Archives par étiquette : Aïe !

Grand homme @43

L'image est la couverture du livre de Gaspard Koenig intitulé La fin de l'individu. Cela fait plusieurs fois que j’emprunte à la bibliothèque des essais dont les auteurs ont choisi de s’exprimer à la première personne de façon très marquée. Sur différents sujets qui m’intéressaient, je me suis retrouvée avec des textes tournant au récit de « Nunuche découvre la neige ». Surfant sur des sujets d’actualité brûlante (les fraudes alimentaires, l’intelligence artificielle…), les auteurs brodent sur leurs voyages, leurs lectures, leurs « aventures » (où ils sont souvent assez ridicules) en essayant de leur donner un sens dans leur critique des technologies ou expérimentations.
L'image est la couverture du livre Manger du faux pour de vrai.Au final, j’ai plus parcouru que lu, sautant des passages, cherchant les idées intéressantes, peu nombreuses. Ce narcissisme où les auteurs veulent aguicher en se présentant comme des candides allant révéler les secrets détenus par des margoulins ou des initiés est d’une vanité bien loin de ce cher Candide. Une façon aussi de remplir des pages avec peu d’éléments factuels ou d’analyse.
Misère.

Déo @42

L'image montre les quatre marquages évoqués dans le billet.J’ai remarqué sur un gobelet un nouveau logo, dont j’ai eu du mal à comprendre véritablement le sens. Recherches faites, il s’agit d’un marquage issu d’une directive de l’Union européenne sur les plastiques à usage unique. J’ai trouvé les quatre déclinaisons.
À chaque fois, il y a deux carrés : à gauche, un dessin sur fond rouge est partiellement ou totalement barré (une main jetant un objet d’une pichenette, une main au-dessus d’un objet à terre, des objets au-dessus d’une cuvette de toilette) ; à droite un dessin sur fond bleu avec une ligne représentant des flots sur lesquels flottent les objets vus dans l’autre case, et dessous, une tortue.
D’abord, je n’ai pas reconnu l’un des objets barrés. Il s’agit d’une lingette. Ensuite, je n’ai pas trouvé évident le rapport entre les deux cases. D’un côté, ce n’est pas bien de jeter tel objet dans les toilettes ou en l’air. Quant au gobelet, le dessin n’est pas d’une grande lisibilité, la main à distance à la verticale semblant bénir ou effectuer un exercice de magnétisme plutôt que d’être celle qui a jeté l’objet. De l’autre côté, le fond bleu rassurant semble être plus positif, dois-je déduire que plutôt que jeter les tampons hygiéniques et lingettes dans les toilettes, je devrais les jeter dans la mer ? Enfin, que les objets jetés en l’air ou laissés par terre (pour les toilettes, c’est plus facilement compréhensible) finissent dans la mer est évoqué dans des articles, mais n’est pas d’une appréhension immédiate, surtout pour toutes les personnes qui ne résident pas sur le littoral.
Bref, j’ai rarement vu un marquage autant à côté de la plaque. Pourquoi ne pas « juste » bien indiquer de jeter dans une poubelle plutôt que n’importe où ailleurs ? Mystère. Et, je le crains, inefficacité.

Galère @17

Copie d'écran de l'appli de la banque poste, mode d'emploi. Je ne peux pas vous dire ce qu'il y a dessus, je ne lis pas.LBP — Épilogue ?
Il est important de lire l’Épisode 1, puis l’Épisode 2 pour bien comprendre ce feuilleton.

J’attendais donc la réponse de ma banque à mon message « Certicode défaut d’accessibilité » pour désactiver ce système de certification que je ne pouvais pas utiliser. Elle a mis quelques jours à venir. En voici les trois premières phrases :

« Dans votre message ci-dessous, vous souhaitez activer le service Certicode Plus.
« Nous vous informons que nous ne sommes pas en mesure de prendre en charge cette demande depuis la messagerie.
« Nous tenons toutefois à vous préciser que ce service n’est obligatoire que si vous souhaitez consulter vos comptes via l’application mobile. »

J’ai donc confirmation que l’activation de ce service n’est pas obligatoire pour l’utilisation de mon compte et des paiements en ligne contrairement à ce que laissait supposer le message initial et les insupportables fenêtres intruses (français de l’angliscisme « pop up ») qui s’activent à chacune de mes connexions. Je lis néanmoins la longue suite du message, espérant y trouver un mot sur la question de l’accessibilité qui était au centre de mon message d’origine. Il n’en est pas question, bien au contraire ! On me ressert la procédure pour activer Certicode+ sans tenir compte de mes remarques initiales.
Je me fends donc d’une réponse, un peu colère.

