Archives quotidiennes :

Noël @2

Whaouhhhhhhh !En ce mois de décembre, fleurissent dans le métro les inévitables publicités pour Noël. Un magasin de sport propose deux affiches, présentées côte à côte, en 4 mètres sur 3 mètres, sur les quais. Les deux visuels sont similaires : un enfant devant un sapin a un cadeau ouvert devant lui et s’éblouit de ce qu’il contient. Plus précisément, il est dans la projection de ce qu’il va pouvoir vivre avec ce fameux cadeau. Les pieds de chaque côté du paquet sont habillés de pyjama, mais le reste du corps est déjà dans l’activité future. Le slogan est « Offrez des sensations ! » Ainsi, une affiche présente une fille casquée, bâtons de ski en main alors que l’autre présente un garçon, casqué, au guidon d’un vélo tout-terrain.
Un rectangle met en avant à chaque fois un cadeau, avec sa photo, quelques caractéristiques et son prix. Pour le garçon, le zoom est fait sur le vélo, à 99,90 euros, pour la fille, c’est sur le casque à… 12 euros. C’est bien connu, les garçons sont casse-cou et l’essentiel est ce qui leur permet de prendre des risques, alors que ce qui importe pour les filles est de les mettre à l’abri des dangers, leurs longs cheveux blonds bien sanglés dans un casque.
Quelle sensation pour les filles ! Elles peuvent se tenir bien protégées lorsqu’elles pratiquent un sport, comme elles devront le sentir quand plus tard elles seront obligées de rentrer de soirée plus tôt que les garçons.  De toutes les façons, les filles doivent être protégées : des messieurs dans la rue, des tentations, des responsabilités, des décisions qu’elles pourraient prendre, des initiatives et surtout d’elles-mêmes. D’ailleurs, l’idéal serait qu’elles restent à la maison, ne plus sortir que pour les courses avec l’argent liquide attribué par l’homme du foyer et pour aller chercher les enfants à l’école. Tout cela sans parler du cadeau, offrir un cadeau huit fois moins cher à la fille relativement au garçon, c’est offrir quelle sensation ? Celle que Noël est bien une fête de tradition, un événement de communion sociale, une reproduction dans chaque foyer de la norme sociale, preuve en est une nouvelle fois, s’il en fallait.