Kendo @20

Kata GurumaAu retour des vacances de la Toussaint, j’ai (enfin) pu parler avec sensei Romuald de mes larmes de judoka (rien à voir avec les crocodiles, bien sûr ; au judo, pas le droit de mordre ni de faire sac à main !) J’ai commencé par le jujitsu et ses douze techniques d’attaque. Avec Hervé, nous étions arrivés à la conclusion que si les gestes commencent à rentrer, je suis encore loin de leur maîtrise et du kime qui va avec. Les quatre semaines qui nous séparent du passage ne vont pas suffire. Je vais donc travailler jusqu’au prochain passage, en mai, et travaillerai en parallèle la technique avec Jean-Michel. J’ai six mois, cela devrait le faire.
Sensei Romuald a un peu tiqué mais entendu que je n’étais pas prête et que ce n’était là que reculer pour mieux passer. J’en suis alors venue aux randoris. Je lui ai dit que je ne les passerai pas invoquant mes déséquilibres avant toute action concrète, exemples à l’appui. J’ai évoqué mon sentiment d’impuissance, mes blessures (narcissiques), mon sentiment d’être dans une impasse. J’ai ajouté que s’il m’en coûtait ma ceinture noire, ce n’était pas grave, que mon plaisir au travail avec lui, Hervé et Jean-Michel, et Daniel aussi, partenaire d’exercice de luxe, sur les autres épreuves n’avait pas de prix ni d’autre récompense que ma fierté et mon plaisir.
Sans chercher à me rassurer par une parole creuse, il a tout de suite confirmé mes déséquilibres, arguant qu’ils n’étaient pas forcément tous de nature à me faire tomber si je ne les craignais pas et si je les utilisais. Il a ajouté qu’il allait me faire travailler mes prises en déplacement de manière à trouver la parade pour chacune, qu’il y avait une parade, que j’allais devoir bosser, mais qu’il allait me donner les clés. Là, il a dit.
— Tu me fais confiance ?
Tu parles si je te fais confiance, sensei Romuald ! Sans toi, j’en serais encore à tout ignorer du plaisir de la chute avant !
Il m’a ensuite prévenue qu’il ne faudrait pas que je sois surprise s’il me demandait de faire des prises à brûle-pourpoint et a conclu que j’aurai ma ceinture noire. Il a dit ça avec une telle assurance ! Et il est tellement fort ! Et beau ! Et… Je l’aime, vous comprenez ? Un mec pareil !
Allez, pour le plaisir… Hajime !

6 réflexions sur « Kendo @20 »

  1. vincent

    Ca fait plaisir à entendre tous ça 🙂
    Vous avec un bon maître 🙂 Et de bon partenaires 🙂

    (La chute avant, en diagonales des tatamis, moi, ça me donnait des vertiges… lol)
    (Mais avant, j’osais les faire ^^) (bon, sans tatami….)

    Répondre
    1. Cécyle Auteur de l’article

      Oui, le meilleur ! 😉
      J’en fait quatre, de chute avant dans la diagonale. Après, j’ai la tête qui tourne. Je cogne encore un peu le genou, j’ai du mal à me jeter. mais j’y arriverai !

      Répondre
  2. vincent

    (D’ailleurs, je suis passé par hasard devant mon ancien club de judo, hier soir, à la sortie des sportifs.
    J’allais presque m’arrêter pour rendre visite.)

    Répondre
      1. vincent

        Vous avez vraiment belle allure, dans votre tenue de judoka 🙂

        Je viens de voir cette vidéo.
        Ce sont des judokas kangour J Jamais je n’avais sauté aussi haut et loin (mais surtout, haut, au début) dans mes chutes…

        Répondre
        1. Cécyle Auteur de l’article

          J’en suis très loin ! 😉

          Pour mon Nage no, je savais qu’il fallait que le compense les défauts de techniques (pas de portés réels) par la posture. Un travail en soi, pour « incarner » le kata. Cela a plus au jury ! 😉
          Je vais tâcher d’arriver à la même chose pour le kime du jujitsu.

          Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.