Archives de catégorie : Clope @

Clope @3

Une balance de cuisine, un sachet zippé contenant des sorte de croquette noire (non identifiés), deux plaquette de médicaments, des gelules jaune, une dosette, un bol… ambaince petit labo de chimie.Bouleversement ! Une saisie de produits stupéfiants a été effectuée chez les Mouton… Un certain H. est soupçonné être un trafiquant, un chef de meute, euh de bande. Les autorités ont trouvé tout le matériel de pesée et d’emballage nécessaire avec des kilos de poudre et comprimés.
Pleurs et incompréhension. Caddie va les protéger de ce coup du sort ! Plus d’informations dès que possible.

Clope @2

Les interdictions de fumer dans les lieux publics et leur mise en œuvre ne peuvent que susciter les polémiques : liberté du fumeur contre protection des non-fumeurs ; le débat est sans fin. Je ne trancherai pas, sauf à remarquer que s’il avait été interdit de fumer dans les lieux publics quand j’ai commencé à fumer, à 19 ans, j’y aurais sans doute gagné quelques cigarettes. Et aujourd’hui encore, je suis toujours trop près de tendre la main vers une « bonne petite clope » pour ne pas encourager les interdictions… raisonnables.
« Raisonnable » ? Qui décide la raison ? La loi et la justice, dans un État de droit. La justice vient de trancher sur les terrasses bâchées des cafés. Jusqu’à la prochaine décision. Mais si je cite cet article, ce n’est pas tant sur la question de ces terrasses, dont je déplore avant tout qu’elles soient chauffées en ces temps où il devient criminel de ne pas contrôler les dépenses énergétiques, mais plutôt pour citer ce serveur qui « prédit « une baisse du chiffre » d’affaires en cas d’interdiction. »
La semaine dernière, Sarah est allée boire un jus au comptoir d’un café sur les maréchaux dans le 19e. Le vendredi 4 mai, le petit noir y était à 1 euro ; le 9 mai, après le pont, il est passé à 1,20 euro. 20 % d’augmentation, sans sommation, sans augmentation de TVA, sans guerre annoncée des producteurs. Sarah a d’emblée décidé d’y aller moins souvent.
Est-ce vraiment l’interdiction de fumer qui chasse les consommateurs ?

Clope @1

Je suis allée ce matin acheter des cigarettes pour Pascale qui peine à sortir quand il fait froid. Elle voulait une cartouche de « XXXX », les blondes les moins chères du marché. Je sors un billet de 50 que le distributeur venait de me donner, ravie de pouvoir le casser.
— 54 euros, s’il vous plaît !
Mazette ! J’ai bien fait d’arrêter de fumer ! Cela fait sept ans, trois mois et quelques jours. Je respirais mal ; mon cœur en souffrait. Mais c’est une augmentation du prix qui m’a décidée, du jour au lendemain. Un mois de patch. Du sport. Des cure-dents. Des bonbons sans sucre. Et un réseau amical qui m’a toujours soutenue.
Je n’ai jamais repris et ma prochaine cigarette est programmée pour le jour de mes 80 ans. J’aurai alors économisé, au cours d’aujourd’hui (à consommation et prix constant), autour de 80.000 euros… et j’espère quelques années de vie, surtout quelques années à mieux respirer et à me sentir plus légère.
Merci Pascale de m’avoir envoyée acheter tes cigarettes ! J’aime tous les encouragements à ne pas fumer car je sais que je suis une fumeuse qui ne fume pas ; une position toujours délicate à tenir.