Archives par étiquette : Misère

Galère @15

Copie d'écran de l'appli de la banque poste, mode d'emploi. Je ne peux pas vous dire ce qu'il y a dessus, je ne lis pas.LBP – Épisode 1
Depuis quelque temps, mon banquier affiche à chaque connexion sur mon compte en banque que je dois souscrire à « Certicode+ », un système de protection de mes transactions financières (paiement CB, virements, etc.) supérieur à celui déjà activé, « Certicode ». Jusqu’à présent, je recevais à chaque transaction (ou presque) un SMS avec un code unique ; le « + » consiste à utiliser l’appli téléphone ou tablette pour saisir un code unique sur un pavé numérique aléatoire (les chiffres changent de place à chaque connexion).
Mon petit doigt me disant que l’appli ne serait pas accessible (pavé aléatoire + taille de police), surtout sur le téléphone que je devais forcément privilégier (un seul appareil peut être associé et je ne me trimballe pas avec ma tablette), je résistais, agacée par ces avertissements sur mon compte et les quelques messages reçus. Et puis, est venu ce message…
Son titre : « Activez Certicode Plus pour accéder à vos comptes »
Je m’inquiète sitôt, le ton a changé ; il semble que si je ne le fais pas, je ne pourrai plus accéder à mon compte en ligne (ce pour quoi je paie cher pourtant) ni payer en ligne. Je lis avec attention le message.

« Pour plus de sécurité, la Directive européenne relative aux Services de Paiements (DSP2) impose une nouvelle étape d’authentification forte pour accéder à vos comptes et réaliser vos paiements en ligne.
« Cette authentification forte deviendra obligatoire dès 2022 et l’accès à votre Application mobile ou votre Espace Client Internet vous sera refusé si vous ne disposez pas d’une solution d’authentification forte.
« La Banque Postale met à votre disposition des solutions que vous devez activer au préalable pour continuer à accéder à vos services en ligne.
« N’attendez plus et équipez-vous gratuitement dès maintenant ! »

« Gratuitement » ? À ce stade de ma lecture, je comprends que la Banque postale va m’offrir de quoi faire une « authentification forte »… non, je ne crois pas au Père Noël et la suite ne me surprend pas.

« Vous avez un smartphone ou une tablette ?
« Téléchargez l’application mobile La Banque Postale puis Activez Certicode Plus. En savoir plus.
« Vous avez un téléphone mobile (hors smartphone) ?
« Rendez-vous en bureau de poste pour Enregistrez votre Numéro de téléphone sécurisé auprès de votre conseiller. En savoir plus.
« La Banque Postale vous remercie de votre confiance. »

Je comprends que si je n’ai pas de smartphone, cela fonctionnera quand même avec peut-être le système dont je dispose déjà. Mais quand je cherche des infos sur mon compte en ligne (elles ne sont pas en lien dans le message, ce serait trop simple), je ne trouve que des infos sur « Certicode+ »… Je demande à Isabelle qui m’indique le pratiquer sans souci. Cela m’inquiète toujours ; pure expression de ma résistance au changement ? J’invite toute personne qui souhaite avancer cet argument à s’adapter au quotidien à ce monde conçu par des valides pour des valides et on en reparle.
Oui, on en reparle ; ce billet est déjà long. Je passe en mode feuilleton…

Exposer @23

Une brochette de valide qui enttourrent deux fauteil roulants (vide)J’ai découvert sur Twitter l’information selon laquelle un musée de Colmar s’est vu offrir deux fauteuils roulants par le Rotary Club, « une aide précieuse destinée à faciliter les visites des personnes handicapées, visuelles ou physiques ». Pour la directrice de l’établissement « ce don permet de poursuivre les efforts entrepris par le musée pour l’accueil des personnes à mobilité réduite sans impacter le budget consacré à l’achat d’œuvres d’art ». Je suis tellement interloquée que j’ai du mal à argumenter. Je vais essayer au cas où le caractère indécent et tendancieux de l’affaire vous échappe.
En moins de 30 secondes, j’ai trouvé sur le Net un fauteuil à 135 euros, livraison gratuite. Ce n’est pas un modèle de compète mais comme il s’agit de véhiculer des personnes à l’intérieur d’un musée sur une courte durée, il est parfait. Les deux sur la photo de l’article des DNA d’ailleurs lui ressemblent. Cela fait donc 270 euros pour deux fauteuils. On remarque le montant exorbitant de la chose… dont l’achat pourrait grever l’achat d’œuvre d’art ?
Au-delà de l’absurdité flagrante de cet argument au vu du montant cité, je remarque que madame la directrice de musée considère qu’il y aurait une concurrence budgétaire entre l’achat d’œuvres et leur accessibilité. Mais ma p’tite dame, si vous achetez des œuvres pour les laisser dans leur caisse — car ça coûte la muséographie et l’entretien des œuvres afin d’y donner accès —, cela sert à quoi d’acheter des œuvres ? On le sent bien, c’est le fait que les visiteurs soient handicapés qui chiffonne cette dame ; car oui, exposer une œuvre pour un coût habituel d’exposition, c’est normal ; mais exposer une œuvre de manière à ce que les PMR y aient accès, alors là ! Il y en a 3500 exposées au musée Unterlinden ; le coût supplémentaire pour l’accueil des PMR avec l’achat de deux fauteuils est donc de 0,0771 euro ; la gabegie (même sans amortissement sur cinq ans) !
Ceci établi, je m’interroge également sur l’utilité de ces fauteuils pour faciliter la visite des déficients visuels. Je suis sûre que Sarah serait ravie de me coller dans un fauteuil quand nous allons au musée pour pouvoir jouer aux autotamponneuses et piquer des sprints sur les parquets ; mais je ne suis pas certaine que faire plaisir à Sarah soit la motivation première de la directrice de ce musée. Quelle est-elle alors ? Éviter qu’ils soient autonomes, les contraindre de regarder les œuvres assis alors qu’elles sont exposées pour être vues debout (bah oui, ma p’tite dame, 80 % des handicapés visuels voient quelque chose !), les empêcher de se déplacer comme bon leur semble ? Il est vrai qu’un handicapé en liberté, c’est terrible !
Je m’arrête là, je vais devenir vulgaire alors même que c’est votre validisme, madame la directrice, qui l’est : vulgaire donc indigne de votre mission de diffusion de l’art.

