Miam ! @2

La poulette au chocolat ?!Dimanche de Pâques, l’émission On va déguster sur France inter est consacrée au chocolat. En début d’émission, il y a quelques informations diverses discutées. Elvira Masson évoque un classement international, le World’s 50 Best Restaurants. Elle s’agace qu’il y ait un classement à part pour la meilleure femme chef, demandant pourquoi cela devrait être le cas. Le présentateur la taquine alors sur le thème qu’elle n’est donc pas féministe.
Mais, au contraire, car plus encore, ce qui la scandalise est qu’au classement général, Anne-Sophie Pic, chef mise en avant, est à la… soixante-septième place ! La chroniqueuse trouve cela condescendant, genre « Vas-y ma fille, accroche-toi, tu vas y arriver un jour ». C’est vrai que cela donne un peu l’impression d’une médaille en chocolat !
Elle ajoute qu’il y a eu une remise des prix à Londres et que l’on peut voir cette Française venir prendre le sien. Le présentateur de l’émission François-Régis Gaudry ajoute alors « J’aurais été elle, je serai restée chez moi. »
Cela m’a fait plaisir d’entendre cet échange. Oui, le féminisme ne peut accepter la condescendance et les classements à part visant à démontrer au fond la domination masculine et la petite place accordée aux femmes. Paradoxalement, en haute cuisine, il s’agit d’autant plus de montrer que si la femme est bonne pour la popote, elle n’est pas assez douée pour la haute voltige culinaire.
Mais serais-je restée chez moi ? Anne-Sophie Pic s’est-elle déplacée de Valence parce que c’est tout de même une reconnaissance internationale ? Parce qu’il y a des enjeux économiques ? Parce qu’elle n’a pas vu le mal à cette différence ? Tout simplement parce que ça lui faisait plaisir ? Quelques soient ses raisons, il n’y a aucun lieu de les juger négativement. Je pense que je serais restée chez moi, mais il faut dire que c’est le seul endroit où on évalue généralement ma cuisine.
Bon, d’ailleurs, j’y retourne, car cette émission donnait de très bonnes recettes dont une de panna cotta sauce chocolat de Rosalba de Magistris, qui a travaillé avec de grands chefs, donne des cours, écrit des livres, bref une sacrée bonne femme, enfin plutôt comme dirait Cécyle alias Cy Jung, une sacrée poulette (en chocolat).

PS : pour les gourmets, la recette de panna cotta est sur le site avec quelques autres…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.