Gamine @2

Affiche de 1950 contre le droit de vote des femmes en SuisseMe faire traiter de gamine m’insupporterait. Bon, je n’ai plus la vingtaine alors cela ne risque plus trop d’arriver, mais on ne sait jamais. D’ailleurs, à vingt ou vingt-cinq ans, je l’aurais mal vécu. « Gamine » renvoie directement à une notion de la femme comme assez bête, pas très mûre intellectuellement, ne comprenant pas le monde des adultes, pouvant être chiante… Cela me fait penser aux textes législatifs qui ont longtemps perduré et aux arguments pour les défendre sur le non-accès au droit de vote aux femmes, la nécessité de l’autorisation du mari pour l’ouverture d’un compte bancaire, etc.
« Gamin », c’est vraiment plus tendre ou plus affirmé comme le « sale gamin » : celui qui en fait voir, mais est plutôt malin pour se jouer de son monde, faire des farces, être un pitre au détriment, notamment, de… la gamine. S’il est trop insupportable, il devient un « sale gosse », bien plus négatif. À une adulte, même jeune, renvoyer à la gamine est vraiment empreint de mépris, de violence verbale, celle de laquelle beaucoup de femmes n’arrivent pas à sortir tant on leur a inculqué leur place dans la société depuis… toute gamine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.