Archives de catégorie : Bonheur @

Bonheur @49

Lors du premier confinement, j’ai beaucoup lu au début puis je n’y suis plus arrivée. Pendant des mois, j’avais même du mal à me concentrer et à terminer un court article. Si je n’arrive pas encore facilement à finir un magazine, en ce mois de mars, j’ai retrouvé l’envie, la concentration, l’attention, mais aussi la décontraction me permettant de profiter d’un roman. J’ai pu en lire plusieurs à la suite, avec satisfaction et soulagement, la lecture me semblant un bon indicateur de mon état psychologique. Je savoure.

Bonheur @48

En ce mois de janvier, je suis partie une dizaine de jours à la campagne avec Helgant. C’était très agréable et reposant. À mon retour, un mot sur du papier quadrillé plié était apposé sur ma porte avec du ruban adhésif. Je l’ai lu rapidement en rentrant puis l’ai posé en me disant que je le relirai tranquillement.
Une fois Helgant réinstallé dans son panier et les affaires posées, j’ai d’abord déjeuné. Juste après, on sonne à la porte : c’est ma voisine de l’escalier d’à côté. Pour préciser : j’habite dans un immeuble avec deux escaliers, correspondant à deux numéros de la rue et deux halls bien distincts. Mon appartement est mitoyen avec celui de mes voisins de palier et avec celui du même étage de l’escalier d’à côté.
Depuis mes plus de six années ici, j’ai croisé plusieurs fois cette voisine dans la rue. Nous avons échangé un peu plus l’été dernier sur des questions de bruit lié aux travaux chez moi. Mais surtout depuis que j’ai adopté Helgant, nous discutons de ce super compagnon qu’elle m’avait dit entendre parfois quand il aboie en raison de la présence de gens sur le palier, la venue de livreurs ou de coups de sonnette. Je n’ai jamais prévenu ma voisine de mes déplacements.
Or, n’entendant plus Helgant, ma voisine s’est inquiétée. D’où son mot, avec son numéro de téléphone au cas où, et sa venue à plusieurs reprises le week-end d’avant mon retour puis à ce moment-là. Elle était très rassurée de nous voir en forme. Entendre Helgant lui manquait. Depuis, quand il aboie, je me dis que quelqu’un y trouve plaisir et réconfort. Nous avons échangé des messages et je sais qu’en cas de besoin d’aide pour Helgant, je pourrais m’adresser à elle comme elle pourra me solliciter quand de besoin.

Bonheur @47

Par deux fois, j’ai eu des surprises, un peu annoncées. Cécyle a effectué des livraisons spéciales sur Véléctro, garé devant l’immeuble de mon bureau.
La première fois, le tout était joliment enrobé dans une feuille d’arbre placé délicatement et astucieusement sous la selle. La seconde fois, le paquet, plus plat, étant sous la protection anti-pluie de la selle.
Cécyle m’en avait informée, mais à chaque fois, sortant les pensées encore dans mon après-midi de travail, j’ai eu une surprise quand même. Voilà des petits plaisirs du quotidien.

Bonheur @46

Il y a plus de sept ans, lors d’un 1er avril, Cécyle et moi blaguions sur l’adoption d’un chien. En cherchant ce billet sur le blog, je suis retombée sur un billet où j’évoquais mon hésitation à adopter un chien. J’ai regardé la vidéo que j’évoquais et j’ai de nouveau été émue.
Et ce d’autant plus que mes hésitations m’ont peu à peu amenée à franchir le pas. Il restait à rencontrer le chien avec lequel partager les quelques années à venir. Et le 22 août dernier, j’ai rencontré Helgant.
Depuis ma vie a été chamboulée, pas seulement à marcher plus, arpenter le quartier, câliner longuement un chien adorable… C’est un engagement, une responsabilité, et surtout un bonheur. Bienvenue à Helgant dans ma vie !

Bonheur @45

De retour à la pharmacie, je retombe sur ma pharmacienne préférée, pas celle-ci mais celle-là.
Seuls dans la pharmacie, nous discutons un peu. Une dame entre et se met derrière la ligne rouge posée sur le sol pour délimiter la « zone de confidentialité ». Ma pharmacienne la connaissant apparemment bien la salue et la dame demande le prix des masques car ayant trois grands enfants, entre les transports et autres, « ça part vite ». Ma pharmacienne lui demande à son tour si elle a récupéré les masques gratuits de la Ville. Elle en a encore en stock et, je cite, « ils sont solides et lavables ». Elle lui explique bien où retrouver le formulaire à compléter (ici) et hop, l’affaire est dans la sac !
Ensuite on a tous les trois parlé voyage en Martinique mais ça, c’est une autre histoire manifestement moins simple que pour les masques.

