Princesse @11

Je me réjouis toujours quand des femmes sont placées sous le feu de l’actualité en consécration de leur travail, notamment dans les domaines où la domination masculine peine avec la parité, comme dans les sciences dites « dures ». J’ai donc lu quelques articles consacrés au prix Nobel 2020 de Chimie, intéressée par la découverte scientifique et le parcours des deux lauréates. Je lis ainsi dans un article du Monde.
« La blonde aux yeux bleus, grandie à Hawaï dans une famille d’universitaires ; la brune aux yeux sombres, élevée en banlieue parisienne dans un milieu « ouvrier, catholique, engagé syndicalement et politiquement ». »
Je m’interroge. Est-ce parce qu’il est question de génétique que l’on nous donne la couleur de leurs cheveux et de leurs yeux ? Je ne suis pas très calée dans ces affaires mais peut-être que cela à une incidence sur leur manière de travailler, de chercher, d’apprendre, de… ? C’est quand même bizarre, pour le prix Nobel d’économie, les caractères physiques « cheveux » et « yeux » ne semblent pas pertinents au journaliste du Monde pour présenter les deux lauréats et un rapide balayage des différents articles sur les Nobel réserve bien la nécessité de la description de ces attributs physiques à nos deux chimistes.
— C’est du sexisme pur !
Mais non Caddie, regarde l’article consacré à Louise Glück, la poétesse qui a eu le Nobel de Littérature ; on nous donne juste son âge.
— 77 ans…
Qu’est-ce que tu insinues Caddie sur les femmes de 77 ans par rapport aux quinquagénaires ?
— Ben que…
Va falloir le prouver !

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>