Archives de catégorie : Exposer @

Exposer @27

Le chantier de destruction de la fontaine dont je parle dans le billetLa place de Catalogne à Paris, depuis sa création, accueillait en son centre une œuvre du sculpteur polonais Shamaï Haber, soit une planche à eau inclinée. J’aimais beaucoup cette œuvre, surtout quand il y avait de l’eau. Depuis une dizaine d’années, le mécanisme, complexe, était hors service et la Ville, qui en avait fait commande, n’a jamais fait le nécessaire pour que cela fonctionne. On m’a raconté que les malfaçons avaient été légion au moment de la construction et que les problèmes venaient de là.
Récemment, la Ville a décidé de transformer la place en « forêt urbaine ». Je trouve que c’est un beau projet mais je me suis inquiétée pour la fontaine. Lors de réunions de concertation et diverses rencontres, j’ai demandé ce qu’il en était ; chacun restait évasif, invoquant « un blocage » de la part des ayants droits (les ingrats !), négligeant parfois le droit moral.
À l’occasion d’un article du Parisien, j’ai fait un microbillet Twitter. Puis un second. Un troisième (avec un belle vidéo). Toujours pas de réponse. J’avais également posé la question via le site de la Ville le 6 avril. Enfin, ce 13 mai (mon jour de chance), la réponse est venue :

« En réponse à votre message et après consultation du service concerné, l’aménagement de la Place de la Catalogne vise à créer une véritable forêt urbaine au centre d’une place apaisée.
« La fontaine intitulée « Le creuset du temps », qui présentait des dysfonctionnements récurrents depuis les années 1990, doit être démontée mais un mur commémoratif sera réalisé afin de conserver une trace de l’œuvre de Shamaï Haber sur la Place, en accord avec Madame Béatrice Haber, ayant-droit de l’artiste.
« En outre, le démontage de l’œuvre sera l’occasion d’en recycler une partie des matériaux constitutifs, sur place (grilles) ou sur d’autres aménagements de voirie (blocs granit). »

J’aime beaucoup la notion de « recyclage des matériaux constitutifs » de l’œuvre ; on devrait demander un amendement à la loi de 2016 dans l’article 2 « diffusion », l’obligation de recycler les œuvres d’art détruites !

Exposer @26

Fragment d'une œuvre de charles Ray, une grande sculputre avec une dame allongée, le corps revouert de dessins de fleurs, sa main à son pubis.Je continue dans la rubrique musée, cette fois à partir d’une expo qui m’a touchée : Charles Ray au centre George Pompidou (jusqu’au 20 juin 2022). J’y suis allée avec Sarah, tout à fait par hasard ; nous devions nous balader ; il pleuvait dru ; nous sommes entrées à Beaubourg nous abriter ; et nous avons savouré ces sculptures et pas uniquement parce que « la dame se touche le zouzou ».
Oui, Sarah parle comme ça, parfois ; surtout quand elle veut attirer mon attention ! Il y a beaucoup de choses à voir dans un musée ; j’ai le zoom photo de mon téléphone pour m’aider (cela n’a pas toujours été le cas) ; mais si je suis occupée à gérer mon environnement et à chercher à voir (« savoir ce qui est où ») l’essentiel (la beauté ?) m’échappe. Notre rituel de visite est calé sans être véritablement explicité : elle me lit les présentations générales, puis je marche au centre des salles pendant qu’elle en fait le tour ; je m’imprègne et capture ce que je peux au passage.
Et puis, une main s’abat sur mon col ; Sarah me chope et me déplace (mieux qu’un judoka), me plante devant une œuvre, en dit ou non quelque chose et me laisse là. Parfois, je l’interroge, lui demandant des explications sur fond de « Qu’est-ce que c’est ? » ; il y a eu par exemple cette petite sculpture de Charles Ray, un petit tas grège au sol ; je n’étais même pas sûre que c’était une œuvre ; Sarah décrit, en toute subjectivité, s’aidant parfois des cartouches.
Et on repart… Parfois, on y revient ; le même jour ; ou un autre si cela nous a semblé important de revoir. Quand je m’ennuie, c’est que l’émotion ne passe pas. Je laisse à Sarah le temps de regarder, sans (trop) protester. Elle n’est pas du genre à s’appesantir devant les œuvres. Cela me va. Pour cette expo ce n’est pas le zouzou qui m’a le plus fasciné, mais la voiture et le pied que j’ai vu en nain. On y retournera.
À force de musées et visites, j’ai fini par demander à Sarah si le fait de nourrir mon œil ne portait pas préjudice à sa propre visite, ne contraignait pas ses émotions.
— Non, c’est un partage.
Oui, mais quand même. J’ai pris l’exemple de notre « visite » du camp d’Auschwitz-Birkenau, quand l’émotion est telle que parler est impossible. Ne la privé-je pas du plus intime en l’obligeant à me décrire ce qu’elle voyait ? Ma question l’a laissée dubitative, presque sans réponse tant cela ne lui était pas venu à l’esprit. Quant à moi, j’ai appris à voir ce que je ne vois pas à partir de descriptions qui m’ont été faites du monde et ce média ne gâche pas mes émotions ; je le raconte dans Tu vois ce que je veux dire. Que j’aime le monde de ceux qui aiment partager le leur ; une joie en cinq dimensions (trois pour l’autre, deux pour moi) ; pauvres sont ceux qui se privent de cela.

