Archives quotidiennes :

Pauvres enfants ! @29

LaFilouteLe Magazine de la Santé du 30 mai 2016 a consacré une chronique à l’homoparentalité : « Homoparentalité : quel impact sur les enfants ?, avec le Pr Philippe Duverger, pédopsychiatre ». D’emblée, je me dis que je n’ai jamais vu passer un sujet type « Hétéroparentalité : quel impact sur les enfants ? », cela viendra peut-être, le jour où l’ordre bourgeois, hétérosexiste et raciste traitera autrement que par un mépris coupable les violences familiales si tant est qu’il soit possible, en l’état actuel de notre culture, de dissocier famille et violences.
Cela dit, le psychiatre de service m’a paru assez ouvert à l’homoparentalité, levant quelques clichés et banalisant la chose. J’avais l’oreille distraite mais je n’ai pas relevé d’homophobie de premier degré. Une chose pourtant m’a frappée : à la fameuse question de savoir si les homoparents produisaient plus d’homosexuels que les hétéroparents, le psychiatre a opposé une réponse plus que négative. Non, non et non, les enfants de parents homosexuels ne sont pas plus homos que la moyenne.
Je dis une réponse « plus que » négative car la façon dont il a rejeté l’argument m’a semblé disproportionnée. À LaFiloute qui regarde la télé avec moi, j’ai dit :
— Et alors ? Quelle importance cela aurait ?
— Tu sais bien qu’il faut que l’ordre règne.
Là, Michel Cymes a indiqué que si l’enfant est élevé dans un milieu « communautaire fermé » le risque pouvait exister, que les familles homoparentales se devaient d’être « ouvertes ». Le psychiatre a repris l’argument, pas convaincu. Si l’on y réfléchit, on remarque que les familles hétéroparentales très fermées, celles qui ne fréquentent que des hétéros coincées de la différence, voient pourtant certains de leurs rejetons être homosexuels.
J’ai de nouveau regardé LaFiloute. Elle m’a souri.
— Et si l’intérêt de l’enfant était que la famille soit déconstruite au profit des droits individuels ?
Elle me plaît, LaFiloute ; elle apprend vite !