Credo @5

Quand je rentre du judo les jeudis soir, je prends la 2 à Jaurès. C’est une ligne aérienne et il faut monter un grand escalier avec un palier intermédiaire pour l’atteindre. Je monte doucement. J’ai les cuisses qui tirent.
Ce jeudi, alors que j’arrive au palier et tourne la tête vers la droite pour amorcer mon demi-tour, je remarque un couple enlacé. La jeune femme est dos à la rambarde. L’homme est devant elle. Quelque chose m’arrête ; je ne sais encore quoi. Je passe derrière l’homme en les observant. Je ne vois plus la femme (il est plus grand qu’elle). Je finis mon demi-tour et la vois de nouveau : elle porte un voile qui lui cache les cheveux et le cou.
Je pose le pied sur la première marche du second escalier. Elle tend les lèvres. L’homme se rapproche encore et l’embrasse à pleine bouche.
Sur le coup, ma surprise m’a empêchée de bien comprendre ce que j’avais vu. Puis, petit à petit, la scène est devenue plus claire et plus précise. Et cela m’a fait penser à ces jeunes Américaines chrétiennes qui pratiquent la sodomie pour être vierges le jour de leur mariage.
Quelle hypocrisie !

30 réflexions sur « Credo @5 »

    1. Cécyle Auteur de l’article

      La question est : que vaut une pratique religieuse associée à un discours moral (ce qui est bien et mal) quand l’on a des comportements contraires à ce même discours moral.
      Certaines chrétiens américains prônent la chasteté parce que le sexe non procréatif, c’est mal. Ces jeunes filles (et leurs partenaires masculins) pratiquent néanmoins le sexe (ce qui ne me choque pas, au contraire même) tout en faisant croire qu’elles et ils ne pratiquent pas. Et je considère hypocrite d’avoir un discours contraire à sa propre pratique.
      Je pourrais faire la même démonstration sur ce baiser voilé.

      Hypocrisie (Antidote) : Défaut consistant à feindre volontairement un comportement, un caractère ou une opinion.

      Répondre
  1. salanobe

    Je ne pense pas que l’islam interdise à un couple musulman de se faire des bisous, si ils sont mariés ou en voie de (c’était peut être le cas de ce couple), et je ne vois pas en quoi ce serait contraire à la morale de cette religion.
    Il est malheureusement assez fréquent que l’on reproche aux musulmans d’être « fanatiques, enfermés dans leur religion… ». Trouver ce baiser hypocrite, n’est-ce pas les cantonner à cette image ?
    Après, les pratiques sexuelles qui « épargnent » la virginité de la future épouse, ça c’est de l’hypocrisie. Surtout quand on se veut moralisateur.

    Répondre
    1. Cécyle Auteur de l’article

      Il ne s’agissait pas d’un « bisou » et il me semble que la morale musulmane est ici la même que la morale chrétienne. Mais je peux bien sûr me tromper… sans que vous ne me fassiez un procès d’intention pour autant ! 😉
      Dois-je me justifier de mes opinions à l’égard de l’islam à partir du moment où j’en parle ? J’ignore donc qui est ce « on » dont vous parlez mais je ne me sens pas concernée. Et je maintiens donc que ce baiser me semble hypocrite.

      Répondre
  2. salanobe

    Un bisou ou baiser torride, c’est pareil. Ce n’est pas du sexe.
    Le « on » ne vous était pas du tout destiné mais c’est toujours « on » qui tient ce genre de discours (jamais personne et pourtant beaucoup trop de monde).
    Je ne vous ai pas demandé de vous justifier de vos opinions sur l’islam. Je trouve même dommage que les gens n’osent plus prononcer ou écrire le mot, musulman, islam, voile, sans s’en « excuser » aussitôt. C’est ce que j’apprécie dans vos discours, il n’y a pas de crème pour adoucir ou cacher quoi que ce soit. Il se trouve que là, il s’agit d’un couple musulman (au moins madame) mais ma question aurait était la même, que le couple soit, juif, chrétien… Comme votre surprise aurait était la même j’imagine.

    Répondre
    1. Cécyle Auteur de l’article

      En effet, d’où mon parallèle avec les chrétiens d’Amérique. Je ne distingue pas les radicalités religieuses et les hypocrisies qui vont avec.

      Répondre
  3. salanobe

    Là où vous voyez de l’hypocrisie dans un baiser, je vois une ouverture d’esprit que je ne trouve pas incompatible avec la pratique d’une religion. Si les relations sexuelles hors mariage sont condamnées par la plupart des religions, je ne crois pas qu’il soit écrit dans la Bible, la Torah ou le Coran « tu ne mettras pas ta langue dans la bouche de ton prochain ». Mais je peux me tromper aussi.
    Puisqu’on peut faire des interprétations différentes de tous ces textes, autant qu’elles soient le plus ouvertes et tolérantes possible.
    Il existe beaucoup de contes arabes érotiques qui ne sont pas forcément hypocrites mais qui interprètent l’Islam différemment de ce à quoi « on » s’attend (l’exemple de l’Islam est une fois de plus en rapport avec l’exemple du couple musulman bien sûr 😉 ).