« Bonjour, Je crois que vous n’avez pas bien lu mon message… Ce n’est pas très grave ; le juge administratif sera sans doute plus attentif à mes demandes. Bonne journée ! »

Pour cette fois, la réponse vient dans l’heure…

« Dans votre message ci-dessous, vous souhaitez obtenir des informations concernant le service Certicode Plus. (…) Pour vous assurer toujours plus de sécurité dans la gestion de vos comptes en ligne, La Banque Postale propose le service : Certicode Plus. Ce service gratuit vous donnera un accès simplifié à toujours plus de fonctionnalités (ajout de bénéficiaires, virements, gestion de vos cartes…) depuis votre Espace Client… »

Blablabla blablabla… Je remarque que l’on me sert cette fois un « accès simplifié » alors que mon souci est que ce service n’est pas accessible ; la notion de « simplification », dans ce contexte, m’échappe. Ignorant sans doute ce que signifie « basse vision », cette réponse pousse le vice validiste à m’inviter à me rendre dans mon bureau de poste si « Si vous ne voyez pas ce cadenas » ; à chaque opération ? Mais non, juste parce que ça voudrait dire que mon téléphone n’est pas le bon.
Je réponds encore, plus pédagogique.

« Non, je ne souhaitais pas d’information sur Certicode+ ; je souhaitais dénoncer le défaut d’accessibilité RGGA [je mets le lien] de votre application ce qui m’empêche de l’utiliser (ce qui constitue une discrimination). Je vous invite à continuer à répondre à côté de ma question, le juge administratif va s’en régaler.
« Très bonne fin d’année !
« Je souhaite à la banque postale pour 2022 d’appliquer la loi en matière d’accessibilité numérique. »

Cela fait dix jours ; je n’ai pas de réponse… Je n’en aurai sans doute pas.

Incyclicité @40

L'image montre lL'image montre le vélo-cargo stationné sur la chaussée.Pas loin de chez moi se trouve un centre médical. Fréquemment, des cyclistes accrochent leur engin aux grilles le long de la pente d’accès, là où le trottoir se rétrécit, donc où les vélos sont le plus dans le cheminement piéton.
Un coursier vient régulièrement à ce centre, quotidiennement de ce que je constate, y chercher des échantillons médicaux, j’imagine pour les porter à un laboratoire d’analyse.
Depuis des mois, je l’ai vu se garer directement devant le centre, sur la chaussée, en pleine voie. Cela contraint la circulation, dont celle des bus des deux lignes passant à cet endroit.
L'image montre le vélo-cargo stationné sur le trottoir.Récemment, j’ai constaté qu’il se gare maintenant sur le trottoir. Il n’a pas besoin d’attacher son vélo. Pour autant, il se met aussi là où le trottoir est le plus étroit. Cela oblige les piétons à le contourner, créée une gêne pour des personnes en fauteuil et est un obstacle de choix pour des non-voyants. Tiercé gagnant !
Le discours sur les mobilités douces m’irrite de plus en plus tant au final les piétons sont les premiers – bien devant les automobilistes – à être gênés par l’incivilité de certains cyclistes. Misère.

Galère @16

Copie d'écran de l'appli de la banque poste, mode d'emploi. Je ne peux pas vous dire ce qu'il y a dessus, je ne lis pas.LBP — Épisode 2
Pour lire l’épisode 1
J’installe donc l’appli et… bingo ! Impossible de m’en servir. Je zoome, j’active la lecture à l’écran, je sors le compte-fils ; je n’y arrive pas. Sitôt, je fais un microbillet Twitter, très agacée (au sens où chaque fois que je suis face à des configurations physiques et numériques qui me disent que je suis déficiente visuelle i.e. plusieurs fois par jour, j’en suis blessée et ai besoin d’exprimer la colère qui s’en ensuit).
Je dégaine donc un microbillet Twitter, en même temps que j’envoie un message intitulé « Certicode défaut d’accessibilité » via mon compte en ligne, indiquant la rupture d’égalité et mon intention de saisir le juge administratif (il y a bien un moment où je vais m’y résoudre !) La réponse ne traîne pas et me renvoie à une conversation en message privé. Les réponses toutes faites s’y succèdent mais, en insistant un peu, il m’est clairement indiqué que je peux désactiver Certicode+ et pourrai toujours consulter mon compte et faire des paiements…
Mais pourquoi m’avoir fait croire le contraire ?
Je n’ai pas de réponse sur le sujet.
Au passage, je tombe sur une page du site de ma banque « L’accessibilité sur le site Labanquepostale.fr » avec un contact dédié (le reste de la page dit tout du caractère compliqué de l’accessibilité). Très vite de nouveau, un monsieur m’appelle ; il me confirme que Certicode+ n’est pas obligatoire, convient que la vocalisation sur l’appli est difficile (il est déficient visuel et utilise Voice over) mais n’en dit pas plus, obligation de réserve oblige.
Je décide donc d’attendre la réponse officielle sur mon compte avant de désactiver l’appli… Suspense !

