Archives quotidiennes :

Corps @31

Etiquette d'un flacon d'au de CologneLe premier confinement a eu une conséquence inattendue : ma conversion à l’usage d’eau de Cologne. Je dis bien « conversion » car je ne me souviens pas que, petite, nous en utilisions à la maison et je n’y associe aucun souvenir. Tout a commencé avec l’impossibilité de trouver du gel hydroalcoolique ou même de l’alcool en mars-avril 2020. La seule chose que j’avais pu acheter était de l’eau de Cologne à la lavande. J’avais d’ailleurs fait ce microbillet Twitter.

« 2/2 Et faute d’#alcool et de gel #hydroalcoolique à la #pharmacie, je me suis rabattue sur de l’eau de Cologne, 65 %. Qu’est-ce que ça pue ! Grandeurs et misères du confinement ; ça va en faire des sujets d’#ecriture. »

C’est vrai, qu’est-ce que ça puait et le produit me paraissait ringard à souhait, presque d’un autre temps, évoquant une « tradition familiale » dont je m’absous. Pourtant, petit à petit, je me suis habituée et après que du gel était disponible en pharmacie, j’ai continué à utiliser un mélange « eau de Cologne + alcool à 70 ° + savon liquide » pour me laver les mains chez moi. Ce que j’aimais surtout, c’était l’odeur laissée dans ma salle de bains après utilisation.
Et puis, j’ai abandonné ma mixture avant de renouer avec l’eau de Cologne restante pour nettoyer mes doigts de pieds qui sortaient du plâtre, et les alentours accessibles. J’en ai alors apprécié la fraîcheur, en plus de l’odeur. Mon flacon tirant à sa fin, j’ai décidé de le renouveler. Comme je me fais livrer mes courses depuis deux mois maintenant (Caddie trépigne !) ce n’est pas la même, un peu plus haut dans la gamme, sans doute ; avec une sensation de fraîcheur décidément bien agréable sur les pieds après la douche… même déplâtrée !