Agit-prop’ @31

Maman me faisait remarquer que le « déconfinement » (néologisme récent) est plus difficile à vivre que le confinement. Elle arguait du fait que si elle avait attrapé le virus pendant le confinement, cela aurait été un « coup de pas de bol » ; mais que maintenant, on lui en imputerait la responsabilité pleine et entière. Il me semble que cela traduit le poids de cet état d’entre deux dans lequel nous sommes englués, voire d’entre trois. Un entre deux « confinement » « monde d’après » ; un entre trois « monde d’avant – confinement » et « monde d’après ».
Il est clair en effet que nous ne sommes pas (encore) dans « l’après » ; le serons-nous un jour ? Cela dépend de l’« après quoi » on parle. Un « après confinement » ? On y est, dans ce qu’il a de frustrant tant les activités reprennent au compte goutte, et tant celles qui reprennent ne sont pas forcément les plus intéressantes au sens de ce qui intéresse tel ou tel, ou de ce qui est intéressant au vu de nos engagements.
Un « après virus » ? On n’y est clairement pas. Même si l’on est très optimiste, comme je le suis, le virus circule toujours et la « deuxième vague » peut arriver. Cette situation est d’autant plus anxiogène que le gouvernement joue de cette peur pour libérer l’économie de marché tout en maintenant les personnes sous le joug d’un État policier. L’ordre bourgeois, hétérosexiste et raciste ne peut manquer cette occasion d’asseoir son contrôle sur les personnes, leur consentement étant acquis par la situation sanitaire.
Si l’on n’y prend garde, cet « après virus » va durer, comme dure encore l’« après Charlie » et l’« après 11 septembre » vers toujours plus d’autoritarisme et d’effacement des diversités au nom de la survie économique et de la sécurité (du pays plus que des personnes). Par ricochet, le « monde d’après », celui qui rime avec écologie, développement durable et raisonné, égalité des droits, libertés individuelles et collectives est voué à passer à la trappe. C’est le seul qui m’intéresse. Plus le déconfinement avance, plus je pense que c’est foutu (alors même que j’ai dit que je suis optimiste).
J’en suis à me demander si l’on est véritablement dans un « après ». Le covid-19 est le produit direct du libéralisme, de la consommation de masse et de tout ce qui va avec. Il est donc dans l’avant ; le confinement et le déconfinement, itou. Si le « monde d’avant » se confond dans le « monde d’aujourd’hui », comment croire qu’il y aura un « monde d’après » ? En considérant qu’un virus n’a aucun caractère révolutionnaire et en revenant au combat politique ? Je ne vois que ça.

Note. En illustration, la photo d’une terrasse chauffée prise le 4 juin 2020 à Paris.

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>