Archives de catégorie : Mariage @

Mariage @28

mariage Petit Mouton Lapin crétin« Les couples homosexuels mariés votent plus Front national que la moyenne des hétérosexuels mariés. » indique une étude du Cevipof relayée par Le Figaro du 5 février 2016. Quand je vous dis que le mariage est une institution au service de l’ordre bourgeois, hétérosexiste et raciste… Je sais. C’est un peu facile mais ça me fait plaisir, non pas que les homosexuels mariés votent FN mais que soit ainsi posée la question du courant conservateur et réactionnaire qui traverse (et phagocyte ?) la communauté depuis une décennie.
Je remarque d’ailleurs que l’info a peu été relayée sur les réseaux sociaux LGBT que je suis via ma page Facebook ni par la presse « de gauche » si j’en crois Google actualité. De la gêne aux entournures peut-être… ? Je comprends que ce courant politique soit peu avouable pour nos caciques, mais il faut savoir affronter la réalité politique : les homosexuels d’aujourd’hui ne sont plus révolutionnaires au sens où ils ne considèrent plus que leur homosexualité a, par nature, vocation à changer le monde ; ils sont aujourd’hui aussi sexistes, aussi racistes et aussi réacs que la moyenne des hétérosexuels, un peu plus même quand il s’agit des gays, si l’on y regarde plus en détail.

« Plus précisément, 32,45 % des couples homosexuels mariés ont voté FN au premier tour des régionales 2015, contre 29,98 % pour les couples hétérosexuels. Néanmoins, on observe une grande disparité entre couples lesbiens et couples gays: 38,6 % des hommes homosexuels interrogés votent pour le parti de Marine Le Pen, pour seulement 26 % des femmes homosexuelles, soit une différence de plus de 12 points. »

Les lesbiennes se marieraient-elles pour d’autres raisons que pour épouser l’ordre bourgeois, hétéroseiste et raciste ? Je n’en sais rien et je ne vais pas me lancer dans de l’analyse électorale à deux balles, cette étude, par son caractère partiel, disant simplement que le « vote homo » n’est pas forcément celui que l’on croit. C’est déjà une bonne chose. Elle en dit aussi une autre, à mon sens : celles et ceux et hen qui ont cherché à me convertir au mariage entre personnes de même sexe sur l’argument qu’il changerait la nature de l’institution se sont trompés ; on ne se débarrasse pas de l’idéologie dominante en l’épousant. N’en profitez pas pour divorcer dans l’heure ; je crains que cela ne change rien au fond de la question.
C’est aujourd’hui la Saint Valentin. L’amour bourgeois, hétérosexiste et raciste est sauf. Ouf !

 

Mariage @27

Sos Homophobie« Gouine are Family ». Vous vous souvenez ? C’était le slogan du char de Gouine comme un camion, l’année dernière, à la marche des Fiertés, symbole de cette « famille » à laquelle nos militants de l’égalité des droits aspirent en nous permettant de nous marier, d’avoir des enfants, de « faire famille » comme diraient mes amis de David et Jonathan.
On peut bien sûr être une famille sans se marier ni procréer, au point d’ailleurs que l’égalité des droits se confond parfois avec « l’égalité des droits des familles », négligeant ainsi les droits personnels et individuels au profit de droits « familiaux » qui nous sont accordés pour mieux nous permettre d’apporter notre barreau à l’ordre social.
Je publierai bientôt mon intervention à l’université de Lund où je reprends ma critique du modèle famillialiste que j’avais entamée ici, et . D’ici là, la conclusion du dernier rapport de SOS Homophboie me fait sourire (jaune, bien sûr) :

« Déclarer à ses proches que l’on est homosexuel s’avère toujours aussi difficile dans beaucoup de familles. La preuve avec les chiffres du rapport annuel de SOS homophobie rendu public mardi. En 2014, l’association a reçu 230 témoignages de victimes d’actes homophobes perpétrés dans le contexte familial. Une hausse de 11 % sur un an, qui inquiète Yohann Roszéwitch, son président. » (20 minutes, 13 mai 2015).

