Course @10

A boire !Sur ce même marathon, j’encourageais une amie coureuse. Nous nous étions donné trois rendez-vous. J’avais avec moi des bidons 1/3 de jus d’orange, 2/3 d’eau. Notre troisième rendez-vous était dans le bois de Boulogne à l’entrée du lac, dont elle devait faire le tour.
Pourtant très entraînée, et pas à son premier marathon, elle est arrivée hagarde tant la chaleur était accablante. J’ai donné mes affaires à la personne qui m’accompagnait et suis allée l’attendre de l’autre côté du lac, pour courir quelques dizaines de mètres avec elle.
Elle était toujours hagarde. Je lui parlais, elle m’entendait à peine mais courait toujours. Nous sommes arrivées au dernier ravitaillement. Nous courrions sur un tapis de bouteilles. Je lui parlais toujours et d’un coup elle s’est réveillée, me gourmandant sévèrement de courir sur ces bouteilles au risque de tomber,  presque surprise de me trouver là. J’ai argué qu’elle était cuite et que c’était pour l’encourager.
— Je ne suis pas cuite !
Et elle a mis le turbo.
Passé la ligne d’arrivée, elle m’a raconté qu’elle était effectivement groggy et que ce qui l’avait réveillée a été de sentir ses pieds glisser sur ces bouteilles et la peur que je ne tombe. Elle aurait de toute façon fini sa course mais voilà une fonction de la bouteille en plastique qui peut-être, peut réduire sa facture écologique ?

6 réflexions sur « Course @10 »

  1. Isabelle

    Hum, comment te dire Cécyle, quand des dames et/ou des messieurs s’enferment dans des camionnettes ou, en l’occurence s’activent à l’air libre des bois, ce n’est pas pour de la course à pied. La fonction de l’accessoire utilisé est, disons, dérivée…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.