Elections @6

Le soir du résultat du second tour des élections cantonales, à une émission télévisée au cours de laquelle interviennent des personnalités politiques, une discussion improvisée entre Jean-François Copé et Marine Le Pen tourne au vinaigre. Copé reproche au Front National d’avoir des candidats inscrits presque malgré eux sur les listes électorales, accusant le parti de piocher dans les maisons de retraite pour remplir ses listes. Marine Le Pen s’insurge et s’emporte en affirmant qu’il y a des candidats « étudiants, chômeurs, mères de famille, travailleurs ».
Si c’est tout à l’honneur de ce parti d’avoir des personnes de tous horizons dans ses listes, j’ai tiqué sur l’énumération. Elle mélange des statuts différents, sous-entendant qu’ils sont exclusifs l’un de l’autre, du moins que les uns priment sur les autres. Être mère de famille ne renvoie ni à la sphère des études, ni à celle du rapport au travail (qu’on en ait ou pas). C’est donc un statut à part, une fonction essentielle. La femme avec enfants ne s’affirme pas dans ce qu’elle fait, dans son action, mais est désignée par ce qu’elle est. Elle est réduite à une identité fixée, alors même que les étudiants, les chômeurs et les travailleurs peuvent passer d’un statut à un autre, dans un sens positif comme négatif. Plus encore, elle n’existe que par les autres : sa famille sans laquelle elle n’est alors pas.
En revanche, n’en déplaise à Marine Le Pen, car cela invalide partiellement sa réponse : on peut être mère de famille et en maison de retraite…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.