Princesse @8

Coach Petit MoutonQuand je déroule, j’arrive de plus en plus à me mettre en mode « pas là », gardant juste ce qu’il faut de vigilance pour la course. Alors, je ne pense à rien, vide cérébral que je ne connais guère et que je trouve très agréable. Pour le coup, des pensées automatiques passent entre mes deux oreilles, certaines convenues, d’autres qui me surprennent.
C’est ainsi que l’autre jour, je me suis mise à rédiger une petite annonce amoureuse, moi qui apprécie pourtant beaucoup mon équilibre actuel. « Cherche femme, 50 ans… » Au passage des mots « 50 ans » sur la bande synaptique (c’est un peu comme une vieille bande audio, ça s’embobine sur chaque oreille et se lit entre les deux yeux), j’ai eu comme un sursaut :
— « 50 ans », mais c’est vieux !
J’ai 50 ans, même un peu plus. Ma réflexion m’a sortie de ma torpeur et j’ai fini mon déroulé du jour sur ce hiatus ; je me trouve bien pour mes 50 ans et demi, pas « vieille » en tout cas, coach Petit Mouton m’attribuant même un « âge cardiaque » de 45,2 ans. « Cardiaque », il s’agit de cœur, non ? Je suis donc très jeune de cœur mais j’ai quand même 50 ans passés… Et je trouverais « vieille » une fille qui aurait le même âge que moi ?
J’y réfléchis depuis sans comprendre pourquoi j’ai cette image négative des ménagères de plus de 50 ans dont je suis pourtant. Il est vrai que j’ai toujours eu des chéries plus jeunes que moi (à une exception près) tout en fuyant (fort mal en fait) les gamines (entendre les filles de plus de dix ans de moins que moi). Alors ? Je ne sais pas. Il y en a tant de jolies filles de 50 ans et plus… Non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.