Bonheur @34

Colette Magny est de retour ! Quelle bonne surprise que d’entendre ce nom régulièrement depuis quelque temps. Bien avant son décès en 1997, elle avait déjà disparu des ondes et a priori des mémoires. Plus de 20 ans après sa disparition physique, elle est de retour : la voici d’abord invitée par Orelsan sur la très belle chanson Mes grands-parents (ici) puis est parue juste avant les fêtes de fin d’année une superbe et complète anthologie qui rappelle à quel point le qualificatif de « Nina Simone française » n’est pas usurpé (ici).
Pour ma part, je n’ai pas connu Colette Magny par son chant à proprement parler mais par un extrait de son album paru en 1968, une captation sonore de mai 68, Nous sommes le pouvoir, Pt. 1 (Essai sur mai-juin 68), à la seconde partie surréalistement drôle (à partir de 3’36), l’échange d’étudiants occupant une fac parisienne avec la mère inquiète d’un étudiant qui appelle pour prendre des nouvelles de son fils (ici).
Quelque temps après, j’ai retrouvé Colette Magny par le biais d’Antonin Artaud. Elle avait en effet enregistré un album de ses textes, Thanakan, dont quelques-unes des glossolalies du poète. C’est à partir de là que j’ai découvert toute son œuvre que je ne manque pas de réécouter régulièrement… Je vous invite joyeusement à faire de même…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.