Archives de catégorie : Année @

Année @15

V’z’êtes prêts l’docs ?
— Ouais Petit Koala !
— On a l’aiguiiiiiiiille et le flaaaaaacooooon !
— Et m*êêêêêê*me le cobb*aaaa*ye, m*oooo*i !
T’es l’plus courageux, Copain Mouton !
— J’a*iiiiii* confi*aaaa*nce en docteur Caddie et docteur Mouton ! Ils *ooooooo*nt trav*aaa*illé d*uuuu*r pour nous sa*uuuu*ver !
— Merci Copain, t’es un vrai pote de fooooot ! Moi, j’te tiens, docteur Mouton pique.
— Ça p*iiii*que ?
— À peiiiine plus que l’amouuuur !
Et moins que c’que les gens vont s’picoler pour l’Réveillon ! Tu sais Copain Mouton qu’l’docs n’inoculent que d’l’amour.
— Inoc*uuuu*l quoi ?
— Toooooourne-toiiiii ! Tout dans l’étiiiiquette !
— To*uuuu*t quo*iiiiii* ?
— De l’amour en barre, Copain, on te dit parce que c’est vrai. T’en a pas besoin, mais on commence par toi pour que tu sois un modèle universel. Tu seras un héros ! Enfin, moins que moi, le grand et unique fameux docteur Caddie.
Allez ! Copain Mouton, c’est qu’c’est l’heure.
— À tes maaaaaaarques…
— Pr*êêêê*t…

Bonne et heureuse année 2021 !

 

Note. La première photo montre la bande (Petit Koala, Docteur Mouton et Copain Mouton en tête) avec l’attirail du parfait médecin, masques compris. Sur la seconde, Copain Mouton propose son arrière-train à une aiguille (de couture) tendue par Petit Mouton ; un flacon de contenu inconnu est également présent à l’image.

Année @14

Je suis une grande adepte de l’appli DMR (ici) et je réjouissais, depuis mi-décembre, d’envoyer par ce biais mes vœux aux agentes et agents de la propreté de mon arrondissement toujours très réactifs à mes signalements. J’ai donc détourné l’usage en créant un placard et en l’envoyant, depuis chez moi, sous l’item « Objets abandonnés, autres objets abandonnés encombrants ».
Le lendemain, j’ai eu une réponse qui a pris la forme de l’une des réponses type que l’on reçoit, en l’espèce celle qui indique que l’anomalie constatée n’existe pas.

« L’anomalie XXX concernant la présence d’objets encombrants abandonnés non emballés au … a été prise en charge.
« L’équipe qui s’est rendue sur place n’a pas constaté l’anomalie que vous avez signalée.
« Si le problème subsiste merci d’enregistrer à nouveau l’anomalie en apportant le maximum d’informations : saisir une adresse très précise, prendre deux photos (une en plan large et une en plan serré) et ajouter un commentaire dans le champ « Description ».
« Les équipes de la Ville de Paris en charge de l’application DansMaRue vous remercient de votre participation à l’amélioration de la qualité de l’environnement urbain. »

Je suis un peu déçue comme chaque fois que je fais quelque chose de gentil et que je n’ai rien de gentil en retour. J’avais espéré au moins un clin d’œil (je comprends qu’une certaine réserve soit obligatoire) et je prends cette réponse comme une fin de non-recevoir. Nathalie, une grande amie disparue, me disait quand je faisais un cadeau « C’est surtout à toi que cela fait plaisir. » Elle avait raison. Cela n’est jamais si consolant.

Note. En petit, en bas, il est écrit « Avec mon sincère soutien aux grévistes ». La cause de cette réponse sans chaleur ?

Année @13

Aussi symbolique que cela puisse paraître, chaque changement d’année est à la fois l’occasion de se retourner sur l’année passée tout en se projetant vers l’année à venir. Cela est encore plus vrai pour les années en « dix », 2010 il y a dix ans, 2020 cette année. Il ne s’agit alors plus seulement de faire des vœux de bonne santé, de bonheur, de joie, etc. pour l’année qui débute (par ici) mais aussi de faire des vœux pour les dix années à venir (en fait les neuf années à venir puisque la décennie a débuté le 1er janvier 2019 mais ça, c’est une autre histoire).
Mais quels vœux faire pour une décennie que nous ne ferions pas déjà pour une année ? Je n’ai pas vraiment d’idée et je ne suis même pas du tout certain que ce soit nécessaire (même si ça ne peut sans doute pas faire de mal). Ce qui est certain, c’est que dans dix ans, si nous n’avons pas changé en profondeur nos comportements et la façon d’appréhender notre environnement, le monde aura basculé de façon irrémédiable dans quelque chose que je n’ai pas très envie de connaître.
Alors pour les dix années à venir, mon fraisier (oui, il est encore vaillant sur mon balcon ce qui affectivement me comble mais « environnementalement » parlant m’inquiète fortement) et moi vous souhaitons beaucoup de courage et d’enthousiasme à nous transformer radicalement !

