Archives quotidiennes :

Brosse @44

Le 21 octobre 2018, j’avais fait un billet où il était question de Tour de France, d’hôtesses, de domination masculine, de maman, de mon grand-père, de féminin, de lutte féministe et/ou antisexiste… alors que le mouvement #NousToutes agissait pour que cette représentation de l’assujettissement des femmes cessât. Après un peu d’agitation, la revendication était tombée en désuétude et voilà que, subitement, elle obtient satisfaction ; ou non ?
Quand j’ai vu passer l’info, j’ai pensé que le covid-19 avait décidément des conséquences inattendues : après avoir fait diminuer le maquillage et le port du soutien-gorge pendant le confinement, plus de bisous-bisous à l’arrivée des coureurs ; plus d’hôtesses donc. Et bien non, ce serait trop beau. Il y aura en fait une hôtesse et un hôte (qui dans le sens assigné à hôtesse n’est pas son masculin, ce me semble), cette « parité » étant considérée comme « luttant contre le sexisme et l’objectification des femmes » dans la dépêche AFP reprise par Liébération.
Réduire le sexisme à une histoire de parité me semble douteux autant que réduire sa représentation ne me paraît pas le réduire lui-même. Quant à l’« objectification » des personnes, je la trouve aussi condamnable qu’il s’agisse d’une femme ou d’un homme. Et que va-t-il se passer quand on pourra de nouveau s’embrasser ? Le vainqueur de l’étape serrera la main de l’hôte avant de coller la bise à l’hôtesse ? Il va vraiment falloir m’expliquer ce que l’on vient de « gagner ».