Paris @28

Ligne 5Un samedi midi de décembre, je suis sur la ligne 5, dans sa partie sud. Les nouvelles rames de ce métro sont d’un seul tenant, les voitures étant reliées par des soufflets que l’on peut franchir aisément. J’entends arriver vers moi la voix d’une femme : dans un mélange de phrases chantées dans une langue qui m’est inconnue et de phrases dites en français, je comprends qu’elle fait la manche.
Un enfant alors apparaît dans mon champ de vision. Il n’a pas dix ans et la main en godet pour réclamer de l’argent. Il ne dit rien. Il avance en regardant chacun et tendant la main. Son très jeune âge d’emblée me heurte. Il n’y est pour rien, bien sûr, mais je voudrais intervenir, que cet enfant soit protégé.
Quelques secondes plus tard, la femme apparaît, tirant une petite fille par la main, petite fille qui n’a à l’évidence pas envie de suivre. Il me semble impossible de lui dire quoi que ce soit sur l’âge du garçonnet qui joue un rôle « actif » contrairement à la petite fille qui elle ne fait que suivre. Cette femme n’est sans doute, elle non plus, pas très consentante à faire la manche eu égard aux réseaux qui manipulent ces personnes en situation d’extrême précarité.
J’estime néanmoins, peut-être à tort, qu’elle peut se défendre et reste focalisée sur cet enfant que j’estime en danger. Que faire ? Appeler la police ? Le 119 (numéro que je n’ai pas en tête à cet instant-là) ? Voir l’agent RATP en station ? Je suis justement arrivée à destination. Personne n’est présent au guichet. Que faire ?
Je ne sais pas.

2 réflexions sur « Paris @28 »

  1. cloudine

    Un « ami de forum » m’a écrit que les tout jeunes enfants et les bébés sont loués à des familles restées au pays.
    Mettre cette femme à l’abri signifie mettre d’autres familles en danger —- Les trafiquants sont bien organisés et n’ ont aucun scrupule. C’est dégueu. Mais les mafias sont dégueu.
    On voit ces pauvres gens partout – personne n’intervient, surtout pas les personnes investies de l’autorité.

    On vit une sale période dans un monde minable.

    Répondre
    1. Cécyle Auteur de l’article

      Je ne me résignerai jamais au monde « dégueu » (du moins j’espère !). Dire que l’on est impuissant et que c’est « dégueu », ce me semble déjà important.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.