 

Aïe ! @40

L'image montre la confection des charcutiers dans l'église.En promenade dans le quartier des Halles en bonne compagnie, je rentre dans l’église Saint-Eustache. Dans une des niches proches de l’entrée, un étrange objet attire notre attention. Il s’agit d’un montage constitué de « pièces décoratives en pâte sèche et pastillage ». Au sommet se trouve un cochon, sur les plateaux inférieurs, on voit des tranches de pâté en croûte, des saucissons et autres charcuteries. Une indication évoque une messe des charcutiers. Une affichette précise qu’il s’agit d’une réalisation de l’école nationale supérieure de la charcuterie qui l’a offerte à la paroisse à l’occasion d’une messe.
Quel kitsch ! Et cette croix en fond. C’est sûr qu’il s’agit bien de cochons sacrifiés : ils ont donné leur vie pour les hommes, mais eux ne l’ont pas choisi par amour. Saint-Porcelet, martyr.

Bééé @22

Copie d'écran de dix titre dans la liste Miw prférés, ceux cité dans le bilelts.À force de râler sur Deezer, j’ai fini par m’abonner à Apple musique, censément plus compatible avec mes HomePod et me permettant plus aisément (et pour le même prix) de partager ma musique sur mes différents appareils. J’ai remarqué très vite que les listes de diffusion sont plus proches de ce que j’écoute ; je soupçonne même l’algorithme d’aller fouiller dans les MP3 stockés sur l’ordinateur tant la liste « Mix préférés » me propose ce que j’ai déjà.
Je peine toujours à trouver les nouveautés croyant que la liste « Mix découverte » va me faire écouter des choses inattendues. Ce matin, j’ai été particulièrement gâtée : Lavilliers, Thiefaine, Tori Amos, James Blunt, Francis Cabrel, Sting, Arthur H, Têtes raides… que des petits nouveaux avec, en point d’orgue, Laisse béton de Renaud ! Ce que j’ai.

Extravagance parisienne @68

La photo montre la boite d'emballage en carton avec le slogan "Artisan du vivant".J’ai découvert une boulangerie récemment ouverte pas loin de mon travail. J’ai depuis appris que c’était une boutique d’une chaîne. Les produits y sont vegan.
L’enseigne joue sur de nombreux codes branchouilles : nom anglais, slogan comme « boulangerie d’hôtes » (qu’est-ce donc ?), la boulangerie se vantant d’être « végétale »… Le site est dans le même esprit parsemé d’anglais pour faire branché et de formules visant l’avant-garde et frisant le ridicule. Les produits sont très bons et je les digère bien alors j’y vais de temps en temps, malgré une bien peu agréable des employés.
Je pense que le ponpon est un slogan sur une boîte « Artisan du vivant ». Outre que c’est vague, je trouve que cela tombe particulièrement à plat et est maladroit voire ridicule pour un artisan végétalien.
Certes, il s’agit sans doute de souligner que le végétal est du vivant, mais je ne pense pas qu’en jouant sur l’apparence et donnant l’impression que le végétalien est l’apanage de la branchitude, on vise à défendre une idée et des principes, mais bien plutôt du marketing et de la stratégie commerciale. Même ceux qui ne partagent ni les tics de langage ni les codes bobos peuvent manger végétalien, les y inviter plutôt que les exclure serait une véritable démarche politique d’artisan défenseur du vivant. On en est assez loin.

