Va chez l’gynéco @41

Depuis quelque temps, j’ai un genou « en vrac » ; le terme parlera aux sportifs ; il indique une douleur un peu chronique qui devient invalidante. J’ai tout ce qu’il faut pour m’en occuper en plus de mon rendez-vous kiné hebdomadaire qui gère mes douleurs posturales liées à ma déficience visuelle : pack de chaud, de froid, contention, huiles de massage, crèmes, rouleau de massage, etc. Et pourtant, je n’ai pas fait grand-chose, laissant la douleur s’installer alors que certaines choses me soulagent. J’ai traîné à aller voir mon médecin (qui a prescrit les examens qu’il faut), n’ai pas tant réduit mon activité sportive, ai tenté quelques soins sans les tenir dans le temps.
Pourquoi ? Ai-je envie d’avoir mal ? Je ne le crois pas et je sais que si je ne maintiens pas ce genou en bonne forme, mon judo en pâtira. Il m’est pourtant essentiel. Ce n’est pas la première fois que je ne fais pas grand-cas d’une blessure (et je l’ai toujours regretté), que je laisse traîner un rhume, que je ne m’intéresse pas à ces « petits maux du quotidien » qui peuvent être, au bout du compte, fort désagréables ; et je le regrette. Je procrastine peu, en général ; alors pourquoi rechigner à mettre du chaud sur mon genou, lui passer un peu d’huile de massage, adapter mes étirements si cela lui fait du bien ? Je l’ignore, et c’est d’autant plus absurde que ça fait mal. Vous avez une idée ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.