    Répondre
    1. Cécyle Auteur de l’article

      Pourquoi ne pas « tomber le voile » alors puisque la même version « ouverte » de la foi musulmane que celle que vous défendez ne le rend pas nécessaire ?
      L’hypocrisie est dans le décalage entre ce que ce voile représente et ce baiser. Je sais, comme vous, que l’islam n’est pas en soi une religieux totalitaire, pas plus que le catholicisme, le judaïsme et d’autres. Mais quand on porte un signe qui incarne une approche moraliste, on va jusqu’au bout… même si le cul de la crémière est très joli ! 😉

      Répondre
  4. salanobe

    Je comprends votre point de vue mais toutes les barrières ne sont peut-être pas faciles à franchir en même temps.
    Il est plus facile de faire un bisou (ou baiser fougueux) en cachette que de s’afficher ouvertement libérale.
    Rien ne dit que cette femme porte le voile de son plein gré.

    Répondre
    1. Cécyle Auteur de l’article

      Si !! 😉 Le port du voile est un signe de radicalité religieuse, et indique que la personne qui le porte affiche sa soumission à une certaine morale.

      (J’ai corrigé votre coquille ! ;-))

      Répondre
  5. salanobe

    Merci pour la coquille. J’en ai fait d’autres mais c’est pas grave.
    On peut discuter des heures, on ne sera pas d’accord. 😉 Enfin, pas tout à fait. Je pense que vous avez raison dans certains cas.
    Petite pensée pour Fatima, marocaine d’apparence musulmane (radicale ?) pratiquante, qui embrasse des femmes en cachette. Si elle avait le choix, elle se passerait volontiers du foulard et du ramadan. Je ne l’ai jamais trouvé hypocrite mais plutôt courageuse. Je ne suis certainement pas tout à fait objective sur ce sujet. 😉

    Répondre
    1. Cécyle Auteur de l’article

      Ok pour Fatima ! 😉
      Mais pourquoi ne pas enlever son voile quand elle embrasse si elle porte ce voile par contrainte et embrasse en cachette ? Moi, cela me poserait un problème éthique d’embrasser une fille avec sur la tête le symbole de mon oppression.

      Répondre
  6. salanobe

    Merci pour elle (et pour moi). 😉
    Parce que quelques bisous en cachette derrière la maison ou dans les champs de « carmouzes » ne laissent pas beaucoup de temps au déshabillage.
    Honnêtement, à 17 ans je trouvais le cul de la crémière plus appétissant que je ne trouvais son foulard choquant ou contre mes convictions. Je sais, ça n’est pas bien. 😉

    Répondre
    1. Cécyle Auteur de l’article

      J’ai jeté un œil à nos coquilles respectives. J’espère ne pas en avoir trop raté. On essaie toujours avec Isabelle de laisser le moins de fautes possibles sur ce blog. Peut-être en corrigera-t-elle d’autres…
      Bonne soirée à vous.

      Répondre
  7. salanobe

    Ouf ! Merci à vous. Je peux continuer à faire la morale à mes fils sur l’importance de l’orthographe, de l’accord des verbes… La tête haute.

    Répondre
    1. Cécyle Auteur de l’article

      Dites-leur que l’orthographe donne du sens. Et qu’écrire un mot ou mal accorder un verbe, c’est prendre le risque d’être compris de travers.

      Répondre
    1. Cécyle Auteur de l’article

      Et il a été reçu comment, le message ? 😉
      Selon ses centres d’intérêt, je peux essayer de vous trouver des exemples.

      Répondre
  8. salanobe

    Mathieu, 12 ans : « Oui, je sais. » Centres d’intérêts, les filles (assez récent), les copains, la natation.
    Théo, 10 ans : « Ça veut dire que je dois réviser encore ma leçon ? » Tout l’intéresse un peu mais rien en particulier.

    Répondre
    1. Cécyle Auteur de l’article

      Je vais commencer par les devoirs, sujet tabou s’il en est…

      « Théo, fais (impératif) ces (ceux-là, les siens, et d’autres ?) devoirs ! » C’est moins agréable quand on le crie ainsi que quand on constate simplement que Theo fait (indicatif) ses (juste les siens) devoirs. Ceci dit, Mathieu et Théo seront plus vite débarrassés s’ils doivent apprendre leur leçon (une chacun) plutôt que leurs leçons (plusieurs chacun).

      Répondre
  9. salanobe

    Effectivement, ils préfèrent apprendre leur leçon plutôt que leurs leçons mais trouvent que « c’est mieux quand il n’y a pas de devoir ».

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.