Grand homme @10

"La domination masculine"Grâce au film La domination masculine, j’ai découvert les « masculinistes ». Jusqu’ici, je ne connaissais que quelques olibrius vindicatifs ne supportant pas les féministes et hurlant à la mort programmée de la virilité, appelant à l’attaque contre les femelles assoiffées de castration dont ces mâles subiraient les assauts parce qu’ils se comportent en hommes, des vrais. Il s’agit en fait d’un mouvement défendant des arguments allant jusqu’à la mauvaise foi la plus complète et un délire de persécution, servi par un aplomb incroyable et un sens aigu de la victimisation stratégique. Ainsi, certains osent affirmer l’air convaincu que les hommes sont plus souvent victimes de violences conjugales que les femmes. Ces hommes se plaignent d’une dictature du féminisme dans les pensées et les paroles, comparant allègrement talibans et féministes québécoises et leurs victimes respectives : femmes et hommes. Or les faits ne résistent pas à ces discours, que ce soient les plaintes pour violences conjugales et viols ou les différentes salariales, d’évolutions professionnelles, etc.
Lors du débat qui a suivi le film, en présence de Patric Jean, le réalisateur, j’ai appris que ces groupes de masculinistes progressent, en France notamment, se cachant le plus souvent derrière des associations de défense de pères dans le cadre de divorce, où s’exprimerait la puissance des femmes par leur pouvoir maternel éclatant lors du choix de la garde des enfants.
Patric Jean évoqua des manifestations de masculinistes défilant habillés en superhéros, ces hommes gainés de collants moulants loin d’une image plus guerrière de Terminator. On peut en rire, mais aussi s’en inquiéter, car cette référence fait sans doute plus rêver les enfants, renforçant l’identification des rôles entre garçons, superhéros potentiels, et filles, qu’ils ont la lourde charge d’épater, impressionner et sauver.
À quand un défilé de féministes en Wonder-woman ? Je crains que, hélas, cela ne fasse pas rêver les petits garçons et je ne suis même pas sûre que cela fasse fantasmer les petites filles.

2 réflexions sur « Grand homme @10 »

  1. Cécyle

    Ce qui m’a le plus affligé dans les discussions autour de ce film (pas ce jour-là, mais un autre), c’est l’argument du « Mais moi, je connais des femmes qui… », comme si des comportements individuels pouvaient invalider un système politique.
    Car, oui, la domination masculine est bien un système politique fondé sur l’oppression des femmes à fins d’exploitation sexuelle et économique.
    Je commence fort, ce matin ! Merci Isabelle pour ce billet.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.