Princesse @9

MarronnièreAlors que je rentrais à pied de Vivre FM (en podcast ici), j’ai remarqué sur le sol au pied d’un arbre une branche tombée avec une fleur. Elle m’a parue jolie. Je ne me suis pas baissée et suis passée.
Vingt mètres plus loin, je suis revenue sur mes pas, sans doute parce que dans mon dos la fleur m’appelait sous l’œil bienveillant d’Eiffel. J’ai mis un genou à terre, ai pris la branche, ai levé la fleur à hauteur de mes yeux. Au premier regard, j’ai été conquise. Je lui ai demandé si elle voulait venir avec moi. Ses pétales ont frémi.
Je suis repartie, fleur à la main, en faisant attention de la tenir bien droite. Arrivée chez moi, je l’ai mise dans l’eau d’une bouteille et l’ai installée aux côtés de Tomatier. Basilic est parti au compost il y a une semaine. Tomatier manquait de compagnie. La fleur avait l’air bien. Restait un seul problème. Quel était son nom ? C’est toujours mieux de discuter en sachant le nom de l’autre. Non ?
J’ai fait une photo que j’ai envoyée à Sarah et à Sassophie. La réponse est vite venue. Fleur s’appelle Marronnière. C’est la première fois, je crois, que je recueille une fleur. J’en suis tout émue. Je sais bien qu’elle risque de partir rapidement au compost, sauf si la branche fait des racines pour que je puisse la planter avec Tomatier.
Une nouvelle perspective de procréation motivée par l’amour ? L’amour.
Boudhakarathaï !

5 réflexions sur « Princesse @9 »

  1. Cécyle Auteur de l’article

    Hier, j’étais triste. Un souci administratif m’occupe ces temps-ci. J’ai pensé qu’il s’agissait de cela. La journée est passée agréablement mais je sentais ce triste là, prégnant.
    Plusieurs fois, j’ai songé que depuis quelques années, je trouvais dans mes mails le 1er mai au matin un brin de muguet envoyé par ma-Jeanine. Et que, dans la journée, elle m’en donnait un que je laissait sécher. Ce ne serait pas le cas cette année ; ce ne serait plus jamais le cas.
    J’ai toujours celui de l’année dernière qui est en train de devenir poussière… Et cette fleur trouvée mercredi. Elle m’a fait un clin d’œil hier soir et j’ai fondu en larmes. Le triste est parti par salves, comme trop longtemps retenu. Et ce matin, je me réveille un peu plus légère.
    Merci Marronnière. Je sais désormais d’où tu viens.

    Répondre
      1. Cécyle Auteur de l’article

        L’idée de départ était juste de mettre la fleur dans l’eau pour qu’elle vive le temps de sa vie. S’il y a des racines qui se forment, je la collerai dans la jardinière ; il se passe des choses si étranges dans ma cuisines… 😉

        Répondre
      1. Cécyle Auteur de l’article

        Pour rire : j’avais lu « couscous » et ne comprenais donc pas le commentaire d’Isabelle ; car si ma-Jeanine faisait un très bon couscous, je ne voyais pas où était à la graine, dans l’affaire ! 😉
        Oui, ma-Jeanine est forte pour les coucous ! Et je me sens de plus en plus capable de les réceptionner. C’est cela aussi qui me plaît.
        Boudhakarathaï !

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.