Bigleuse @126

Les travaux liés au changement des fenêtres dans notre Îlot (celui des Janissaires, vous l’aurez compris) ont duré trois mois et compliqué mes déplacements à l’intérieur de mon immeuble, et aux abords. J’ai même dû faire intervenir la DPSP pour que l’espace public ne soit pas transformé en entrepôt sauvage après avoir embrassé une brouette à fenêtres (pas si sexy qu’on peut l’imaginer). Mon gardien est également intervenu à plusieurs reprises pour qu’un cheminement à peu près sécurisé existe dans le hall et sur mon palier ; souvent en vain.
Cet hiver, on nous promet une « réfection des halls » dont je vous reparlerai. Première étape des travaux : le changement de la façade de l’ascenseur au rez-de-chaussée. J’en suis avertie, comme les autres locataires, par trois affiches illisibles pour moi (et d’autres) apposées par le prestataire. C’est dommage, je n’ai pas pris de photo. J’appelle mon gardien qui n’était pas au courant de l’imminence de ces travaux… Il se démène sitôt pour mettre en place un système de portage (ascenseur arrêté plus de trois jours) et s’inquiète de la présence pendant cette première semaine de vacances de nos deux locataires en fauteuil électrique. Le prestataire, lui… !
Le mardi, les travaux commencent. Je rentre de la médiation à 12 h 30. Je passe la porte du hall quand un homme m’arrête à grands cris. Je stoppe. Il tape sur l’épaule d’un deuxième homme, en train de travailler sur la cabine à demi descendue. Sitôt, il se met debout et fait rempart de son corps devant le puits de l’ascenseur. Celui qui m’a arrêtée me demande si ça va aller, pousse des objets au sol au fur et à mesure de ma progression, s’inquiète de l’accès à ma boîte aux lettres et me guide par la voix jusqu’à l’escalier.
Le soir, je m’arrête à la loge et raconte cela à mon gardien, mon petit doigt (et Caddie !) me disant qu’il n’était pas étranger à cela. Il ne l’était pas en effet et était tout content que les ascensoristes aient tenu compte à ce point de ses recommandations. Et moi donc ! Je suis si peu habituée à cela que j’en suis toujours très émue. Dans la discussion, il m’explique que si ma box était en rade le week-end précédent, c’est parce qu’un technicien d’un autre FAI avait mal rebranché mon accès. Mais comment sait-il cela ?
— Quand j’ai vu le jeune qu’on vous a envoyé, je me suis dit, je reste avec lui le temps qu’il répare ! Il débutait et était guidé au téléphone par un autre. Je ne l’aurais pas laissé partir sans que votre accès soit rétabli.
J’en suis convaincue.
Merci monsieur. Vous êtes décidément un homme et un gardien remarquable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.