Agit-prop’ @21

En sortant de mon immeuble un jour d’octobre, je suis arrêtée par une affiche scotchée sur la porte vitrée. Du noir, du rouge… Voilà des couleurs que j’aime bien ! Et ce titre, avenant « Mobilisons-nous ! » ; je m’approche « … pour défendre le logement social ». Oh oui ! alors. Chouette, même !
J’imagine un instant qu’une association nationale de locataires est passée par là, comme elle le fait deux ou trois fois par an. Je remarque les appels à manifester. Quelle aubaine ! Je ne lis pas le texte, me promettant de le lire plus tard. Je suis pressée… Je cherche néanmoins le signataire de l’appel… mes yeux tombent sur le logo de mon bailleur, tout en bas.
Je n’en crois pas mes yeux (ce qui, appliqué à ma bigleuserie, est chose courante) ! Comment mon bailleur, celui qui oublie si souvent le sens du mot social quand il doit l’appliquer à la qualité de nos conditions de vie (ascenseurs en panne, chaudières neuves énergivores, malpropreté chronique des parties communes, fenêtres qui laissent passer l’air, voire la pluie, trafics endémiques…) ose-t-il la ramener et me demander de me mobiliser là où il est si souvent absent ?
Joli foutage de gueule !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.