Archives de catégorie : Contre @

Contre @5

Comme tous les matins en rentrant du sport, j’ouvre ma boîte aux lettres. Pas de courrier cette fois-ci (souvent le facteur n’est d’ailleurs pas encore passé) mais un prospectus intitulé « Test de personnalité »… Chouette ! Je vais enfin me connaître ! Ahahah (rire ironique).
Il est cette fois question d’« Oxford Capacity Analysis ». Quoi ? Un vrai test scientifique certifié par une grande université pour « connaître les dix traits de [ma] personnalité qui déterminent [mon] avenir, [mon] bonheur » et pour « découvrir comment les améliorer » ? Nouveau rire ironique.
Je retourne la feuille et les choses se précisent : « C’est le seul test qui fournit une analyse mesurable et précise (graphique à l’appui) de votre personnalité. Sans obligation de votre part. »
Très vite, on me rassure (de quoi d’ailleurs ?) : « Ceci n’est pas un test psychologique (ah c’est de ça dont je devrais avoir peur) : il est interprété par un scientologue formé à son interprétation. » Euh donc je suis censé être rassuré là ?? À coté du graphique, une carte géographique indique où se trouve l’Association spirituelle de l’Église de Scientology d’Île-de-France… On appelle ça avoir pignon sur rue.
Apparemment, le temps où cette secte se cachait sous le concept de « Dianétique » (ici) pour ne pas s’afficher…
Le point positif est que la scientologie n’avance manifestement plus masquée… Je ne suis néanmoins pas certain que cela soit en faveur de son éradication. Ahahah (rire jaune).

Contre @4

Voiture coccinelle miniature

Lors des comptes rendus sur les actions des « gilets jaunes » sur France info le samedi 17 novembre, actions que je ne soutiens pas, il y a eu beaucoup de « portraits » de ces personnes. Une constante m’a frappée : tous ceux dont il a été question sur ce média ont été présentés comme n’ayant jamais manifesté, ne s’être jamais syndiqué ni engagé dans une organisation politique, pour beaucoup n’ayant pas voté à la dernière présidentielle.
Quand j’entends ça, assise devant ma télé en train de déguster un bon bouillon de légumes et os à moelle (le menu est sans importance mais dit combien j’étais dans de bonnes dispositions), Patton chaloupant à mes côtés, eh bien ! je lance (à l’intention de Caddie, seul à partager mes vindictes) :
— Ben, mes chéris, il est peut-être là, le problème : que vous ne vous soyez jamais engagé nulle part.
On me pardonnera le ton familier ; l’effet café du commerce 2.0* qui a remplacé le journalisme d’analyse. L’idée à retenir est que ces personnes semblent découvrir aujourd’hui que notre modèle économique ne satisfait plus leur « pouvoir d’achat », soit leur désir de toujours consommer plus. Je comprends : ils travaillent dur pour cela et il n’est pas agréable de constater que l’on se fait berner depuis des lustres par l’ordre bourgeois, hétérosexiste et raciste qui nous fait croire que le bonheur se construit au supermarché ! C’est intéressant, d’ailleurs, de constater que les centres commerciaux ont été une de leur cible préférée.
J’enjoins donc ces personnes à s’interroger sur le pourquoi du comment : il n’est pas trop tard pour inverser le processus, travailler moins pour vivre mieux. Engagez-vous pour changer le monde ! Les manifestations de ces derniers jours sont réactionnaires en ce qu’elles sont une résistance à un soi-disant changement qui fait porter la charge de la transition écologique aux personnes et non aux puissances économiques qui nous spolieront jusqu’à la moelle.
Je confirme, il y avait un bel et bien un os dans mon bouillon !

* Merci Frédéric pour la suggestion !

Contre @3

Après je ne sais plus quelle prolongation de l’état d’urgence, des barrières ont été installées devant une école qui enseigne la langue des signes, privant mes voisins d’une dizaine de places de stationnement. Très vite, ces barrières ont été repoussées sur le trottoir en un joyeux méli-mélo permettant aux voitures de se garer à leur place habituelle.
J’ai vu à plusieurs reprises que les barrières avaient été remises en place ; jamais pour très longtemps. Et l’autre jour, Caddie m’a fait remarquer que les barrières étaient de nouveau alignées comme à la parade, le pied sur la bordure du trottoir. On s’est approchés. On a vu alors que la première barrière avait été fixée à un poteau, la dernière également, et, qu’entre les deux, deux barrières avaient été placées en V pour éviter que l’ensemble ne soit repoussé sur le trottoir.
Le déploiement de barrière et de pattes de fixation pour soi-disant protéger d’on-ne-sait-quoi cette école m’a agacée. Je me suis dit que j’allais faire un billet en reportant la photo à plus tard (il faisait nuit). Quelques jours plus tard, j’ai remarqué le même dispositif à l’autre bout de Paris, dans le 19e. En rentrant, je n’ai pas manqué de m’arrêter faire la photo et là… Magnifique ! La résistance automobile avait réussi à vaincre l’envahisseur sécuritaire en soulevant la première barrière le long de son axe !
Pour une fois que je suis du côté de la « bagnole », comme aimait à utiliser ce mot Bertrand Delanoë ! En langage activiste, on appelle ça la « convergence des luttes ». Convergeons !

Contre @2

Drapeau suisseLe lundi 10 février 2014, sur France Info, il n’y avait pas un commentateur (national ou communautaire) pour ne pas dire pis que pendre contre la votation suisse qui, le dimanche, avait vu refuser, par 50,3 % de votants, « l’immigration de masse » (). J’imagine volontiers que la Suisse risque de payer cher ce vote, si j’ai bien compris les analyses économiques proposées. Mais ce n’est pas ce qui m’intéresse.
Dans des proportions certes raisonnables, j’ai senti comme une stigmatisation du peuple suisse sur le thème « Vous vous rendez compte, ils on voté contre l’immigration de masse », largement sous-entendu que, nous autres Français, on aurait été beaucoup plus intelligents lors d’un tel vote.
Ah ! bon ? Je crains que nos commentateurs ne feignent totalement d’ignorer que les enjeux économiques ne sont rien face à la xénophobie et aux politiques sécuritaires. Au vu de la réaction de la droite extrême et populiste (ici), c’est pourtant une évidence et, si demain en France, on organisait un référendum pour ou contre l’ « immigration de masse », imaginez le résultat !
Alors, plutôt que de donner des leçons aux Suisses, peut-être pourrions-nous faire face à nos propres démons ? Est-il trop tard ? Résultats lors des prochaines « votations » pour l’élection « bonnets blancs et blancs bonnets » chers à certains !

 

Contre @1

Il y a quelques années, Cécyle et moi projetions de customiser des tee-shirt blancs avec des transferts afin de promouvoir media-g.net, site auquel nous participions activement depuis déjà un moment. J’étais très contente (et fière !) de mon slogan… :
Contre-nature ?
Contre-culture !
J’en suis toujours contente et fière !