Brosse @44

Le 21 octobre 2018, j’avais fait un billet où il était question de Tour de France, d’hôtesses, de domination masculine, de maman, de mon grand-père, de féminin, de lutte féministe et/ou antisexiste… alors que le mouvement #NousToutes agissait pour que cette représentation de l’assujettissement des femmes cessât. Après un peu d’agitation, la revendication était tombée en désuétude et voilà que, subitement, elle obtient satisfaction ; ou non ?
Quand j’ai vu passer l’info, j’ai pensé que le covid-19 avait décidément des conséquences inattendues : après avoir fait diminuer le maquillage et le port du soutien-gorge pendant le confinement, plus de bisous-bisous à l’arrivée des coureurs ; plus d’hôtesses donc. Et bien non, ce serait trop beau. Il y aura en fait une hôtesse et un hôte (qui dans le sens assigné à hôtesse n’est pas son masculin, ce me semble), cette « parité » étant considérée comme « luttant contre le sexisme et l’objectification des femmes » dans la dépêche AFP reprise par Liébération.
Réduire le sexisme à une histoire de parité me semble douteux autant que réduire sa représentation ne me paraît pas le réduire lui-même. Quant à l’« objectification » des personnes, je la trouve aussi condamnable qu’il s’agisse d’une femme ou d’un homme. Et que va-t-il se passer quand on pourra de nouveau s’embrasser ? Le vainqueur de l’étape serrera la main de l’hôte avant de coller la bise à l’hôtesse ? Il va vraiment falloir m’expliquer ce que l’on vient de « gagner ».

 

2 réflexions sur « Brosse @44 »

  1. Michèle Jung

    Oui, c’était en 1957 ? 1958 ? , je parle de cette photo ! Voyez la « taille de guêpe ! Et le port de la jupe.

    Aujourd’hui, nous sommes en 2020, allez… 60 ans ? sont passés !

    Soixante ans sont passés et je lis « Beauté fatale, les nouveaux visages d’une aliénation féminine », de Mona Chollet, journaliste au Monde diplomatique. Dans ce livre, l’autrice «montre comment les industries du complexe mode-beauté travaillent à maintenir, sur un mode insidieux et séduisant, la logique sexiste au cœur de la sphère culturelle » et ce, pour imposer la féminité la plus stéréotypée… 293 pages, Cécile, datées de 2015, publiées à La Découverte, étayées sur les faits, qui prouvent sans ambiguïté qu’on n’a rien gagné.
    Merci à Isabelle Esposito, mon amie chorégraphe, qui vient de m’offrir ce livre.

    Répondre
    1. Cécyle Auteur de l’article

      Je connais ce livre de Mona Chollet qui mène un travail toujours intéressant. D’autres de ses livres sont peut-être dans ta médiathèque.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.