Archives quotidiennes :

Incyclicité @12

Passage piéton gergoMon quartier est régulièrement secoué par des explosions de pétards. Je dis « explosion » car, même de chez moi, au cinquième et avec mes fenêtres qui donnent sur une rue perpendiculaire au champ de tir, ils produisent un bruit assez effrayant. Nous tenons le compte de ces pétards avec ma-Jeanne, car ils sont le symptôme d’une dégradation de nos conditions de vie, les nuisances sonores ayant une fâcheuse tendance à s’accroître ces temps-ci, avec une exaspération en retour des riverains qui va croissante. Nous essayons d’alerter les pouvoirs publics (mairie, police, justice) avant que tout cela ne dégénère, sans trop de succès d’ailleurs, hormis auprès de la police, ce qui me désole.
Ces pétards nous valent aussi, ma-Jeanine et moi, des discussions enflammées. Je ne leur porte pas le même intérêt qu’elle, ils me dérangent donc peu même si je sursaute et jure à chaque fois. L’argument de ma-Jeanine, au-delà de l’expression de sa peur, que je partage, est de dire « il y a des gens cardiaques, des bébés, les animaux ». J’ai envie de dire « Et ? »
Je conçois que ces pétards sont de nature à provoquer un malaise mais, à ma connaissance, les facteurs de risque pour un cardiaque sont plus l’alcool, le tabac et le trop-gras-trop-salé-trop-sucré. J’ai bien dit « facteurs de risque » ; on peut succomber à un malaise cardiaque même avec une alimentation et une vie exemplaire (à l’aune des recommandations médicales) et même sans pétards. Quant aux bébés… Je ne sais pas… et que le chat de ma-Jeanine se carapate à chaque pétard ne me paraît pas un dommage majeur.
Mais c’est vrai que je n’aime ni les bébés, ni les bêtes. Je suis donc sans cœur. Ouf ! Je ne risque pas le malaise.