien parce que c’est Petit Mouton qui me l’a demandé. Et pendant ce temps, les fonctionnaires travailleraient ! Vous y croyez ? Les fonctionnaires travailleraient trop pour faire un billet dans les temps. Et moi, je ne travaille pas, peut-être ?
Il paraît que c’est à cause de « principalat » ; je ne sais pas trop ce que c’est mais cela a l’air grave ; on dirait que c’est quelque chose qui oblige les fonctionnaires à finir leurs journées à l’heure d’ouverture des bars de nuit. N’y voyez aucun lien de cause à effet ; c’est juste pour vous donner une idée. Peut-être que je devrais suggérer de faire « principalat » à tous ces bras cassés qui me pompent de charges et d’impôts à horaires fixes ?
— On aaaaa diiitttttt fooooottttttt, Cccooooocccooooottttttteeeeeeee !
Pardon, Petit Mouton, je n’ai pas l’habitude. Sur mon blog, j’écris ce que je veux contre les fonctionnaires mais c’est vrai qu’ici, c’est le blog d’Isabelle et Cécyle ; je dois faire attention et montrer que je suis charitable. J’espère en tout cas que Petit Koala va vite se remettre de la grippe qui le cloue (pas sur une croix, je vous rassure ; la place est déjà prise) dans la chaleur de Plaidounet.
Je résume. Isabelle, que l’on ne plaint pas, se tue à la tâche (ce qui n’est pas un accident du travail) ; Cécyle fait trop de judo pour prendre la relève ; Petit Koala a la grippe ; Plaidounet le soigne ; Caddie rigole avec Jo ; et moi, je me tape les billets en retard ! Tout ça pour quoi ? Pour que vous ayez de la lecture, pardi ! Si ce n’est pas de l’amour, ça, c’est quoi ?
— Du fooooottttttt !