Bigleuse @13

Il m’arrive régulièrement de croiser des mots, des expressions, que j’utilise depuis longtemps et qui me font intimement sens de manière inattendue. C’est ainsi que j’ai inauguré récemment une séance de « mise en forme », tous les matins. Le pourquoi du comment est ici, dans mes Feuillets.
L’autre matin — la date est sans importance —, je travaillais sur Je ne saurai jamais si elle était jolie (manuscrit, V07) et, après avoir lu et relu un chapitre, j’ai pensé « Je valide ! »
Je « valide »… moi qui ne le suis pas.
Je n’avais jamais entendu ce verbe en ce sens, verbe que j’utilise quotidiennement dans les Tableaux de bord de mes Feuillets, et alors même que j’utilise souvent le nom « valide » que j’oppose à « éclopés ».
Je « valide », donc ; mon texte plutôt que moi ; quand les phrases coulent et qu’il ne me semble plus trop « éclopé ». Sacrée littérature !

1 réflexion sur « Bigleuse @13 »

  1. Michele Chazeuil

    L’écriture parle, Lacan nous l’avait dit dans « Le Séminaire, Livre XX. Encore », et… « voilà pourquoi votre fille est muette ! » (Ça, c’est dans Molière). Oui. Sacrée littérature !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.