Archives quotidiennes :

Gamine @32

J’ai assisté à plusieurs formations ou séminaires en ligne, tous avec des « slide » (so chic !) tout à fait illisibles (so ringard !) le plus souvent envoyés après la formation alors qu’en les envoyant avant, j’aurais pu les agrandir… Passons.
À deux reprises, j’ai été confrontée à l’introduction d’une interface participative entre l’intervenant et son public. Il s’agissait de se loguer sur un site où l’intervenant avait prévu des questions à réponses prédéfinies, comme une sorte de test des connaissances de son public tout à fait inutile car la conférence à suivre n’en tenait pas compte. Je suppose que l’idée est d’impliquer les participants, d’en faire des acteurs de ces interventions.
Dans les faits, les questions posées étaient si pointues bien que touchant au quotidien que les participants ne pouvaient répondre sauf à avoir déjà suivi la formation. Cette ignorance avérée érigeait par conséquent l’intervenant en celui sachant dans un rapport d’emblée infantilisant avec son public.
L’outil de participation se transforme alors en outil de valorisation des intervenants dans une suffisance qui m’a chaque fois été insupportable tant ceux-ci s’en sont gratté la prostate. Je n’ai pas besoin que l’on me dise que je suis une nouille pour que j’accepte d’être formée ou informée, ce d’autant moins que c’est en toute liberté que j’ai suivi ces formations.
Je crains que l’outil ne soit pas pour grand-chose dans cette dérive ; à moins qu’il ait été créé pour ça ! La branchouille est sans limites dans sa capacité à nous prendre pour des naïfs et la domination masculine si friande de technologie… Le monde d’après ? C’est mal barré.