Changement @24

J’ai lu un article écrit par des déficients visuels qui pointait le fait que le terme de « distanciation sociale » était malvenu puisque la seule « distanciation physique » suffit à nous protéger du covid-19. Je n’ai pas noté la référence. À rechercher cet article, je découvre que je ne suis pas seule à considérer que « distanciation physique » suffit largement à dire qu’il faut s’écarter les uns des autres parce que le covid-19 est un virus sauteur, pardon, volant ; ou les deux.
Une fois admis que ce choix de l’adjectif « social » n’est pas le plus proche de la réalité de l’éloignement prescrit (on peut avoir une distance physique importante tout en ayant une distance sociale nulle ; et inversement), on peut s’interroger sur ce choix des pouvoirs publics.
Hypothèse n°1 : celles et ceux (sans doute ceux) qui ont décidé sont des imbéciles qui ne savant pas causer comme il faut. Je ne le pense pas. Le mâle dominant domine aussi par la langue. Ce me semble une évidence.
Hypothèse n°2 : ce choix lexical constitue un choix politique. C’est la conséquence logique de ce qui précède, dans un contexte où la nécessaire lutte contre le covid-19 s’accompagne d’une politique inutilement liberticide et coercitive (exemple).
Après deux mois de confinement, comment imaginer que les tenants de l’ordre bourgeois, hétérosexiste et raciste n’aient pas la tentation de maintenir les femmes au foyer, les vieux aux Ehpad, une bonne part des travailleurs loin de la machine à café, et les autres à se saluer de loin ? Alors, bien sûr, on peut se b(a)isouiller « en famille », tant celle-ci a su démontrer depuis le 19e siècle son efficacité en matière d’exploitation, de contrôle social et d’acculturation sclérosante pour les personnes. Ce choix révèle donc la volonté des hommes blancs de poursuivre dans la voie du « monde d’avant » et que leur discours sur le « changement » a la même valeur que les antédiluviennes promesses électorales de François Hollande. C’est dire !

Note. Chacun appréciera, dans ce contexte, la notion de « gestes barrière » ; barrière contre qui ? le virus ou le lien social ?

3 commentaires pour Changement @24

  • En ce dimanche 7 juin,
    ce dimanche de la sainte-Trinité
    symbolisé par le trèfle à trois feuilles,
    voire le triangle équilatéral,
    je me concentrerai sur les trois cercles enlacés de Lacan — ou nœud borroméen — à savoir le Réel, le Symbolique et l’Imaginaire,
    pour continuer sur le chemin que j’ai emprunté.

    Pour conclure, puisque la pluie était au rendez-vous aujourd’hui, je dirai « Eau de juin anime le moulin » !

    Oh ! La ! La !… je déconfine, je déconfine…

    • Cécyle

      Très joli dicton que voilà ! 😉

  • Pierre

    Les Québécois ont un avis sur la question. L’office québécois de la langue française a publié une fiche terminologique en précisant bien qu’il s’agissait au départ d’un anglicisme mais que distanciation sociale ou éloignement (ou distanciation) physique étaient considérés comme acceptable. Si les Québécois ont même un avis officiel je l’adopte !

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>