Archives quotidiennes :

Décroissance @51

Lors de mon passage à la boutique sans argent, j’avais apporté un gros livre de Jean d’Ormesson. Au comptoir recueillant les dons, j’avais derrière moi une femme venue aussi donner des objets. Elle observait ce que je sortais et a tourné la tête de tous les côtés pour voir la couverture quand le bénévole enregistrait les différents dons. Elle s’est donné bien du mal puis ayant réussi à déchiffrer le nom de l’auteur et du livre, elle n’a pas arrêté de dire que le livre l’intéressait, que c’était le seul de lui qu’elle n’avait pas lu, puis demandant comment on pouvait récupérer les objets, et ce livre plus particulièrement, si elle pouvait le prendre avant qu’il n’aille en rayon, etc.
Ce livre est grand public comme la majorité de ceux de l’auteur, récent, et quarante-six exemplaires sont disponibles dans les bibliothèques municipales. Elle m’a donné l’impression d’un besoin impérieux de pouvoir être sûre qu’elle repartirait avec un objet, comme une nécessité d’un « contre don » immédiat. Ce n’est pas si facile de donner sans attendre un retour.