Bonheur @44

Après avoir passé plus de quinze heures par jour pendant trois semaines devant un ou deux écrans à produire des contenus pour un de mes clients, j’avoue ne plus avoir encore beaucoup de neurones disponibles pour ce billet. Dans ces cas-là, je fais toujours appel à un ami, toujours le même… Oui, vous l’avez sans doute déjà deviné, il s’agit de mon fraisier (ici).
Il a bien passé l’hiver et le voici fleuri. Manifestement, le confinement ne le gène pas et il est très arrogant avec le coronavirus. Je le soupçonne même de vouloir faire diversion pour que la chose m’évite… Quand je vous dis qu’il est précieux ce fraisier. Continuer la lecture

Bonheur @43


Trois petits gestes touchants de la semaine dernière.

Tout d’abord La Vie Claire en face de chez moi où je vais régulièrement. Lundi dernier en fin de journée, je prends le temps de faire quelques courses comme à mon habitude. A la caisse, le caissier me dit : « Je vous fais un remise car vous êtes le premier client de la journée à ne pas avoir pris 40 kg de pâtes. »

Vendredi, direction une de mes pharmacies habituelles. Tout bas, la pharmacienne me dit : « Voulez-vous du gel hydroalcoolique ? Je le garde en arrière boutique car les gens font n’importe quoi avec et c’est ingérable. Je ne le propose qu’aux habitants du quartier. ». Elle poursuit tout bas : « Vous en voulez 80 ml ou 300 ml ? ».

Samedi après-midi, on sonne à ma porte. Ma voisine m’annonce avoir reçu du gel hydroalcoolique et me propose de partager. Je la remercie chaudement et évidement, je décline sa proposition en lui racontant l’épisode de la pharmacie.

Quoiqu’on en dise, la gentillesse, c’est beau.

Bonheur @42

J’écoute de la musique d’une liste de morceaux plutôt techno. À un moment, je me rends compte qu’il y a eu un passage d’un morceau à un autre qui m’a semblé particulièrement fluide. Je les remets pour écouter plus attentivement l’enchaînement. Et effectivement, il est excellent, meilleur que nombre de choix de DJ que j’ai pu entendre. Un moment aléatoire de grâce musicale.

Bonheur @41

Depuis la fin de mes études et les résultats du concours pour la grande école, j’ai arrêté de travailler sur des projets intellectuels dans mon temps libre. D’abord, j’ai eu besoin de dormir et me reposer. J’avais besoin de temps seule, tranquille, à mon rythme, chez moi pour me poser. J’ai lu d’autres textes sans être dans une perspective « utile ». J’ai aussi beaucoup dormi. Je considère aujourd’hui que le sommeil est un élément essentiel de ma vie pour me sentir bien.
Des mois après, j’ai besoin encore de temps ainsi seule, à mon rythme. Cela me fait un bien fou. Nombre de livres et de revues à lire sont encore en piles à m’attendre. Après des mois d’hésitations et des tentatives pour trouver un autre appartement, dans un autre quartier, j’ai tranché et décidé de mener des travaux chez moi, jusqu’ici repoussés dans l’idée d’éventuellement changer de lieu.
Me voici donc lancée dans des réflexions. Je retrouve ainsi un domaine qui me réussissait plutôt bien au collège : le dessin technique. Et voilà de nouveaux dossiers constitués avec des relevés, des plans, des idées, des devis pour réinvestir mon appartement, autant matériellement qu’affectivement. De nouveaux projets pour plus encore me sentir bien chez moi. Rien que d’y travailler est déjà motivant.

Bonheur @40

Alors que j’avais juré ne plus m’y laisser reprendre, je cède finalement aux milliers de courriers reçus me pressant de mettre fin à l’insoutenable suspense : y a-t-il des fraises en novembre ?
Et bien à cette haletante question, je réponds promptement, sans hésitation, brièvement et surtout sans faire d’interminables tergiversations pour entretenir une pseudo tension qui serait parfaitement inappropriée au regard de la nature de la demande et plus encore au regard de l’état fébrile dans lequel se tiennent les milliers d’internautes voulant enfin savoir. Alors oui je réponds à la question : oui, il y a des fraises en novembre. Trois pour être précis.

Fraisier en novembre

 

Fraisier en novembre

Fraisier en novembre