Exposer @24

Docteur Mouton masqué pique Copain Mouton.Mon kiné me raconte l’histoire suivante en s’activant sur ma cheville cassée-réparée qu’il couve de ses bons soins apaisants en compensation de tous les exercices que je lui inflige.
La veille (nous sommes le 29 décembre), un ami l’appelle pour lui proposer de venir au théâtre le soir même.
— Ma femme est covid+, j’ai une place en rabe…
— Désolé, je travaille tard ce soir.
La conversation s’arrête là. Mon kiné reprend ses activités puis, dix minutes plus tard, rappelle cet ami.
— Dis, si ta femme est covid+, tu es cas contact ; c’est 17 jours d’isolement quand on vit avec la personne malade.
— Ah ? Mais j’ai fait un test en même temps qu’elle et j’étais négatif.
Mon kiné renvoie cet ami sur les recommandations de la sécurité sociale. Est-il allé au théâtre ? Mon kiné l’ignore.
Prenez soin de vous ; l’inconscience rôde.

Extravagance parisienne @75

Cécyle sur un Vélib' garé en station.Après l’expiration de mon abonnement Vélib’, j’en avais souscrit un nouveau : réception d’un message de confirmation le 26 décembre puis d’un justificatif de paiement le 27. C’est sans compter par la nouvelle année. Non, Vélib’ ne m’a pas souhaité des vœux de bonne roulette, Caddie en reste le roi, pardon président, incontestable.
Vélib’ m’a écrit le 1er janvier dans la nuit. J’ai donc trouvé au matin un message avec l’objet « Expiration de votre abonnement » pour me dire que mon abonnement a expiré le 25 décembre et m’inviter à en souscrire un nouveau. Ah ! les joies de la bonne utilisation des bases de données… Petit Koala soupire très fort. Courage Petit Koala, ce n’est que le tout début d’année !

Galère @15

Copie d'écran de l'appli de la banque poste, mode d'emploi. Je ne peux pas vous dire ce qu'il y a dessus, je ne lis pas.LBP – Épisode 1
Depuis quelque temps, mon banquier affiche à chaque connexion sur mon compte en banque que je dois souscrire à « Certicode+ », un système de protection de mes transactions financières (paiement CB, virements, etc.) supérieur à celui déjà activé, « Certicode ». Jusqu’à présent, je recevais à chaque transaction (ou presque) un SMS avec un code unique ; le « + » consiste à utiliser l’appli téléphone ou tablette pour saisir un code unique sur un pavé numérique aléatoire (les chiffres changent de place à chaque connexion).
Mon petit doigt me disant que l’appli ne serait pas accessible (pavé aléatoire + taille de police), surtout sur le téléphone que je devais forcément privilégier (un seul appareil peut être associé et je ne me trimballe pas avec ma tablette), je résistais, agacée par ces avertissements sur mon compte et les quelques messages reçus. Et puis, est venu ce message…
Son titre : « Activez Certicode Plus pour accéder à vos comptes »
Je m’inquiète sitôt, le ton a changé ; il semble que si je ne le fais pas, je ne pourrai plus accéder à mon compte en ligne (ce pour quoi je paie cher pourtant) ni payer en ligne. Je lis avec attention le message.

« Pour plus de sécurité, la Directive européenne relative aux Services de Paiements (DSP2) impose une nouvelle étape d’authentification forte pour accéder à vos comptes et réaliser vos paiements en ligne.
« Cette authentification forte deviendra obligatoire dès 2022 et l’accès à votre Application mobile ou votre Espace Client Internet vous sera refusé si vous ne disposez pas d’une solution d’authentification forte.
« La Banque Postale met à votre disposition des solutions que vous devez activer au préalable pour continuer à accéder à vos services en ligne.
« N’attendez plus et équipez-vous gratuitement dès maintenant ! »

« Gratuitement » ? À ce stade de ma lecture, je comprends que la Banque postale va m’offrir de quoi faire une « authentification forte »… non, je ne crois pas au Père Noël et la suite ne me surprend pas.