Exposer @25

Vue sur "Le confident", casque audio de visite.Rectificatif !

Ce n’est pas le Musée de la marine que je suis allée visiter avec Sarah mais l’Hôtel de la marine ! Je me dois donc de présenter mes excuses au Musée ; et de modifier mon billet initial… ou presque. Je remplace la mention « Musée » par « Hôtel ». Et l’adresse du site Web. Par contre, les notions de grand et petit tour sont les mêmes, ainsi que les tarifs. Je mets à part mon couplet sur le défaut d’accessibilité du site qui s’appliquait au Musée. Celui de l’Hôtel est en effet facile d’usage, comme me l’avait indiqué Sarah.

Version corrigée (28 mars 2022)

Je suis allée visiter l’Hôtel de la Marine, place de la Concorde, avec une amie, le « petit tour » m’a-t-elle annoncé et je n’ai, comment dire, rien vu… Oui, c’est à peu près ça ; et pourtant. Pourtant ?
À l’arrivée, on nous distribue un casque audio en précisant à Sarah (moi, évidemment, on ne me parle pas, la canne blanche, ça ressemble tant à une arme létale) qu’il n’y a aucun texte dans le musée. Chouette non ? Le casque est inconfortable ; ce n’est pas grave la visite a duré vingt minutes. Je n’arrive pas à le manipuler ; les touches sont pourtant en relief ; je ne suis d’ordinaire pas manchote sur le relief… Je n’y arrive pas. Le son est trop fort, je baisse, et me retrouve avec deux messages en stéréo ; celui du casque et celui de Sarah qui me guide, avec une des deux oreilles sur la joue pour l’entendre elle ; compliqué.
Mais pourquoi elle me guide puisqu’il y a de l’audio partout ? Comment expliquer aux concepteurs de cette innovation s’ils ne l’ont pas déjà compris ? J’essaie. Dans le casque, on me raconte l’histoire du musée et de la marine, avec des voix de mauvais comédiens (un métier !) ; mais on ne me dit rien de ce que je vois (boiseries, œuvres, agencement, décors, etc.). Il faut donc bien que Sarah me le dise. Et quand je lui demande « C’est quoi ce tableau ? », elle n’en sait rien, le casque ne le dit pas et aucun cartouche n’est disponible (on nous avait prévenues !)
On se promène donc dans de jolis salons, avec vue imprenable sur la place de la Concorde. On passe dans une salle avec une table vidéo, grande, ronde, qui nous transforme en explorateurs autour d’un planisphère occidocentré… Sarah n’a pas réussi à faire circuler un bateau à partir de l’une des tablettes tactiles incrustées dans la table. Elle sait pourtant lire, écrire, dispose de plusieurs diplômes d’enseignement supérieur et de toutes ses facultés intellectuelles et sensorielles… Elle ne sera jamais marine de la conquête coloniale. Ouf !
Vingt minutes, donc ; et j’ai déjà trouvé ça long. Sarah veut retourner faire « le grand tour », misère ! Je regarde sur le site pour ce billet et m’y préparer, site qu’elle a qualifié de « très bien fait » ; il est facile d’usage pour moi mais sans déclaration de conformité RGAA ce qui augure mal de son accessibilité réelle. J’y découvre que le casque a un petit nom « Le Confident, casque connecté et véritable compagnon de visite, recourt à une technologie en son binaural permettant de redonner vie aux espaces et aux personnages qui ont habité ces lieux. Une expérience de médiation immersive et novatrice pour vivre une plongée au cœur de l’histoire du monument. » Il ne s’agit donc pas de rendre la visite accessible aux déficients visuels car on les immerge sans se demander s’ils savent nager (c’est une métaphore ; je précise, au cas où…).
Je conclus ma réécriture en invitant les concepteurs de cette merveilleuse innovation validiste à se plonger dans un milieu sans information visuelle sur ledit milieu. Noyade garantie… dispensable fonc (surtout si vous devez vous acquitter des 13 euros de la visite) !

