Archives quotidiennes :

Clope @2

Les interdictions de fumer dans les lieux publics et leur mise en œuvre ne peuvent que susciter les polémiques : liberté du fumeur contre protection des non-fumeurs ; le débat est sans fin. Je ne trancherai pas, sauf à remarquer que s’il avait été interdit de fumer dans les lieux publics quand j’ai commencé à fumer, à 19 ans, j’y aurais sans doute gagné quelques cigarettes. Et aujourd’hui encore, je suis toujours trop près de tendre la main vers une « bonne petite clope » pour ne pas encourager les interdictions… raisonnables.
« Raisonnable » ? Qui décide la raison ? La loi et la justice, dans un État de droit. La justice vient de trancher sur les terrasses bâchées des cafés. Jusqu’à la prochaine décision. Mais si je cite cet article, ce n’est pas tant sur la question de ces terrasses, dont je déplore avant tout qu’elles soient chauffées en ces temps où il devient criminel de ne pas contrôler les dépenses énergétiques, mais plutôt pour citer ce serveur qui « prédit « une baisse du chiffre » d’affaires en cas d’interdiction. »
La semaine dernière, Sarah est allée boire un jus au comptoir d’un café sur les maréchaux dans le 19e. Le vendredi 4 mai, le petit noir y était à 1 euro ; le 9 mai, après le pont, il est passé à 1,20 euro. 20 % d’augmentation, sans sommation, sans augmentation de TVA, sans guerre annoncée des producteurs. Sarah a d’emblée décidé d’y aller moins souvent.
Est-ce vraiment l’interdiction de fumer qui chasse les consommateurs ?