Décroissance @80

Je ne peux pas dire que j’ai un mode de vie décroissant. Et j’en ai bien conscience sur certains aspects de ma vie. Pour autant, sur d’autres, je suis plutôt dans cette voie. Par exemple, je choisis de plus en plus d’acheter des vêtements particulièrement durables.
Et depuis quelque temps, j’ai décidé de trier mes anciens cours, de la presse, des documents divers, les livres, mes vêtements… Je passe de moins en moins par des systèmes de don direct entre personnes, qui demande du temps comme de l’énergie, parfois pour que les personnes ne se présentent pas.
J’ai découvert la ressourcerie de mon quartier. Tout y est bien valorisé pour une revente à prix modique. J’ai aussi découvert une boîte à livres dans laquelle j’ai envie de laisser magazines et ouvrages. Souvent, ces boîtes sont en plein vent, beaucoup prennent la pluie et ce qui est dedans s’abîme, ou s’empile anarchiquement jusqu’à tomber à l’extérieur. Cette fois, c’est une association de quartier qui en prend soin. Elle est très bien placée et il n’est pas rare quand je passe devant que je voie des personnes prendre et déposer.
C’est devenu un de mes tours de quartier que de passer à la ressourcerie et à la boîte à livres. Je fais ainsi du vide petit à petit. C’est lent, car parfois je me décide à lire ce qui était en attente ou à relire un roman apprécié il y a longtemps avant de me décider à m’en séparer. Et tout cela me fait du bien. Cela me permet de me sentir plus légère.
J’ai décidé de partir en vacances avec des livres, non pas de bibliothèque municipale comme souvent, mais des livres de ma bibliothèque que je pourrai déposer après mes lectures dans des boîtes à livres ici ou là. Une autre manière de partager et de s’alléger.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.