Solitude @7

Caddie, barré de tricolore, avec en slogan : 20222 avec Caddie, amour, gloire et roulettes !Il est de moins en moins probable que je mouille la chemise dans cette présidentielle, si tant est que je ne la mouille pas chaque jour dans un activisme permanent, que ce soit dans mon écriture, dans mes engagements, ou dans mes cours de judo. Mais la question qui se pose est ici : pour qui vais-je voter (sous-entendu « au premier tour ») ?
J’ai décidé il y a quelques semaines de me concentrer sur les programmes plutôt que sur les personnes tant mes griefs sont grands à l’égard des uns et des autres. Cela reste assez compliqué de faire le distinguo. Il y a des manières de dire, de faire, des parcours politiques qui peuvent me rendre l’un impossible, d’autres plus acceptables. En un mot, c’est compliqué.
J’ai publié ce microbillet Twitter :

« À 66 jours du 1er tour, mon idéal politique est à la croisée des programmes de @Anne_Hidalgo, @Fabien_Roussel & @yjadot. Si je me place du point de vue de l’#accessibilite, je vote blanc ; … de la fidélité, Anne Hidalgo ; … de la révolte, Fabien Roussel ; …. de… non, pas lui. »

Quelques jours plus tard, celui-là :

« Je lis beaucoup sur Twitter qu’il faut répondre à « l’urgence démocratique » sans qu’un mot ne soit dit sur l’#accessibilité aux programmes électoraux donc au débat démocratique ; 20 % des électeurs… Ça devrait faire bouger la suffisance #validiste, non ? »

Jamais je n’aurais imaginé que l’accessibilité pût guider mes choix politiques ; c’est sans doute grâce à la prise de conscience qu’étendue à la question plus large de l’inclusion, elle touche tant de personnes que les pauvres-petits-gn’handicapés que nous sommes forment aujourd’hui une avant-garde qui détient la clé du changement sociétal auquel nous sommes nombreux à aspirer.
Quid de la révolution écologique en laquelle j’avais beaucoup espéré après le renoncement de Lionel Jospin à un projet socialiste ? Quid ? en effet tant elle fait l’impasse sur ces questions ce qui ne devrait ontologiquement pas le cas. Autrement dit, que Anne Hidalgo ou Fabien Roussel confondent PMR, situation de handicap et personnes handicapées (je fais court) ne me surprend pas ; que les Verts fassent de même, c’est beaucoup moins acceptable ; leur programme est certes plus complet que les autres ; mais comme la question n’est pas considérée comme transversale et que le document n’est disponible qu’en pdf, cela dit tout de leur implication réelle (ce que leur pratique politique à Paris confirme). Quant à l’idée censément saugrenue de pouvoir voter pour le PCF… Vous voulez que je vous dise ?
Allez, en un mot : entre la GPA et le nucléaire, je choisis le nucléaire ! Et entre un « LGBTQIA » branchouille qui ne connaît pas les mots « lesbienne », « homosexuel », « homosexualité » et réduit les femmes à des poules pondeuses, je préfère un rien avec en mémoire les combats, en France, des communistes pour les libertés (et pour la culture aussi, grande oubliée de cette campagne).

Note. J’ajoute que je dois au PCF le « y » à mon prénom ; ce n’est pas rien !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.