Année @12

— 2020, c’est rond comme un ballon !
— C’est fooooot !
— R*ooooooo*nd, comme une qu*eeeeeeee*ue de p*eeeeeeee*lle ?
— C’est quoi une « queue de pelle » ?
— C’t’un manche qui n’sait pas mettre d’but.
— On s’en fiiiiiiiche ! C’est fooooot.
— T’as raison, Petit Mouton, on n’a pas trouvé mieux pour s’faire chaud au cœur.
— Et c’est rooooooond le cœur ?
— Aussi rond que l’amour !
— Alors 2020, c’est une année r*oooooooo*nde d’am*oooooooo*ur et f*oooooooo*t !
— Oui, c’t’une bonne idée ! En plus, une ronde, c’t’une chanson.
— Oh ! Ou*iiiiiiiiiii*, une chans*oooooooo*n ! T’en c*oooooooo*nnais ?
— Non. Attends, j’cherche… Ça y est les Mouton ! V’là la chanson fooooot d’l’bonne année ! Vous êtes prêts ?
— Un…
— Deux…
— Trois ! Chantez !

Belle et heureuse année à vous tous !

Année @11

Dans les Pyrénées depuis une semaine, je dois rejoindre des amies à Royan pour ma dernière semaine de pérégrinations estivales. Départ à 14 h 10 de Lourdes. Arrivée à 19 h 44 à Royan. Deux changements dont le dernier de tous les dangers : 12 minutes entre mon arrivée et le départ de mon train suivant…
Le premier arrêt aura lieu en gare de Bordeaux Saint-Jean. La première fois que je suis venu dans cette gare, nous étions courant août 1990. J’avais passé deux semaines de vacances avec des amis dans un camping près de Lacanau. Nous avions vaguement entendu parlé d’une possible guerre dans le golfe. Cet événement loin de notre insouciance de l’époque avait renforcé notre sentiment d’isolement. Ensemble, au bout du monde, du haut de nos 18 ans, entre soleil et océan, rien ne pouvait nous atteindre… Au terme de ces vacances, nous avons donc passé une journée sur un quai de cette gare, avachis sur un amas de bagages dans un espace temporel incertain entre la vie que nous quittions et cette autre vie que nous avions laissée mais qui nous attendait… Souvenirs, souvenirs.

Année @10

J’ai invité mes parents à découvrir l’exposition Toutânkhamon jeudi après-midi à la Grande Halle de la Villette (ici). Mon père a visité la première exposition de 1967 et j’avais envie de partager avec eux la découverte des quelques menus effets funéraires du pharaon de passage en France. Un billet sur cette visite est peut-être à attendre donc…
J’ai entendu ce matin une belle chronique sur cet évènement. Le podcast dure 3 minutes, je vous invite à l’écouter ici. Il déblaie d’abord le caractère exceptionnel de la beauté, du gigantisme, de la richesse, des 3500 ans entre la création de ces œuvres et nous aujourd’hui pour aborder deux angles qui m’ont donné le vertige et que je vous livre tels qu’exposés :
« On pourrait passer des heures à décrire la beauté extraordinaire, le raffinement inégalable de ces lits, de ces armes, de ces barques, de ces bijoux, de ces statues. Mais tout réside dans le fait que ces trésors que nous voyons ne devaient précisément être vus par personne. De face comme de dos, ils symbolisent une définition complète de la vie envoyée pour vaincre la mort. »
Je vous souhaite une bonne méditation !