« Vous avez un smartphone ou une tablette ?
« Téléchargez l’application mobile La Banque Postale puis Activez Certicode Plus. En savoir plus.
« Vous avez un téléphone mobile (hors smartphone) ?
« Rendez-vous en bureau de poste pour Enregistrez votre Numéro de téléphone sécurisé auprès de votre conseiller. En savoir plus.
« La Banque Postale vous remercie de votre confiance. »

Je comprends que si je n’ai pas de smartphone, cela fonctionnera quand même avec peut-être le système dont je dispose déjà. Mais quand je cherche des infos sur mon compte en ligne (elles ne sont pas en lien dans le message, ce serait trop simple), je ne trouve que des infos sur « Certicode+ »… Je demande à Isabelle qui m’indique le pratiquer sans souci. Cela m’inquiète toujours ; pure expression de ma résistance au changement ? J’invite toute personne qui souhaite avancer cet argument à s’adapter au quotidien à ce monde conçu par des valides pour des valides et on en reparle.
Oui, on en reparle ; ce billet est déjà long. Je passe en mode feuilleton…

Peur @16

Lumière indiquant une issue de secours.Sur mon palier, la lumière de secours qui guide vers l’escalier (issue de secours) est face à ma porte d’entrée. Celle-ci éclaire suffisamment bien à mon goût pour que je n’aie pas besoin d’allumer la lumière, ni quand je sors de chez moi et attends l’ascenseur, ni quand j’arrive chez moi et dois ouvrir ma porte.
Il n’est ainsi pas rare, surtout quand j’attends l’ascenseur, qu’un voisin arrive. Quand j’entends une porte palière s’ouvrir, je prends les devants et allume. Mais quand une personne sort de l’ascenseur que j’ai appelé, je n’ai pas moyen de savoir qu’elle arrive. Cela provoque invariablement sursauts et cris ; j’en suis à chaque fois désolée, m’en excuse mais n’arrive pas à me résoudre à allumer.
Faut-il que j’y travaille ?

Exposer @23

Une brochette de valide qui enttourrent deux fauteil roulants (vide)J’ai découvert sur Twitter l’information selon laquelle un musée de Colmar s’est vu offrir deux fauteuils roulants par le Rotary Club, « une aide précieuse destinée à faciliter les visites des personnes handicapées, visuelles ou physiques ». Pour la directrice de l’établissement « ce don permet de poursuivre les efforts entrepris par le musée pour l’accueil des personnes à mobilité réduite sans impacter le budget consacré à l’achat d’œuvres d’art ». Je suis tellement interloquée que j’ai du mal à argumenter. Je vais essayer au cas où le caractère indécent et tendancieux de l’affaire vous échappe.
En moins de 30 secondes, j’ai trouvé sur le Net un fauteuil à 135 euros, livraison gratuite. Ce n’est pas un modèle de compète mais comme il s’agit de véhiculer des personnes à l’intérieur d’un musée sur une courte durée, il est parfait. Les deux sur la photo de l’article des DNA d’ailleurs lui ressemblent. Cela fait donc 270 euros pour deux fauteuils. On remarque le montant exorbitant de la chose… dont l’achat pourrait grever l’achat d’œuvre d’art ?
Au-delà de l’absurdité flagrante de cet argument au vu du montant cité, je remarque que madame la directrice de musée considère qu’il y aurait une concurrence budgétaire entre l’achat d’œuvres et leur accessibilité. Mais ma p’tite dame, si vous achetez des œuvres pour les laisser dans leur caisse — car ça coûte la muséographie et l’entretien des œuvres afin d’y donner accès —, cela sert à quoi d’acheter des œuvres ? On le sent bien, c’est le fait que les visiteurs soient handicapés qui chiffonne cette dame ; car oui, exposer une œuvre pour un coût habituel d’exposition, c’est normal ; mais exposer une œuvre de manière à ce que les PMR y aient accès, alors là ! Il y en a 3500 exposées au musée Unterlinden ; le coût supplémentaire pour l’accueil des PMR avec l’achat de deux fauteuils est donc de 0,0771 euro ; la gabegie (même sans amortissement sur cinq ans) !
Ceci établi, je m’interroge également sur l’utilité de ces fauteuils pour faciliter la visite des déficients visuels. Je suis sûre que Sarah serait ravie de me coller dans un fauteuil quand nous allons au musée pour pouvoir jouer aux autotamponneuses et piquer des sprints sur les parquets ; mais je ne suis pas certaine que faire plaisir à Sarah soit la motivation première de la directrice de ce musée. Quelle est-elle alors ? Éviter qu’ils soient autonomes, les contraindre de regarder les œuvres assis alors qu’elles sont exposées pour être vues debout (bah oui, ma p’tite dame, 80 % des handicapés visuels voient quelque chose !), les empêcher de se déplacer comme bon leur semble ? Il est vrai qu’un handicapé en liberté, c’est terrible !
Je m’arrête là, je vais devenir vulgaire alors même que c’est votre validisme, madame la directrice, qui l’est : vulgaire donc indigne de votre mission de diffusion de l’art.