Adieux… @16

Vue de mon bureau du grand muséeRécemment, j’ai repensé aux deux fois où je me suis retrouvée à trier les affaires d’un collègue après sa mort. C’était à quelques années d’intervalle.
La première fois, j’ai vidé les tiroirs et placards devant trois personnes, répartissant les affaires entre les documents du syndicat remis à une collègue syndicaliste et les objets personnels à la femme et la fille de mon collègue venues pour les récupérer.
La seconde fois, mon directeur et moi avons rangé les documents de celui qui avait été mon collègue de bureau, puis mon supérieur hiérarchique. Nous avons retrouvé dans un placard quelques photos et livres personnels, que nous avons mis dans un carton. Le reste a été classé, archivé ou jeté.
Les deux fois, ces hommes s’étaient suicidés. Moi, je suis là et ne reste pas indemne de leur mort.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.