Pauvres enfants @36

Helgant au parc regarde la photographe.Je suis au parc de La Courneuve avec Helgant. Nous apercevons une femme à notre droite et une petite fille à notre gauche. La mère est énervée car sa fille ne répond pas à ses appels et ne la rejoint pas. Nous bifurquons avec Helgant sur notre gauche pour contourner la gamine qui se décide à avancer.
La maman s’exclame « Pourquoi tu attends que je m’énerve pour bouger ? »
Helgant passe près de la petite fille qui crie alors « Ah ! Il est beau ! »
La mère réplique alors d’un ton ferme « Oui, lui, il est beau parce qu’il écoute. »
Pauvre Helgant d’être ainsi instrumentalisé. Alors qu’il sait qu’il est beau même quand il ne m’écoute pas. Si, si, ça arrive…

Hoax @17

Un feu tricolore masqué par un plastique opaqueEn juin dernier la Ville a remis en service les feux supprimés dans le cadre d’une « expérimentation » qui durait depuis trois ans. D’après mes informations, la décision viendrait « d’en haut » (qui ?) contre l’avis de la mairie du 14e ; je n’en sais guère plus. C’était déjà arrivé une fois (je ne sais plus quand) que les feux fussent remis en service ; mais ils avaient été de nouveau éteints trois jours plus tard, la mairie du 14e indiquant une « erreur liée à une maintenance » dans un article du Parisien.
Je n’ai pas eu envie de remonter au créneau mais, sur le réseau social local, une personne a posé la question ; une autre a évoqué des « accidents graves » récurrents : « des enfants renversés » sur le carrefour en bas de chez moi ; et « une dame avec une jambe écrasée » un peu plus loin. J’avais entendu parler d’un accrochage pendant une manifestation contre ces feux mais rien de plus… En poussant un peu les fauteurs de fake dans leurs retranchements, il a rapidement été établi sur ce réseau que cela n’était que rumeurs instrumentalisées, eux bien sûr n’en convenant pas.
J’ai néanmoins posé la question à la Ville.

« Bonjour, Les feux tricolores avaient été supprimés à plusieurs carrefours de la rue de l’Ouest et de la rue Raymond Losserand (Paris 14). Un sens de circulation a été modifié rue du Château à cette fin (ce qui rend totalement absurde la présence d’un feu sur ce carrefour). Une concertation avait été organisée, des personnes déficientes visuelles s’étaient plaintes de la dangerosité de ces carrefours. Je suis déficiente visuelle; j’ai toujours soutenu la suppression de ces feux ; leur remise en service est délétère, les automobilistes les grillent allègrement. Je me sens plus menacée depuis qu’ils ont été remis en service, qu’elle en est la raison ? Y a-t-il eu des accidents ? Bonne journée ! »

La réponse n’a pas tardé :

« En réponse à votre message et après consultation du service concerné, nous vous informons que ces feux ont été remis en service à la demande de la Maire de Paris sollicitée en ce sens par des associations de personnes mal voyantes. »

Ite missa est.

Aïe ! @39

Pendant les vacances, j’ai allumé la télé. Cela fait longtemps que je ne l’avais pas regardée. D’emblée, je suis sont tombée sur BFM TV. En quelques minutes, j’ai eu cette chaîne avec Pascal Praud puis Cnews avec Zemmour, aussi remontés l’un que l’autre.
J’ai cru trouver du positif lors d’une émission se déroulant à la SPA avec un copain de Helgant berger australien, mais il était en fait abandonné par ses maîtres. Puis, j’ai eu droit à de la télé-réalité avec des candidats énervés se dénigrant les uns les autres. Quel concentré de violence ! J’ai tout coupé en espérant ne pas faire de cauchemars.

Aïe ! @36

L'image est une des illustrations du jeu Travian legends par ses concepteurs.Dans le jeu dont Helgant est le héros, les participants ont des villages qu’ils peuvent baptiser à leur guise, même s’il y a a minima un cadre interdisant les propos racistes, sexistes, xénophobes… Souvent, les noms commencent par un chiffre permettant de les classer, car on peut en avoir beaucoup. Un des joueurs a baptisé un de ses villages « 01 Samuel Paty ».
Je reste perplexe. C’est sans doute un hommage, mais il me semble assez peu pertinent et respectueux. Devenir un nom de rue ne me semble pas particulièrement un destin enviable, mais dans un jeu de stratégie et de guerre, c’est une banalisation peu soucieuse de l’homme et de la symbolique de sa mort.

Pucer @54

Un jour sans télétravail, je quitte mon bureau après 19 heures, nouvelle heure du couvre-feu. Je prépare mon attestation puis range mon portable pour discuter avec un collègue. Et là, d’un coup, je me rends compte que j’ai coché par habitude la case « Animaux de compagnie ». Je ressors donc le téléphone pour refaire une attestation et cocher « Activité professionnelle ».
Je venais de discuter avec Cécyle d’une action de mon employeur visant à favoriser l’accompagnement des agents voulant devenir formateurs de chiens-guides venant travailler avec lesdits chiens pour les habituer aux transports et au bureau. Et j’avais hâte de retrouver Helgant.
Arrivée à la maison, j’ai d’ailleurs ressorti le téléphone pour refaire une attestation, tout en prenant la laisse pour accompagner Helgant faire ses besoins. Je n’ai pas fait d’erreur de case cette fois.