Pauvres chéris @15

L’été indien de ce mois de février et le ras-le-bol du masque en extérieur m’ont portée à retourner faire du sport au square. J’ai pu ainsi savourer la caresse du soleil et la douceur de l’air sur la peau de mes joues ; un tel bonheur que je me suis retenue de ne pas finir en maillot de bain ! Blague à part, il a bien fallu un nouveau malotru pour venir gâcher mon plaisir et nourrir ma réflexion sur les effets délétères de la testostérone sur le genre humain.
Après une bonne demi-heure sur les différents appareils de muscu, je suis allée dans mon coin préféré, l’aire de jeux où trône une pyramide en corde parfaite pour accrocher ceinture de judo et élastique et simuler des uchi komi. Je n’y étais pas depuis plus de dix morote qu’un gars que j’avais repéré courir en boucle dans le square W se radine. Il me tourne un peu autour puis s’installe de manière à être dans mon axe de vision (le pauvre, s’il savait !), lance la musique sur son téléphone portable et entame une série de pompes verticales.
L’exercice est difficile ; il en fait cinq, s’arrête, se trémousse un peu sur la musique, et recommence. D’emblée, on s’en doute, sa musique a eu le don de m’exaspérer, une espèce de daube très rythmée. Le vent m’a aidée à ne pas trop l’entendre. Merci. En rentrant, j’ai demandé à Johnny pourquoi les gars qui ont un quart de biscotos à exhiber mettent de la musique dont le son est d’autant plus pourri qu’il est émis par des appareils qui ne sont pas faits pour les concerts en extérieur. Est-ce pour attirer l’attention ?
Johnny rigole : sans doute que oui. En tout cas, les corneilles étaient bien d’accord avec moi que sa musique avait aussi peu d’intérêt que sa paonaison (sic) ; elles se sont mêlées au vent pour faire taire les BPM. Les bienheureuses ! Et, si une autre hypothèse est que cela les encourage à pomper en rythme, force est de constater qu’ils n’ont pas grand-chose à mettre dans le piston !

8 réflexions sur « Pauvres chéris @15 »

  1. vincent

    Je dois bien admettre que j’apprécie assez peu les gens qui se croient permis de partager leur musique (entendre, celle qu’ils écoutent) avec leur entourage, hors contexte particulier (proche partageant leur gouts, concerts…. on s’entend, je veux dire, se comprend).
    J’ai peur qu’il s’agisse là de ma part d’une certaine forme d’intolérance, que je devrais peut-être corriger, mais dont, doublant ainsi ma faute, je n’en ai pas l’envie ni l’intention.
    Je la triple même, peut-être, mon erreur, puisqu’elle me permettrai peut-être une meilleur sérénité.
    Mon intolérance à cette égard est, je le sais, très développée.
    Quant aux pompes verticales… heuuu ????

    Répondre
    1. Cécyle Auteur de l’article

      À mon sens, l’intolérance si situe plus du côté de ceux qui imposent leur musique que de celui de ceux qui ne le supporte pas ! Cela dit, vous devriez vous mettre aux pompes verticales, Vincent ; vous me direz ainsi si c’est cet exercice qui porte à la musique naze ou si c’est autre chose 😉

      Répondre
      1. Sandrine

        Waouh ! L’association des couleurs de « Auteur de l’article » est assez agressive et rend le texte presque illisible. Je suis sûre qu’on peut faire une crise d’épilepsie si on le fixe longtemps. 😉

        Répondre
      2. vincent

        J’ai arrêté de faire des pompes car je suis devenu trop lourd pour mes coudes… (Aïïïe, ça me fait mal de l’écrire).
        Peut-être que les verticales iront mieux…. 😀
        J’en ai essayé…. j’ai failli basculer en arrière lol
        Tant qu’à être honnête, je vais jusqu’au bout : je n’avais jamais aimé les pompes, au judo. (Mauvais présage… ^^)
        Ca reste pourtant un bon exercice, je le pense, qui a l’avantage de pouvoir se faire sans accessoires.

        Répondre
        1. Cécyle Auteur de l’article

          Vous pouvez aussi faire des pompes « à vide », juste un mouvement de bras horizontal ou vertical. Ça a l’air de rien mais ça muscle aussi. L’idéal, prendre un bâton entre les mains, monter, descendre ; puis devant vous; C’est vite lourd, un simple bâton ! 😉

          Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.