Et moi qui entends partout dire que la famille nous protège, nous aime, demeure l’espace idéal pour l’épanouissement individuel ! Peut-être serait-il temps de faire face à la réalité, même si elle est dure : non, la famille n’est pas un havre de paix ; elle est le premier lieu où s’expriment les violences individuelles et sociales. Le sort que la famille réserve aux femmes nous le dit depuis longtemps ; faut-il que les homosexuels en prennent conscience pour qu’enfin ils s’attaquent à cette institution qui fonde l’ordre bourgeois, hétérosexiste et raciste plutôt que de la défendre ?
Suspens.

Mariage @26

Alliance homme achetée...En passant devant une bijouterie, je tombe sur une pancarte publicitaire « Alliance homme achetée, 50% de remise sur alliance femme », sur le même modèle avec la « gravure offerte ». La photo est sans équivoque avec un couple hétérosexuel. Certains n’ont-ils pas eu connaissance de l’ouverture du mariage aux personnes de même sexe ? Pourtant, c’est une nouvelle source de revenus que ces amateurs d’alliance en tous genres…

Mariage @25

lidlDeux collègues parlent de leurs enfants. L’une dit qu’elle a trois filles, encore jeunes. L’autre évoque spontanément trois gendres en perspective. Tout de suite, j’ai pensé « ou des belles-filles ». Je me suis retenue d’intervenir bien que je pense que la remarque n’aurait pas forcément été mal accueillie. Parfois, c’est reposant de ne pas se lancer dans des débats et de laisser les conversations suivre leur cours.

Mariage @24

mariage Petit Mouton Lapin crétinOh là là là là là là là là là !!! On est touuuuuut chambouléééééééés dans la bande ! Cécyle et Isabelle ont annoncé leur futur mariaaaaaage. Comme Lapin crétin et moiiii je crois !!
Y parait qu’il faut pas troooop le diiiire parce que c’est contraiiiire à leurs idéééées plolitiques, mais c’est pratique pour les impôôôôôts et c’est beauuuu quand mêêêêême.
C’est dans un an, le temps de préééééparer, car toute la bande est invitéééééée ! On va touuuuus se faiiiire suuuuuper chiiiic !! Si vous voulez déjààààà les féééliciter, écriveeeeez-moi !
On sait paaaaas si elles vont nous adoooopter. Ce serait biiiien, car ça a l’air chouetteeeeee.
Ben, tout ça, c’est fooooooot, mais c’est oulalalalalalala aussiiiii.

coeur-chocolat

Mariage @23

ChristopheJe suis allée lire La tragédie du roi Christophe (Aimé Césaire) à quelques encablures du tombeau de Napoléon. Le lieu a sans doute son importance dans ce qui va suivre.

Acte II, scène 4.

CHRISTOPHE, aux paysans

Messieurs, j’en apprends de belles sur votre compte. Les rapports que je reçois m’indiquent que vous n’êtes pas marié, que vous êtes des coureurs.

HUGONIN

Oui. Majesté, ces messieurs courent à droite, courent à gauche, sans rime ni raison… Ce sont des fornicateurs, Majesté ! C’est épouvantable. Des fornicateurs !

CHRISTOPHE

Compris. Autant dire des conspirateurs. Eh bien, il faut que cela cesse. Notre État a besoin d’un gîte stable, et il n’y a pas d’État stable sans famille stable, pas de famille stable sans femme stable. Je ne veux pas que mes sujets courent comme ça, braguette ouverte, comme des sauvages.
Alors, j’ai décidé que vous vous marieriez illico.
Hugouin, je vous charge de la moralité publique.

