Archives de catégorie : Vérité syndicale @

Vérité syndicale @40

J’évoque avec quelqu’un les différents emplois que j’ai exercés de nuit : surveillance, livraison de journaux, écoute téléphonique… La personne tique. Elle me demande si je travaille dans la police. Je ne comprends pas bien.
Puis, ça fait tilt : ah ! les écoutes téléphoniques ! J’explique alors que je parlais d’écoute téléphonique d’assistance, pas de leurs pendants d’interception plus ou moins légale de conversations. Il s’agissait des quelques semaines où j’ai été écoutante à Sida Info Service.

Vérité syndicale @39

L'image montre le message évoqué dans le billet et un schéma montrant la progression de la livraison.

Livraison dans l’urgence sans urgence

En ce mois de mai 2021, j’utilise pour la première fois la plateforme d’envoi d’eBay. Je choisis un envoi en 48 heures, paye en conséquence et dépose le jeudi midi le colis à La Poste. Le lundi est férié donc normalement l’arrivée est prévue pour le samedi, au pire le mardi.
En regardant le suivi, je m’aperçois que la livraison est prévue le mercredi. En gros est inscrit « En raison de la situation d’urgence liée au coronavirus, il se peut que les livraisons soient retardées. » Euh… disons environ un an et demi après le début la pandémie du fameux coronavirus, la notion d’urgence me semble un peu pathétique comme argument. Il est urgent de ne pas être dans l’urgence du respect des engagements me semble plus juste.

Vérité syndicale @38

Code du travail DallozLa fonction publique n’est pas connue pour ses « salaires » (on y parle plus précisément de traitements) mirobolants. Longtemps, j’ai gagné bien moins que mes amis proches. Et les perspectives ne sont pas toujours mirifiques. Plusieurs fois ces dernières années, des personnes m’ont conseillé de tenter des postes dans le privé. J’ai écouté, parfois regardé, mais je n’ai jamais franchi le pas, n’y étant pas décidée.
Et je n’ai pas regretté. Aujourd’hui, je ne m’inquiète pas de mon emploi, mes revenus ont été uniquement en augmentant au cours de ma carrière, les étapes m’en ont donné de grandes satisfactions comme encore récemment.
La peur de me lancer dans un univers inconnu, le manque de repères, la voix de la raison… Peut-être de nombreuses raisons, bonnes ou non, m’ont poussé à choisir cette voie. Je ne regrette vraiment pas.

Vérité syndicale @37

Dans les propositions d’astuces de mon téléphone, je tombe sur « Comment regarder une vidéo en travaillant ». Le manque d’attention et les difficultés de concentration sont pointés depuis un moment par de nombreux scientifiques comme des méfaits des outils numériques, liés à l’hypersollicitation cognitive. Beaucoup dénoncent ce qui relève de manipulations pour vendre plus : de matériels, de données, d’espaces publicitaires, etc.
Qu’un membre des GAFAM explique comment augmenter un peu plus ces conséquences négatives souligne combien ces enjeux sont lucratifs au détriment des utilisateurs les plus enclins à être influencés. Voilà de bonnes raisons pour se méfier de ces « astuces » !

Vérité syndicale @36

Je regarde une série en « replay ». Elle est précédée et entrecoupée de publicités. Plusieurs sont pour une société de livraison de repas. L’une d’elles montre une cliente qui va accueillir un livreur. Ce dernier porte un masque, mais elle… n’en a pas, affichant un sourire bien visible.
Quel mépris pour les livreurs ! Voilà comment une société envisage les conditions de travail des autoentrepreneurs mal payés qu’elle fait rouler face à une clientèle-reine qui peut se permettre de pas les respecter. Un cynisme à l’image de cette société et ses pratiques prédatrices.

Vérité syndicale @34

J’ai eu besoin de consulter un médecin dans mon quartier. J’en ai trouvé une, s’installant dans un cabinet médical qui venait de s’ouvrir pas très loin de chez moi. Au premier rendez-vous, comme au second, cette médecin, urgentiste jusque-là, avait son masque… sous le nez. De même en était-il pour la secrétaire, quand il n’était pas carrément sur le menton. Cela m’a passablement refroidie à fréquenter ces lieux.
Toutefois, j’ai vu une kinésithérapeute à ce cabinet et j’en suis ravie. Jeune aussi, intelligente, elle m’a permis de travailler au mieux pour réduire mes douleurs au dos et au genou. Elle porte un masque correctement. À la troisième séance, son masque est descendu sous le nez, elle l’a tout de suite remis. Je lui ai parlé de la secrétaire et son masque ostensiblement tout le temps sous le nez. Elle est d’accord qu’il y a a minima un problème d’exemplarité et devait lui en parler. À voir comment elle le portera à ma prochaine séance au cabinet. Suspens.

