Colère @2

Je crois en effet que la colère joue un rôle important dans la rupture amoureuse car elle permet de se dégager de l’autre, dire qu’il nous a blessé et qu’il n’en avait pas le droit, quels que soient ses (non-)sentiments à notre égard. La colère, parce qu’effectivement elle est une violence, est aussi une énergie qui permet de sortir la tête de l’eau et d’envisager autre chose. Puis la colère s’apaise. Il devient alors possible de pardonner (à soi d’abord) et d’accepter que cet autre qui nous a fait si mal nous avons pu l’aimer, le désirer ce qui, au vu de l’échec consommé, a quelque chose de fondamentalement insupportable.
Il ne s’agit donc pas de crier, ni de frapper (quoique parfois, ça démange) ; simplement d’accepter cette violence qui est en nous, violence que la souffrance et l’impuissance révèlent, violence que la vie en société oblige à contrôler. Et si je n’aime pas me mettre en colère — souvent, je m’emballe, mais ce n’est pas pareil —, je constate que refouler cette colère que l’autre amoureux inspire nuit gravement à mon état mental. Cela produit chez moi des « pensées obsessionnelles » où l’autre s’invite en boucle et sans sommations dans mes pensées afin que je puisse lui dire le plus méchamment possible le mal qu’il m’a fait.
Conclusion ? Désormais, non seulement je coucherai le premier soir mais je théâtraliserai mes ruptures sans ménager ma colère ! Mon horoscope n’arrête pas de me dire que je suis sur la voie de la reconquête amoureuse : vous voilà prévenues !

 

5 réflexions sur « Colère @2 »

    1. Cécyle Auteur de l’article

      Ca, c’est ce que l’on croit ! 😉
      Quelqu’un disait que la relation amoureuse, c’est une qui veut, l’autre qui ne dit pas non…

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.