PS. Elles sont où les toilettes ?

Copie d'écran du site du musée de la marine, un tel fatras que je suis incapable de vous le décrire.Version originale du dernier paragraphe consacré à l’accessibilité du site du Musée de la marine.
(…) Je regarde sur le site pour ce billet et m’y préparer, site qu’elle a qualifié de « très bien fait » ; c’est dire si elle est fortiche car moi, je ne comprends pas comment y naviguer (ah ! la marine ; je n’ai décidément aucun goût pour le pompon) au milieu de ce grand bazar. Je clique un peu au hasard (ça rime avec bazar) et arrive sur une page « Un grand musée maritime pour le XXIe siècle »… dispensable (surtout si vous devez vous acquitter des 13 euros de la visite) !

Exposer @24

Docteur Mouton masqué pique Copain Mouton.Mon kiné me raconte l’histoire suivante en s’activant sur ma cheville cassée-réparée qu’il couve de ses bons soins apaisants en compensation de tous les exercices que je lui inflige.
La veille (nous sommes le 29 décembre), un ami l’appelle pour lui proposer de venir au théâtre le soir même.
— Ma femme est covid+, j’ai une place en rabe…
— Désolé, je travaille tard ce soir.
La conversation s’arrête là. Mon kiné reprend ses activités puis, dix minutes plus tard, rappelle cet ami.
— Dis, si ta femme est covid+, tu es cas contact ; c’est 17 jours d’isolement quand on vit avec la personne malade.
— Ah ? Mais j’ai fait un test en même temps qu’elle et j’étais négatif.
Mon kiné renvoie cet ami sur les recommandations de la sécurité sociale. Est-il allé au théâtre ? Mon kiné l’ignore.
Prenez soin de vous ; l’inconscience rôde.