Vérité syndicale @33

Salut, c’est Caddie.
Je sais pas comment vous dire… je suis tellement malheureux ! Faut me comprendre ; si j’avais su mais y a tant à contrôler quand on fait les commissions avec ma ménagère albinos que ça m’a échappé. Et voilà, à cause de moi, elle aurait pu mourir.
— Quoi mon Caddinounet ? C’t’une blague ?!
Si seulement, Petit Koala. Si seulement ! Mais c’est grave ! Trop grave. Je dois me faire vieux en dépit des soins du kiné. Il faut que j’arrête mes fonctions de Caddie officiel. Je ne peux pas la mettre en danger comme ça. Tout le monde compte sur moi.
— Pour sûr mon Caddinounet ! Et on a l’totale confiance. T’as pas pu faire u’truc grave à c’point.
Si tu savais…
— Ben raconte !
Tu diras pas aux Mouton ? Ils m’en voudront à mort !
— D’abord, l’Mouton, n’en’ont jamais voulu d’quoi qu’c’soit à personne, surtout pas à toi. Ils t’aiment si fort. T’as bien l’droit d’faire d’boulettes. Tu fais tellement pour tout l’monde. C’est à cause d’c’jambon ?
Non, ça, c’était pas moi ! C’est à cause du gel contre le minus. Je lui ai fait utiliser du gel qui n’en est pas.
— Non ?
On a vu au Magazine de Marina. Y a gel et gel. On en avait acheté deux petits flacons au Lidl y a plusieurs mois. Y a marqué « gel hydroalcoolique » et j’avais regardé qu’il y avait de la bibine dans la composition. Mais c’était pas le premier ingrédient et pas le bon tord-boyaux ! Ça m’a étonné qu’y avait pas le taux indiqué mais bon, ça m’avait pas inquiété ! Alors tout le début qu’elle a utilisé ce stock, ben le minus, il aurait pu lui rentrer dans la voie respiratoire.
— C’t’histoire !
Tu comprends pourquoi faut que j’arrête les commissions ? et la protection rapprochée ? Je devrais me trouver un petit coin tranquille à la cave, pour la retraite…
— C’est hors d’question mon Caddinounet chéri ! J’savais pas non plus qu’y a gel et gel. Et je t’parie que t’lui as trouvé l’vrai d’puis.
Ouais, à la pharmacie. J’ai vérifié, c’est bon. Mais quand même. J’veux pas la tuer !
— Arrête av’ça. Elle va bien et tu m’as dit qu’elle s’lave l’mains au savon quand elle rentre et t’passe la poignée au vinaigre.
Je confirme, ça pue.
— Alors, viens ! Les Mouton nous attendent pour l’foooooot ! J’dirai rien, promis. Mais toi, t’mouches ton nez et t’oublies cet’ idée d’arrêter. J’aime pas d’t’voir comme ça.
Merci. T’es un vrai pote.
— T’es mon Caddinounet, l’seul, l’unique.

Vérité syndicale @32

Le premier jour de la vente dans les pharmacies de masques en tissu, je savais que ma pharmacie n’en avait pas encore reçu quand je suis passée devant une autre officine de mon quartier. Un affichage extérieur annonçait « Vente de masques chirurgicaux ». Je suis rentrée pour voir s’il y avait du gel et connaître le prix des masques en tissu.
Il y avait bien du gel (ma pharmacie vendait de la solution liquide, pas toujours pratique) et j’en ai pris une bouteille. Vérification faite, elle bien était vendue conformément à l’encadrement des prix, mais, surprise ! à son montant maximum.
Pour le masque, un client en avait acheté juste avant moi et j’avais entendu ce qui me semblait être 8,90€. Je demande confirmation et le vendeur, pardon l’employé, de la pharmacie, me répond immédiatement « 10€ », avant de se reprendre et dire « 8,90€ pour adulte ».
Je crois que ce commerce est un cas typique de ces officines de marchands avant d’être des pharmaciens. Pendant le temps de ma présence, sur un écran publicitaire (je n’ai pas d’autres mots) s’affichait régulièrement le message, un peu daté, invitant les personnes ayant des masques chez elles à les déposer pour qu’ils soient remis aux soignants. Face à ce message résumant toute l’incurie politique du moment, le doute m’a même effleuré que si des masques ont été déposés, ils aient bien été remis aux soignants. Je n’aurais pas eu ce doute dans ma pharmacie de référence.

Vérité syndicale @31

L’épidémie de coronavirus a mis en avant les « soignants ». Cette notion s’est imposée pour évoquer l’ensemble du corps médical (médecins, infirmiers, aides-soignants, etc.) Médecine hospitalière et de ville sont incluses sous cette même notion.
Il y a encore peu, les distinctions étaient très marquées, de la part du corps médical comme des médias. Elles l’étaient d’ailleurs le plus souvent de façon très genrée : les médecins, les infirmières, les aides-soignantes…
Reste à savoir si cet élan collectif perdurera.