Archives quotidiennes :

Couperet @18

Les paroles d’une très jolie chanson de La Canaille, Encore un peu, interrompent ma mise en ligne de la décade. J’écoute jusqu’à la fin…

« J’veux pas mourir mais mon corps me lâche putain c’est moche
« Et là tu regardes droit dans les yeux la plus grande flippe de l’homme
« Et tu t’acharnes à repousser l’ultimatum »

Je ne sais pas pourquoi, cela me fait penser à cet argent que je mets de côté pour pallier la baisse annoncée de mes ressources à 65 ans. Mon corps, à ma connaissance, n’est pas en train de me lâcher et je ne m’inquiète pas tant pour mon espérance de vie. Mais, subitement, cette phrase donne une autre dimension à ce que je mets en œuvre pour m’assurer, autant que faire se peut, des vieux jours tranquilles ; cet argent, bien sûr ; mais aussi le soin que je mets à mon alimentation, mon activité physique, mon sommeil…
Serait-ce une manière de « repousser l’ultimatum », comme si préparer demain était un moyen de se convaincre que l’on ne va pas mourir aujourd’hui ? Cette année de covid m’a appris à moins programmer, à vivre plus « au jour le jour », à n’anticiper qu’a minima. Suis-je en train de renoncer à l’éternité ? Ce n’est pas rien.