Exposer @23

Une brochette de valide qui enttourrent deux fauteil roulants (vide)J’ai découvert sur Twitter l’information selon laquelle un musée de Colmar s’est vu offrir deux fauteuils roulants par le Rotary Club, « une aide précieuse destinée à faciliter les visites des personnes handicapées, visuelles ou physiques ». Pour la directrice de l’établissement « ce don permet de poursuivre les efforts entrepris par le musée pour l’accueil des personnes à mobilité réduite sans impacter le budget consacré à l’achat d’œuvres d’art ». Je suis tellement interloquée que j’ai du mal à argumenter. Je vais essayer au cas où le caractère indécent et tendancieux de l’affaire vous échappe.
En moins de 30 secondes, j’ai trouvé sur le Net un fauteuil à 135 euros, livraison gratuite. Ce n’est pas un modèle de compète mais comme il s’agit de véhiculer des personnes à l’intérieur d’un musée sur une courte durée, il est parfait. Les deux sur la photo de l’article des DNA d’ailleurs lui ressemblent. Cela fait donc 270 euros pour deux fauteuils. On remarque le montant exorbitant de la chose… dont l’achat pourrait grever l’achat d’œuvre d’art ?
Au-delà de l’absurdité flagrante de cet argument au vu du montant cité, je remarque que madame la directrice de musée considère qu’il y aurait une concurrence budgétaire entre l’achat d’œuvres et leur accessibilité. Mais ma p’tite dame, si vous achetez des œuvres pour les laisser dans leur caisse — car ça coûte la muséographie et l’entretien des œuvres afin d’y donner accès —, cela sert à quoi d’acheter des œuvres ? On le sent bien, c’est le fait que les visiteurs soient handicapés qui chiffonne cette dame ; car oui, exposer une œuvre pour un coût habituel d’exposition, c’est normal ; mais exposer une œuvre de manière à ce que les PMR y aient accès, alors là ! Il y en a 3500 exposées au musée Unterlinden ; le coût supplémentaire pour l’accueil des PMR avec l’achat de deux fauteuils est donc de 0,0771 euro ; la gabegie (même sans amortissement sur cinq ans) !
Ceci établi, je m’interroge également sur l’utilité de ces fauteuils pour faciliter la visite des déficients visuels. Je suis sûre que Sarah serait ravie de me coller dans un fauteuil quand nous allons au musée pour pouvoir jouer aux autotamponneuses et piquer des sprints sur les parquets ; mais je ne suis pas certaine que faire plaisir à Sarah soit la motivation première de la directrice de ce musée. Quelle est-elle alors ? Éviter qu’ils soient autonomes, les contraindre de regarder les œuvres assis alors qu’elles sont exposées pour être vues debout (bah oui, ma p’tite dame, 80 % des handicapés visuels voient quelque chose !), les empêcher de se déplacer comme bon leur semble ? Il est vrai qu’un handicapé en liberté, c’est terrible !
Je m’arrête là, je vais devenir vulgaire alors même que c’est votre validisme, madame la directrice, qui l’est : vulgaire donc indigne de votre mission de diffusion de l’art.

 

Exposer @22

Logo de PharosLa page Facebook de l’association des albinismes dont je suis l’animatrice reçoit régulièrement des demandes de diffusion de castings pour des émissions télé, des reportages, des œuvres de fiction voire du mannequinat. Je n’en suis pas fan tant la plupart recherchent des « freaks », de préférence en souffrance. D’un autre côté, certaines personnes albinos peuvent avoir envie de partager leur expérience, notamment dans les émissions télé ou les reportages. Je diffuse donc ces derniers quand ils émanent de chaînes ayant pignon sur rue.
Pour les castings comédiens, figurants ou de mannequinat j’ai tendance à considérer que si des personnes souhaitent épouser ces métiers, ils peuvent s’inscrire dans des agences ad hoc. Quand la demande émane d’une source non identifiée et/ou recrute des mineurs, j’avoue, je sors mon revolver. C’est arrivé très récemment. Nous avons reçu un message émanant d’une page Facebook nouvellement créée, sans aucune coordonnée, qui indique chercher « une adolescente de 16 ans noire ou afro descendante très particulière. (…) l’idée que le personnage principal soit interprété par une jeune fille albinos apparaît de plus en plus pour la réalisatrice comme une évidence. »
Une telle formulation me gêne ; est-ce parce que j’ai récemment lu Chavirer de Lola Laffon (que je vous recommande) ? J’ai indiqué à mon interlocuteur anonyme que je ne relaierais pas son annonce et que les signaler à Pharos me démangeait. La réponse n’a pas tardé : cris indignés, nom de la société de production, numéro de téléphone pour « en discuter »… et cette phrase « Si vous pensez à une jeune fille, ce serait vraiment dommage de ne pas lui permettre cette formidable opportunité ! »
Une « formidable opportunité » ? La formule m’a mise en colère tant elle est l’expression d’un monde qui exploite les personnes et s’assoit sur leur dignité en leur faisant miroiter luxe, gloire et beauté. Bien sûr, une personne peut avoir envie de faire une carrière de comédien ou de mannequin ; mais si elle est recrutée uniquement sur son physique, en l’espèce de noir albinos, est-ce vraiment de création artistique dont on parle ? En plus de ne pas diffuser cette annonce, j’ai programmé sur la page une publication informant nos internautes de l’existence de Pharos.