Ô Césaire, qu’est-ce que je t’aime ! Vous vous rendez compte ? Ce texte a été écrit en 1963 (belle année !) ; et il affirme le plus simplement du monde que l’ordre (celui de Christophe, paroxysme de tous les systèmes d’ordre) a besoin de la famille comme moyen coercitif (puisque les « fornicateurs » sont des « conspirateurs », rien moins) et il marie ces hommes de force (avec des femmes, qui elles ne sont pas, rien n’en est dit, des fornicatrices) pour asseoir son pouvoir. Et moi qui tente de dire cela aux homosexuels qui ont couru vers le Pacs (ici) et maintenant vers le mariage () sur les arguments de l’amour et de l’égalité des droits ! Quand je pense au nombre de fois où je passe pour une féministe archaïque… Que n’ai-je lu Césaire plus tôt ?
J’imagine que ce n’est pas ce point que les lectures de Césaire ont reconnu et j’ai lu que, dans ce passage, c’est l’aspect moral qui a plus retenu l’attention, alors qu’ici le politique, tel Christophe, est roi. Dommage. Dommage aussi que les femmes n’aient pas eu plus de place dans la contestation de l’ordre que les réserves de madame Christophe. Mais je m’en moque. Je tiens désormais un si bel allié ! Bonheur.

Mariage @22

Anne Roumanoff nous avait prévenus : les faire-part allaient forcément arriver.
Le premier que j’ai reçu, dès le 23 mai, émanait non des intéressés, mais de la messagerie interne d’une association dont je suis membre, avec cette mention « Une très belle nouvelle en pièce jointe ! Soyons nombreux pour accompagner Lapin crétin et Petit Mouton* !! »
Ma réponse n’a pas tardé : « Ai-je le droit de considérer que ce n’est pas une « très bonne nouvelle ». [Tiens, j’ai mis « bonne » à la place de « belle », NDCy.] Ceci pour dire que le droit d’accès au mariage ne me donne aucune envie de recevoir ce genre d’annonce que je trouve hors propos des activités de notre association à moins, bien sûr, que tout bon membre soit un membre marié en puissance ? »
Ce n’est pas très gentil, je sais. Mais j’aime bien que les associations que je fréquente réservent leur communication interne à leur objet. Quant à savoir si se marier est une « belle nouvelle », peut-être pour les protagonistes. Mais pourquoi devrais-je cautionner tous les mariages (hétéro et homo donc) d’une manière ou d’une autre considérant que j’y suis politiquement opposée ? Parce que je serais gentille… Tout le monde sait que je ne le suis pas ! Alors ?

* Les prénoms ont été modifiés.

Mariage @21

Puisque je suis dans mon dictionnaire, j’en profite pour regarder le sens de mot « famille » : un ami me suggérait récemment que je faisais partie de la sienne, car aujourd’hui (entendre « avec le mariage pour tous »), la famille change de forme, s’ouvre… Et je lui répondais que non, il n’était pas ma famille mais un ami, car je ne veux pas « de la » famille, tant je la considère comme la cellule de base du système capitaliste (lieu de production fondé sur le travail gratuit des femmes) et de l’ordre patriarcal.
Pour cette fois, le Grand Robert est gentil avec moi.
(1) — « L’ensemble des personnes (enfants, serviteurs, esclaves, parents) vivant sous le même toit, sous la puissance du pater familias. »
(2) — « L’ensemble des personnes liées entre elles par le mariage (…), par la filiation (…) ou, exceptionnellement, par l’adoption. »
(3) — « Succession des individus qui descendent les uns des autres, de génération en génération. »
Tout y est ! Et j’ai effectivement une famille ; c’est un état de fait. J’en porte le nom. Je ne la renie pas. Mais je n’en veux pas au sens où si elle marque mon histoire personnelle, je souhaite au maximum m’en affranchir, ou tout du moins ne rien faire pour l’entretenir. Parce que je sais combien la famille est un espace sclérosant, lieu de toutes les violences, un espace politique en tout contraire à mes convictions libertaires.
Mais la famille évolue, me dit-on… J’arrive ainsi au sens figuratif : « Ensemble d’êtres (ou de choses) ayant une origine commune, des caractères communs, présentant entre eux certaines analogies. » Ne puis-je appliquer cela à mes amis, à mes connaissances et ainsi « faire famille » sur un autre mode ? Je ne le crois pas, car je n’ai pas de relations « collectives » aux autres. Je vois mes amis un par un, jamais plus de deux ensembles, et mes amis ne sont pour la plupart pas les amis de mes amis. Je n’envoie jamais de mails à tout ou partie de mon carnet d’adresses. Je ne vais pas aux fêtes d’anniversaire et ne mélange pas les réseaux.
Autrement dit, mes amis ne sont pas « famille ». Chacun est unique. Et mes relations sont individuelles, particulières, singulières. Je ne les assemble pas. Et si j’avais une chérie, qu’en serait-il ? Pas de mariage, bien sûr ; pas de vie commune non plus ; mais une relation précieuse et personnelle.
Mais, quand même, la famille… entends-je encore. Quand même quoi ?

