Sauna @3

Qu’est-ce que la bisexualité ? Grande question…
L’homosexualité comme orientation sexuelle définie aussi comme mode de vie date du XIXe siècle, on dit même souvent qu’elle a été « inventée » à ce moment-là. Je le comprends comment une nouvelle façon d’affirmer sa volonté de vivre une relation amoureuse comme telle avec une personne du même sexe, sans le carcan social de l’hétérosexualité (faux mariage ou simple indivisibilité de la relation). Et la bisexualité ? Je n’aime pas forcément les catégories et, en même temps, elles me semblent importantes pour se définir. À mon sens, une femme peut avoir fait l’amour avec un homme et se dire, s’affirmer, être lesbienne. Elle s’est rendu compte qu’elle n’avait plus envie d’hommes mais de femmes ou tout simplement plus envie de femmes que d’hommes.
Le côté plus simple dans une relation physique avec une fille ayant déjà fait l’amour avec un homme est lié à l’idée que les lesbiennes « pur jus » sont souvent plus dans la sensualité que la sexualité, parfois par rejet ou peur de la sexualité « masculine » incarnée par la pénétration. Du coup, les possibles sont réduits et la peur de faire mal empêche une certaine spontanéité, voire facilité avec l’autre.

7 réflexions sur « Sauna @3 »

  1. salanobe

    C’est quoi, être bisexuelle ? Je ne trouve que des définitions assez vagues. Un homme m’a dit il n’y a pas longtemps, « En fait, t’es bi », parce que j’ai vécu avec un homme. Ça m’a un peu agacé mais je me suis rendu compte que je ne pouvais pas argumenter parce que je ne sais pas vraiment ce que c’est que la bisexualité.

    Répondre
    1. Cécyle

      Il y a en effet beaucoup de définition, de la « bisexualité psychique » chère à Freud aux différentes pratiques, orientations, choix personnels. Je crois que « se dire » appartient à chacun et que personne n’a le droit d’en juger.
      Pour ma part, je me considère comme lesbienne, quel que soit le sexe passé (ou futur) de mes partenaires et ma chasteté présente. Car mon désir est lesbien autant que mes choix politiques.

      Répondre
      1. salanobe

        On naît tous bisexuel ? J’ai lu quelques extraits des lettres de Freud à Fliess et c’est un peu compliqué. A défaut de comprendre, je vais continuer à « me dire » lesbienne.

        Répondre
        1. Cécyle

          De ce que j’en ai compris, il s’agit d’une histoire de « Choix d’objet » (sous-entendu de désir). Le psychisme se construit par étapes, et avant que le « Choix d’objet » ne s’effectue, nous sommes tous portés sur les deux sexes (celui du père ou celui de la mère). Ce choix s’opère de manière complexe (et pas forcément identifiés) et mène le plus souvent à l’hétérosexualité (aussi pour des raisons culturelles, mais cela Freud ne l’a pas dit).
          Mais cette « bisexualité psychique » d’origine demeure. Et peut expliquer pas mal de nos doutes (quand on en a).
          J’espère ne pas avoir trop trahi la lettre (de Freud) ! 😉

          Répondre
  2. Alixe

    Moi, j’aime bien l’idée de l’échelle de Kinsey… qui me parait plus subtile que les « cases » homo/hétero/bi, a mon sens, un peu trop restrictives.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.