Exposer @21

Je suis assise dans le noir, avec un masque, des cannes et des solaires. On me voit très mal; Derrière moi, un carré lumineux indique la présence d'une photo.Je suis allée voir deux expos avec Sarah à la BNF. La première, consacrée aux surréalistes, comportait assez de gros caractères et de grandes images pour que je puisse y trouver mon compte. La seconde, consacrée à Cartier-Bresson, m’a inspiré deux microbillets Twitter, illustration à l’appui. L’accessibilité handicap physique (j’étais en cannes anglaises) était pourtant assurée : ascenseur facile à trouver, distribution d’un siège par l’agent d’accueil à l’entrée de la première exposition. Seul bémol : le contrôle des passes sanitaires générait une petite file d’attente et j’ai dû faire du forcing pour bénéficier d’un coupe-file.
À l’inverse, quand j’ai demandé s’il existait un audioguide à l’entrée de l’expo Cartier-Bresson, il m’a simplement été répondu que je pouvais suivre la visite guidée tel jour à telle heure, visite non garantie audiodescription si j’en crois le site de la BNF. En attendant que je sois disponible le jour J, les concepteurs de l’expo n’ont clairement pas imaginé qu’un déficient visuel pourrait venir voir des photographies. Je les plains finalement ; cela témoigne d’un esprit étriqué et réactionnaire qui n’est pas à l’honneur de cette vénérable institution culturelle qu’est la BNF.
J’ai néanmoins eu mon lot de consolation. Dans l’accrochage par Wenders, l’espace était plongé dans le noir, les photographies simplement éclairées. Sarah voulait voir une vidéo dans une pièce à part. Facétieuse, elle a installé mon tabouret pliant devant le texte écrit tout tout petit présentant ladite vidéo. Pendant les cinq minutes que je suis restée là à écouter ma musique, une quinzaine de personnes se sont présentées, se contorsionnant pour lire le texte. Pas une de m’a demandé si je pouvais me décaler, ma paire de cannes anglaises avérant pourtant que je pouvais marcher. Solaires sur les yeux, je n’ai pas bronché, souriant sous mon masque.
— Tu n’en rates pas une !
Pas une, Caddie. Pas une.

Note. La photo d’illustration a été prise un peu plus loin dans l’expo.

Exposer @20

Photographie de Sarah BudkiÀ chaque visite de la police, sa blague.
Après que nous avons remis un cadenas avec mon gardien, je suis redescendue quelques jours plus tard dans ma cave avec ma présidente d’amicale de locataires convaincue que les propriétaires de ce que la police avait saisi reviendraient. Cela n’a pas manqué. Le cadenas avait été arraché, le contenu d’une caisse contenant des sacs prestement éparpillé, rien de plus. Nous avons fait des photos, mon gardien a mandé la réparation de la porte et j’ai déposé une nouvelle préplainte.Karadoscope®
L’équipage venu me la faire signer était composé de trois agents, dont une jeune femme. L’un d’eux me fait signer, les deux autres discutent, je ne sais pas de quoi. Puis j’entends la jeune femme.
— Vous êtes photographe ?
— Non, je suis écrivaine.
— Ah, c’est vous les textes…
Je me retourne. Les deux agents sont devant quatre photographies argentiques de Sarah, trois photographies d’écran télé sous-titrées et une émulsion liquide. Je lui explique que non, que j’écris des romans. Elle m’interroge alors sur les autres photographies, très intéressée ; son collègue également. Le troisième, P.-V. de plainte en main, s’impatiente. Je m’excuse auprès de lui de cette digression artistique.
— Aucun souci madame, franchement, ça nous change.

