Salade @15

Alors que je jonglais avec les textos évoquant tous l’imminence de la mort de Daniel, sa main gauche dans la mienne (ici), j’en ai reçu un qui m’a fait une bien fou ! Tellement décalé à un quart d’heure de sa mort.
Ma mère.
Ma mère ? Elle n’était au courant de rien.
Je lis (et cite de mémoire) : « Ma puce ; je suis au marché des carmes. Pied de romarin à 1,60 euro. Je prends ? Bises. Mutti. »
La vie était donc toujours là ?
Elle y était ; je m’y suis accrochée, encore, ai répondu à maman que oui, elle prend. J’ai serré plus fort la main de Daniel. La vie. Elle ne nous a jamais quittés.
Merci, maman.
Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.