Mariage @20

Avant même que les kits mains libres ne donnent une contenance aux bavards solitaires, j’en étais, de ces bavards, et j’en suis, chez moi et à l’extérieur. Je travaille seule et vis seule. Alors, je me parle… et parfois même, je m’entends.
Ce matin, je faisais quelques ablutions dans ma salle de bains. Je remarque l’état de mon lavabo et dit (à haute voix, donc) : « Il faudrait que je fasse du mariage ! » Ô lapsus, suspend ton viol (de mon inconscient, bien sûr). « Mariage », « ménage », c’est effectivement la même chose. Et le sujet est dans l’air du temps.
Je me contenterai de ce lien de cause à effet. L’éponge m’attend !

Mariage @19

La manifestation contre l’égalité des droits (ou plus exactement contre le mariage entre personnes de même sexe et la reconnaissance légale de l’homoparentalité) qui s’est déroulée le dimanche 13 janvier 2013 a donné lieu à une large couverture médiatique, et ce, en dépit de l’entrée en guerre de la France au Mali.
Sans surprise, « pro » et « anti » ont avancé toujours les mêmes arguments et la presse s’est régalée de trouver des « homos contre le mariage gay » et des « cathos pour le mariage homo ». Sans surprise également, il y a eu aux alentours de 500.000 manifestants dans les rues de Paris, peut-être un peu plus. Sans surprise encore, on a entendu beaucoup de propos difficiles à entendre pour nous, des homophobes disant clairement que l’homosexualité est une perversion, des tenants d’un ordre social réactionnaire expliquant que l’ordre des choses est dans cette famille qu’ils nous présentent comme « naturelle ». Sans surprise toujours, la droite et l’extrême droite se sont alliées aux institutions religieuses, notamment catholiques, pour défendre une société où la discrimination est légitime quand elle est fondée sur une différence considérée comme « normale ». Sans surprise… Et pourtant.
Combien ai-je pu lire de commentaires personnels ou plus institutionnels dénonçant cette presse qui se fait l’écho d’un mouvement de protestation qui rassemble plus de la moitié de la population française ? Combien ai-je pu lire de commentaires personnels ou plus institutionnels semblant découvrir l’existence dans notre pays d’un courant idéologique de droite suffisamment fort pour mobiliser sur l’un des fondements de sa théorie politique ? Combien ai-je pu lire de commentaires personnels ou plus institutionnels renonçant aux valeurs qui fondent notre démocratie en appelant à la censure, à l’interdiction de manifester voire à la violence physique parfois ?
J’en suis affligée. Et je me dois de vous dire quelque chose de difficile à entendre : oui, la droite réactionnaire existe dans notre pays ; et la droite, tous courants confondus, y est majoritaire même si parfois elle perd des élections. Eh oui, vous qui fêtez Noël et vous gavez de galette des Rois, vous ne pouvez plus ignorer que le catholicisme notamment est une force puissante dans notre pays, force qui gouverne jusqu’à votre goût pour la frangipane. Eh oui, les médias cherchent toujours l’info la plus spectaculaire, cette info que justement vous aimez lire tant les analyses économiques de Pascal Canfin (et de quelques autres) vous semblent si ennuyeuses…
Et moi, j’avoue. C’est cela qui me surprend, la surprise de celles et ceux qui semblaient croire que leur pensée et leurs revendications, parce que légitimes, étaient majoritaires. Avoir raison n’est jamais suffisant à l’action politique. Sinon pensez ! on l’aurait déjà faite, la révolution écologique.