Exposer @19

Quand j’ai préparé ce billet souvenirs, j’ai cherché une photo prise à l’école Frédéric Mistral, dans ces années-là. Je n’en avais pas. J’ai demandé à maman si elle en avait ; elle n’en avait pas non plus. J’ai regardé les photos de mon album prises à Avignon autour de l’année 70 ; j’en ai cinq ; sur les trois, je suis en slip de maillot de bain ; deux au bord d’une piscine et une allongée à plat ventre sur un lit sans drap ; sur les deux dernières, je suis en robe dans ce bac à sable.
D’emblée, je n’ai pas eu envie de choisir celle où je suis allongée sur ce lit. Je l’ai trouvée trop intime, et « voyeuse » ; idem pour les deux prises au bord de la piscine. C’est étrange. Une enfant de quatre ans en culotte de maillot de bain au bord d’une piscine n’a rien de tendancieux ; et sur la photo où je dors, j’ai une culotte sur les fesses. Pourquoi quelque chose m’a gênée pour choisir celle dans le bac à sable où je suis plus habillée ?
La tendance est à la mise en lumière des crimes et atteintes sexuelles sur les enfants ; je n’ai pas souvenir d’en avoir subi ni ne peux identifier dans ma vie d’adulte des indices indiquant que j’ai refoulé quelque chose de cet ordre. J’en conclus que cela ne m’est pas arrivé mais je sais depuis longtemps que cela arrive à plein d’enfants (maman m’en parlait car elle prenait en charge des enfants victimes de toutes sortes de violences). Je m’oppose par exemple à la publication de photos d’enfants sur les réseaux sociaux, comme la page de mon club de judo. Au club, je suis très attentive, à mes gestes, à ceux des autres adultes et au respect de l’intimité et du corps des enfants.
Est-ce dans ce contexte que je n’ai pas envie de diffuser une photo de moi à demi nue sur un lit en train de dormir ? Cette photo, particulièrement, me semble un pousse-au-crime. Je ne vous la montrerai donc pas ; on ne pourra pas en discuter même si ce serait intéressant. Quoi qu’il en soit, si vous avez le moindre doute sur des faits de violences sur des enfants, agissez !

 

Exposer @18

Je participe depuis plusieurs années à l’étude Nutrinet santé ; c’est un peu fastidieux parfois mais en plus de contribuer à la connaissance des comportements alimentaires, cela me permet d’avoir un regard sur mon alimentation. Les trois journées par an où je note scrupuleusement ce que je mange et bois, je sens toujours que j’ai envie de limiter mes quantités dans la déclaration que je fais comme si ces sondages m’observaient. C’est le cas, mais de manière statistique. Par contre, moi, je m’observe et je pense qu’au fil du temps, combinés à d’autres choix que j’ai faits, mon alimentation s’améliore en qualité nutritionnelle et baisse en quantité.
Mi-mai 2020, cette étude m’a proposé de faire un autotest sérologique covid-19 (envoi postal). J’ai sauté sur cette opportunité de savoir si le gros rhume que j’avais eu à partir du 13 mars 2020 était ou non un rhume : j’avais fait beaucoup de judo, côtoyé beaucoup d’enfants ; même si je fais un usage limité des transports collectifs, la question se posait. Le résultat a tardé à venir, ce qui est logique vu que cet examen faisait partie d’une vaste étude. Il est sans ambiguïté négatif.
D’emblée j’en ai été soulagée. Beaucoup de personnes sont ravies de se découvrir positives, considérant qu’elles seraient immunisées. La démonstration scientifique n’en est pas faite et je préfère n’avoir contaminé personne à l’époque où l’on ignorait l’importance de se protéger collectivement. Je n’ai pas cessé de me laver les mains en rentrant chez moi (ce que je faisais déjà avant la pandémie), utilise en extérieur le gel hydroalcoolique mis à disposition par la Ville ou les commerçants, porte le masque sur le nez quand il est obligatoire ou quand je trouve la foule un peu dense, utilise très peu les transports et ne fréquente pas les lieux censément bondés (ce que je n’ai d’ailleurs jamais aimé faire).
Ce qui me chagrine le plus, c’est de ne pouvoir serrer les mains. Ce contact physique avec mes interlocuteurs m’est important ; il est une marque de reconnaissance, de respect ; le signal de l’entrée en relation et de sa fin. Quant à mes amis, je les embrasse pour la plupart, plutôt sur les oreilles qu’au beau milieu des joues.
— Pas sur la bouche ?
Caddie !