Métro @2

http://www.salon-livre-presse-jeunesse.net/accueil.htmlEn rentrant un soir, je suis passée dans un couloir et une affiche a attiré mon attention. J’y voyais une forme assez caractéristique du dessin salace de potache pour représenter une verge et ses compagnes avec en plus une longue queue. En regardant plus attentivement, je me suis aperçue que c’était le dessin d’un lion assis avec son dos et ses cuisses ressortant en orange… pour le salon du livre et de la presse jeunesse. Est-ce un acte manqué des concepteurs de la campagne promotionnelle ? Oups !

6 réflexions sur « Métro @2 »

  1. elle17

    Franchement Isabelle, j’ai pourtant l’esprit souvent critique ou mal placé mais là je ne vois rien de grivois. Vous m’inquiétez un peu 😉

    Répondre
    1. Isabelle Auteur de l’article

      Deviendrais-je hétérosexuelle ?! J’en tombe sur les fesses (mes belles fesses de lionne évidemment).
      Non, sérieusement, je suis passée devant l’affiche assez près et le dessin des cuisses de l’animal était un peu en contrebas avec le orange ressortant qui a accroché mon regard, j’étais saisie d’étonnement.
      C’est sûr qu’en voyant l’ensemble, on ne peut pas partager ma première impression. Reste que si vous ne regardez que la forme de la partie orange qui ressort bien, vous pouvez peut-être comprendre qu’elle puisse être suggestive pour un regard rapide.

      Répondre
  2. Valérie

    Je crois que c’est une image destinée au regard des enfants … et leur innocence leur permet de voir le lion dans toute sa magie, sa splendeur, son éclat … Nous, adultes, on ne voit plus tout ça … nous avons perdu notre capacité à nous émerveiller … Ecoutez « Berceuse pour adultes » de Lynda Lemay …

    Répondre
      1. Isabelle Auteur de l’article

        Je suis toujours étonnée de cette notion d’innocence. Serait-ce coupable de voir dans une image un symbole phallique ?
        Les enfants sont rêveurs, prêts à la magie du monde, mais aussi très intéressés par leur corps et celui des autres. Ils parlent beaucoup de « kiki » et autre « bistouquette » après la période pipi et caca ! Ils découvrent, touchent, s’émerveillent, rirent, ricanent, en rajoutent quand ils sentent qu’il y a de l’interdit à en parler…
        Induire la possibilité de réduire l’image du lion au dessin d’un sexe dressé me semble justement bêtement risquer d’annihiler la magie du lion. Je pense que si les adultes qui l’ont conçu ne l’ont pas vu, c’est bien parce qu’ils ne sont plus dans un rapport gamin au corps.

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.