Jardinage @26

À propos de resucé (mon billet de mercredi), à l’occasion de deux paniers de récup dans des supermarchés, j’ai fait l’expérience de la nourriture ultratransformée. C’est un peu comme la musique finalement : les aliments portent des noms différents qui sont de belles promesses (en l’espèce « Taboulé au poulet », « Sandwich œuf crudités », « Poulet tandori ») et, au final, tout a la même saveur voire la même consistance (c’est-à-dire pas de goût au point qu’on ne peut pas dire si c’est bon au nom ; et mou). C’était assez étrange : sandwich le midi, taboulé le soir, poulet le lendemain et j’ai vraiment eu l’impression de manger la même chose. Seul le riz accompagnant le poulet avec un bon goût de riz. Ouf.
Cette pause faite, je me suis remise à la cuisine que j’aime avec une véritable bénédiction en point d’orgue. Ma cousine, pardon « mes cousines », habitent une maison avec un jardin où elle cultive des tomates. À l’occasion d’une soirée parisienne où nous nous retrouvons toujours avec joie, je lance :
— Tu m’as apporté des tomates ?
Elle s’en est excusée, désolée de n’y avoir pas pensé et a suggéré que ma cousine (bah oui, deux cousines dans la même maison, ça peut égarer le lecteur) qui travaille à La Défense m’en apporte. À peine une semaine plus tard, me voilà en route en métro avec Cabas (délégué par Caddie) chercher mes tomates à La Défense « en face de la tour EDF ». La tour EDF… un truc de valide, je pense et je partais exactement dans le sens inverse quand un policier m’a arrêtée : il était en train d’installer un périmètre de sécurité pour un « objet suspect ». Mes tomates ? C’est vrai qu’elles y étaient fort incongrues.
Bon prince, il m’a désigné ladite tour sans se formaliser que je lui dise que j’étais malvoyante et ne comprenais pas en quoi c’était si évident qu’il s’agissait de la tour EDF.
— C’est écrit dessus… Vous voyez les tours ?
— Oui.
— Vous allez sur la rangée de droite, la plus haute.
C’était parfait. J’ai donc retrouvé ma cousine, récupéré les tomates, une énorme courgette, deux poivrons, une aubergine et une petite boîte de fraises. Il était l’heure de déjeuner. J’ai mangé la tomate qui avait un peu souffert du voyage (un pur bonheur de tomate) et j’ai cru mourir en ouvrant la boîte de fraises : des bonbecs que j’ai boulottés tel quel. J’ai fait des beignets type tempura avec une partie de la courgette, mangé les poivrons en salade avec les tomates, cuisiné l’aubergine au gingembre et cardamome.
Merci mes cousines. Non seulement je me régale mais je suis très touchée de ce cadeau qui vaut tous les diamants du monde. Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.