Année @9

J’ai des voisins asiatiques, une famille dont la femme la plus âgée a du mal à parler français. Elle me demande toujours comment ça va et me souhaite bonne journée avec un grand sourire. Début mars, en rentrant dans l’ascenseur, elle m’a souhaité « Bonne année ! »
J’étais très surprise, ne lui souhaitant pas une bonne année en retour. Puis, plusieurs jours après, j’ai pensé que c’était la nouvelle année chinoise. C’était donc tout à fait approprié en ce troisième mois de l’année, notre année, un cadre de référence parmi d’autres.

Année @8

Maintenant que le réveillon est passé, il est temps de vous souhaiter une belle et heureuse année 2019, une…
— Beeeen noooon !
Tu as raison, Petit Mouton, pas de propos convenus. Nous avions une formule tout en beauté qui devait guider ce billet de bonne année, avec cette photo de Paris et la Seine qui coule, immuable. Puis, nous nous sommes dit que, quand même en Hétéronomie, nous allions mettre notre patte à ce marronnier.


—  Y a des marroooooons dans laaaaa Seine ? Il faut ploooonger l’oooongloooon ?
— Non, Petit Mouton, c’est une façon d’parler. C’qu’est coool, avec les marrons, c’qu’on peut jouer au foooot avec.
— Voyons les jeunes, on n’interrompt pas l’homélie !
Merci Cocotte !
Donc. Nous vous souhaitons, et nous nous souhaitons, une nouvelle année pour pleurer ensemble, laisser couler l’année écoulée et pleurer des bonheurs à venir. Sur le pont Mirabeau… ? Non, sur le pont Neuf ! C’est notre clin d’œil à l’année nouvelle et à ses bonheurs à venir. Et…
— Cocotte, une *ooooo*maisl*iiiiiii*t, c’est une omel*eeeeeee*tte aux m*aaaaa*rr*oooooo*ns ?
— Jésus, Marie, Joseph ! Allez, bonne année et ciao, je retourne au couvent.
Et nous retournons à nos billets. A très bientôt chers Hétéronautes pour partager nos pleurs et bonheurs.

Année @7

Cocotte 2017

Franchaises, Franchais, mes chers compatriotes !
Et tous les étrangers, les réfugiés, les immigrés, les apatrides !
Tous les gens du monde, surtout les gentils.
Mon cher Jésus,
Chers Petit Mouton, Petit Koala, Petit Scarabée, Grande Principalate,
toute la bande !
Rosalie que j’aime, ta maman et toutes les sœurs du couvent.
J’oublie qui ?
Monsieur l’évêque.
Moi.
Ah ! oui… chers Hétéronautes ! C’est pour vous que je suis là.
Eh bien, bonne année 2017 !
Voilà.
À l’année prochaine !

Cocotte 2017 2

Année @6

CocotteAlors, les vœux, cette année, il semble que ce soit moi qui m’y colle ! La Principalate est toujours dans les choux…
— Pilipi-piou-À-fond-dans-l’urgence !-piou-piou !
Oui, Jo, tu as raison de rectifier. On oublie trop tous ces fonctionnaires dévoués qui sacrifient leur vie privée et leur blogue à la sécurité de la France et des Français !
— Pilipi-piou-Et-des-autres !-piou-piou !
Jo ! On ne refait pas ici le débat sur la nationalité. Il s’agit de se souhaiter la bonne année, pas de se défouler sur le Riquiqui !
Je disais donc. La Principalate est dans l’urgence et mon amie albinos dans les coupures d’eau. Comment voulez-vous que ce blogue reste digne dans des conditions pareilles ? Mes amis Petit Koala et Petit Mouton ont craint qu’elles n’en oublient les vœux, à force de courir partout en quête d’un Graal qui les attend pourtant au pied de l’autel. Ah ! ces mécréants qui ne savent pas où chercher le bonheur qui est pourtant à portée d’église !
— Pilipi-piou-Laïque,-Cocotte !-Tu-as-promis.-piou-piou !
Ah oui, Jo ! J’avais oublié. Il faut dire que des vœux sans Jésus, c’est comme Petit Mouton sans ballon ; pas très foooooot ! Quel sacerdoce de faire ses vœux ici ! Heureusement que Petit Koala m’encourage et a tout programmé pour le jour J pendant que je suis chez les sœurs avec Rosalie. Il a préparé un joli petit visuel. Ça va comme ça, non ?

Bonne année 2016

— Pilipi-piou-Bonne-année-les-Hétéronautes !-Avec-toute-la-bande,-on-vous-aime !-piou-piou !
— Yooouuupiiiiii !