Pauvres enfants ! @37

Affiche 119 enfant en dangerLes vestiaires, dans mon club de judo, sont constitués de trois espaces à l’intérieur d’une grande pièce, espaces délimités par des cloisons en bois et des rideaux. Il y a deux vestiaires pour les garçons, afin que les groupes d’âge ne s’y croisent pas ; et un pour les filles (elles sont peu nombreuses). Les parents y circulent allègrement, certains enfants ayant besoin de leur aide, d’autres… ? Nous y prêtons toujours attention, sortant gentiment les parents qui n’ont rien à faire là.
Cela a été le cas jeudi dernier. Une maman, qui attendait son fils, était à côté d’un rideau qu’elle avait soulevé, offrant ainsi le spectacle d’une dizaine de gamins en slips à qui tournait la tête par là : des parents, d’autres enfants, des adultes du cours de Aikido… Je lui ai demandé de fermer le rideau, invoquant le droit à l’intimité des enfants. Elle l’a fait, un peu de mauvaise grâce. Une autre maman a appuyé bruyamment ma démarche. Comme nous étions à quarante-huit heures du rapport (sic) Sauvé, j’ai enfoncé le clou (celui laissé vacant par le Christ, bien sûr).
Je vous passe les détails de la conversation, mais j’ai expliqué que tous les adultes intervenant dans le club se voient contrôler leur casier judiciaire (et ce bien avant que ce ne soit une obligation légale) et, à la remarque d’une maman sur le judo sport de contact, j’ai expliqué que nous n’attrapions que le kimono et que cela faisait une sacrée différence (si vous en doutez, je vous en fais la démonstration dans l’heure). Sur les cinq parents présents, trois n’ont rien dit, une a approuvé bruyamment, la dernière a fait des petites remarques genre « Franchement, vous en faites trop. »
C’est sans doute la même qui ira pleurer misère s’il arrivait quoi que ce soit à son enfant ; j’imagine aussi qu’elle publie allègrement des photos sur les réseaux sociaux, sans contrôle sur qui les voit. Vous avez dit protection de l’enfance ? Un enfant sur deux est agressé par un membre de sa famille, et 94 % des enfants le sont par des proches. Victime ou témoin, appelez le 119 !

2 réflexions sur « Pauvres enfants ! @37 »

  1. vincent

    Entre Cassandre et la cigale… toutes ces précautions non prises qui sont ensuite, parfois, regrettées, et les précautionneux qui ne sont pas écoutés.

    Pourtant la vie, l’histoire, nous apprends les risques. Certes, il n’est pas question de vivre en cauchemars… mais quand on sait qu’on peut faire quelque chose pour réduire ou diminuer certains… n’est-ce pas logique, voir élémentaire, que de le faire ?

    Et après, l’on se fait taxer de rabat-joie, de névrosé.

    Alors certes, hurler au loup* ne l’éloigne pas (souvent).
    Mais sachant qu’il est là, on peut s’en protéger.
    Car ignorer sa présence, n’en diminue pas le risque.

    (Je tiens à présenter mes excuses aux loups ! Je ne pense pas qu’ils méritent tout le mal qu’on leur attribue ici, en Europe. Sur cette question là, je me sens plus proche de la culture amérindienne)

    Répondre
    1. Cécyle Auteur de l’article

      Ne vous inquiétez pas Vincent, Petit Mouton est très copaiiin avec le Loup qui ne s’attaque qu’aux grands-mères pour le plus grand désespoir du Petit Chaperon rouge qui ne comprend pas pourquoi son petit pot de beurre bien frais doit attendre d’être rance. Caddie va mener l’enquête.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.